Entorse du genou : symptômes, comment la soigner ?

L'entorse du genou est une lésion ligamentaire qui se caractérise par des douleurs, une sensation de "déboitement", un gonflement voire une incapacité à poser le pied par terre. Quelle est la signification d'un craquement ? Combien de temps pour guérir, pour remarcher et reprendre le sport ?

Entorse du genou : symptômes, comment la soigner ?
© maridav - 123RF

Définition : c'est quoi une entorse du genou ?

L'entorse du genou est une atteinte des ligaments permettant la stabilité de l'articulation du genou et qui fait suite à un traumatisme.

  • Elle peut être bénigne -c'est ce qu'on appelle une "distension ligamentaire"
  • Ou plus grave, signifiant dans ce cas qu'il y a rupture d'un ligament. "Si le ligament est rompu, il y a une perte de stabilité de l'articulation qui n'est plus assurée par les structures atteintes que ce soit les latéraux externe et interne ou les ligaments croisés antérieur ou postérieur. Ce dernier est plus rarement touché", explique le Dr André Ferreira, chirurgien orthopédiste.

L'entorse du genou provoque une gêne à la marche et impacte la poursuite de bon nombre d'activités sportives ou professionnelles. Sa guérison est généralement longue et des complications peuvent survenir.

Ce grade impose un traitement orthopédique par immobilisation relative de l'articulation du genou.

Entorse du genou de grade 1 à 2

Il s'agit d'une rupture partielle du LCM ("ligament collatéral médial" appelé auparavant "ligament latéral interne"). Ce type d'entorse se caractérise par des douleurs importantes le long du ligament, un saignement ou un œdème localisé et une laxité modérée en valgus forcé. Les douleurs nocturnes sont fréquentes. "Ce grade impose un traitement orthopédique par immobilisation relative de l'articulation du genou, permettant en particulier de limiter les mouvements latéraux du genou tout en conservant la possibilité de le fléchir", poursuit le spécialiste.

Symptômes

Une entorse au genou se manifeste par : 

  • Une douleur immédiate
  • Parfois, un craquement ressenti au cours du traumatisme, perdurant à la sollicitation du genou atteint.
  • Une impotence fonctionnelle, plus ou moins importante (genou parfois impossible à bouger)
  • Un œdème ou un gonflement
  • Parfois une hémarthrose (sang dans l'articulation) faisant suspecter une rupture ligamentaire.

Si la sensation de "déboitement" est forte, il faut d'emblée suspecter une atteinte du pivot central (ligament croisé antérieur, parfois postérieur).

Il est possible de marcher raisonnablement pour drainer le membre inférieur. 

Peut-on marcher avec une entorse du genou ?

Les premiers jours après l'accident, la mise au repos de l'articulation est un élément fondamental de la récupération rapide. Voilà pourquoi le port d'une attelle est prescrit, mais il est possible de marcher raisonnablement (pour drainer le membre inférieur), tout en utilisant l'ascenseur par exemple lorsque cela est possible ; l'usage des cannes béquilles est parfois nécessaire.

Diagnostic : radio ? IRM ?

Afin de déterminer le type d'entorse et sa gravité, il est fondamental de connaître le mécanisme lésionnel. Pour ce faire, le médecin réalise un examen clinique : il doit savoir quelle était la position du patient et l'énergie cinétique déployée au moment du traumatisme. Ensuite, il teste les différents ligaments par des manœuvres comparant les deux genoux. Cet examen clinique doit être complété par une radiographie qui aidera à éliminer ou non l'existence d'un déplacement articulaire ou d'une fracture, mais qui ne permet pas d'apprécier l'intégrité des ligaments. "En fonction des éléments cliniques et des données connues de l'accident une déchirure ligamentaire (entorse grave) et/ou une atteinte méniscale peuvent être suspectées, dans ce cas une IRM est demandée pour compléter le diagnostic", ajoute le médecin.

Traitement : comment soigner une entorse du genou ? Quand opérer ?

Dans le cas d'une entorse bénigne, le traitement ambulatoire (c'est-à-dire non hospitalier) suffit. Il consiste à :

  • mettre au repos l'articulation du genou,
  • porter une attelle pendant 2 à 3 semaines,
  • prendre des anti-inflammatoires ou des antalgiques,
  • poser des compresses de glace sur l'articulation douloureuse.
  • participer à des séances de rééducation chez un kinésithérapeute, si une raideur articulaire s'est installée.

En revanche, "s'il existe une lésion méniscale, une opération chirurgicale (arthroscopie) peut être envisagée pour la traiter. Dans le cas d'une rupture ligamentaire, une reconstruction chirurgicale (ligamentoplastie chirurgicale) peut être pratiquée suivie d'une rééducation kinésithérapique de longue durée", conseille notre interlocuteur. Quel que soit le diagnostic, toute immobilisation ou usage de cannes béquilles imposent en général la prescription d'un traitement préventif contre les thromboses.

3 à 6 semaines permettent au genou de dégonfler complètement

Combien de temps pour dégonfler ?

En général 21 à 45 jours sont nécessaires pour que le genou dégonfle complètement.

Combien de temps pour guérir ?

  • En cas d'entorse bénigne du ligament collatéral médial (ligament latéral interne), la reprise des activités est assez rapide (1 à 2 semaines) mais les douleurs peuvent perdurer 2 à 3 mois gênant la reprise sportive.
  • En cas de rupture du ligament croisé antérieur traitée non chirurgicalement (licite lorsqu'il n'y a pas d'instabilité ressentie), il faut en général 6 semaines de rééducation mais les activités sont possibles à reprendre progressivement à partir de la seconde semaine.
  • En cas de ligamentoplastie du ligament croisé antérieur du genou (50 % des cas de rupture), la réadaptation aux activités de la vie quotidienne dure de 4 à 6 semaines le temps de récupérer une amplitude articulaire satisfaisante :
  • La marche sans béquille est en général possible au bout de 15 à 21 jours. La conduite automobile peut alors être reprise.
  • Les activités quotidiennes redeviennent normales 45 jours après la chirurgie.
  • La mobilité totale et indolore du genou est restaurée après 3 mois environ.
  • La reprise des activités sportives habituelles débute après le 6 mois post opératoire.

Combien de temps garder l'attelle ?

"On doit la garder le moins longtemps possible pour limiter la raideur articulaire et la fonte musculaire", insiste le Dr Ferreira. Généralement, :

  • 1 semaine en cas d'atteinte isolée du ligament croisé antérieur,
  • 3 à 6 semaines en cas de lésion du ligament collatéral médial (surtout s'il y a une atteinte concomitante du ligament croisé antérieur).
  • pas d'attelle à porter en post opératoire.

L'interruption de l'activité professionnelle n'est pas systématique !

Durée d'arrêt de travail

La durée de l'arrêt de travail après une entorse du genou dépend de votre profession (activité sédentaire, travail en position debout dominante ou non, port de charges plus ou moins lourdes, déplacement sur des lieux élevés...), de vos conditions de transport (durée du trajet et moyens utilisés), de la gravité de l'entorse du genou : nécessité ou non d'un traitement chirurgical, des lésions associées, de votre état de santé, des possibilités d'adaptation ou de modification du poste de travail en cas de poste très physique, d'emploi en hauteur, de travail sur un sol glissant ou instable.

  • En cas d'entorse isolée du ligament latéral interne, l'interruption de l'activité professionnelle n'est pas systématique, notamment si l'activité est sédentaire et l'atteinte bénigne. Si un arrêt de travail est nécessaire (activité professionnelle physique, entorse plus importante), il ne dépasse pas trois semaines, en général.
  • Après une intervention chirurgicale sous arthroscopie pour rupture du ligament croisé antérieur, l'arrêt de travail dure souvent entre 3 et 6 semaines en cas de travail sédentaire et 2 à 3 mois si le travail physique a lieu en hauteur ou sur terrain instable (4 à 6 mois pour certains cas particuliers).

À votre retour en entreprise, si l'arrêt de travail est supérieur à 30 jours, une visite de reprise auprès du médecin du travail est obligatoire dans un délai de 8 jours.

Prévention

Il est fondamental de porter des chaussures adaptées à l'activité physique pratiquée et, pour le ski, de régler correctement la résistance de ses fixations en fonction de son poids. De même, un échauffement préalable ainsi qu'une hydratation suffisante sont primordiaux dans le cadre d'une activité sportive.

Merci au Dr André Ferreira, chirurgien orthopédiste à la Clinique du Parc à Lyon.

Blessures