Chrome : rôle, bienfaits, dosage, carence, c'est quoi ?

Le chrome joue un rôle important dans la régulation du taux de glucose dans le sang. Il est nécessaire au bon fonctionnement de l'organisme. Une carence en chrome peut donc favoriser l'apparition de différents troubles du métabolisme.

Chrome : rôle, bienfaits, dosage, carence, c'est quoi ?
© Yulia Furman-Adobestock

C'est quoi le chrome ?

Le chrome est un oligo-élément essentiel nécessaire au métabolisme normal des glucides, des protéines et des graisses. Pour rappel, les oligo-éléments sont des éléments minéraux indispensables à de nombreuses réactions dans l'organisme, mais présents en très faible quantité. Associé à d'autres substances, le chrome forme un composé organique appelé "facteur de tolérance au glucose". "Il est donc indispensable à l'activité de l'insuline, précise Maeva Mène, naturopathe. En effet, il augmente l'affinité de l'insuline avec son récepteur ainsi que le nombre de récepteurs à l'insuline". Chez les sportifs, il a la réputation de favoriser la prise de masse musculaire.

Quels sont les bienfaits du chrome pour la santé ? 

En dehors de son rôle sur le métabolisme des sucres, le chrome intervient à de nombreux niveaux :

Régulation de la glycémie. Le chrome fait baisser le sucre et les graisses dans le sang. "En ce sens, il prévient le risque de déclencher un diabète de type 2 : une étude sur 62000 personnes a montré que la supplémentation en chrome diminue de 27% l'expression de la maladie", assure la naturopathe. Le chrome favorise aussi l'équilibre de la glycémie chez les patients atteints de diabète de type 2.

Régulation du poids. Chez une personne en bonne santé et n'ayant pas de déséquilibre de la glycémie, le chrome n'a que peu d'intérêt. "En revanche, chez les personnes en surpoids, le chrome réduit la faim et, surtout les pulsions alimentaires irrépressibles ! C'est pour cette raison que le chrome est aussi un allié de taille chez les personnes qui souffrent de boulimie, en atténuant le sentiment de déprime lié au fait de se réfréner. Même s'il n'est pas le seul élément à prendre en compte dans un accompagnement visant à retrouver son poids de forme, il n'en reste pas moins un bon allié !".

Santé oculaire. "Le chrome joue un rôle pour prévenir la formation et l'évolution des glaucomes à angle ouvert, souvent observés en association avec d'autres symptômes : hypertension artérielle, insulinorésistance ou diabète, surpoids, cholestérol…"

Santé cardiovasculaire. "L'apport de chrome entraîne une diminution du LDL, aussi appelé "mauvais cholestérol" et une amélioration du bilan lipidique".

Protection antioxydante. La supplémentation en chrome va favoriser la défense antioxydante en majorant les taux de glutathion, de superoxyde dismutase et autres antioxydants indispensables au bon fonctionnement de l'organisme. "Cela signifie également que le chrome protège des dommages oxydatifs liés à l'hyperglycémie (dans le cadre du diabète ou de la consommation excessive de produits sucrés) ainsi que de l'oxydation du cholestérol LDL, en cause dans les maladies cardiovasculaires".

Comment doser le chrome ?

Il existe des bilans sanguins qui permettent d'évaluer le profil en oligo-éléments, dont le chrome fait partie. "Cette analyse peut être effectuée par des laboratoires spécialisés dans la micronutrition ou bien remboursée sous prescription médicale, détaille la thérapeute. On peut également doser le chrome grâce à des appareils tels que le So Check (ex Oligoscan), bien que l'utilisation de cet outil soit discutée".

Quels sont les besoins journaliers en chrome ?

"La dose habituellement recommandée en supplémentation est de 200 μg à 400 μg par jour, répond notre interlocutrice. Mais les besoins varient en fonction du genre et de l'âge". Voici un récapitulatif des apports adéquats en chrome, en microgrammes par jour :

Rapports adéquats en chrome en microgramme par jour

Enfants de 1 à 3 ans 11 μg
Enfants de 4 à 8 ans 15 μg

Filles de 9 à 13 ans 

21 μg

Garçons de 9 à 13 ans

25 μg
Adolescentes de 14 à 18 ans 24 μg

Adolescents de 14 à 18 ans 

35 μg
Femmes adultes de moins de 50 ans  25 μg
Hommes adultes de moins de 50 ans 35 μg
Femmes adultes de plus de 50 ans  20 μg
Hommes adultes de plus de 50 ans 30 μg

Femmes enceintes 

30 μg
Femmes allaitantes  45 μg

Dans quels aliments trouver le chrome ?

Le chrome se trouve en faible proportion dans presque tous les aliments. "Les foies d'animaux, les œufs, la viande de bœuf, les produits céréaliers riches en son et les grains entiers, les noix, les haricots verts et les brocolis en sont un peu plus riches". On le trouve également dans certains compléments alimentaires, en unitaire ou en complexe.

Quels sont les risques d'une carence en chrome ?

Le chrome fait partie des oligo-éléments essentiels à risque de carence démontré chez l'homme : avec le fer, l'iode, le zinc, le sélénium, le molybdène, et le fluor. Néanmoins, il est admis que :
Le taux de chrome est plus faible chez les diabétiques avec complications comparé aux diabétiques sans complications et qu'il est plus faible chez une personne diabétique que chez quelqu'un qui ne souffre pas de cette pathologie ;
► Le taux de chrome diminue avec l'âge ;
► Une carence en chrome se manifeste par une augmentation de la glycémie (hyperglycémie) et de l'insuline, des triglycérides (hyperlipidémie) et du cholestérol (hypercholestérolémie)
► Il existe une relation entre un taux de chrome bas de type 2 et le diabète ou les maladies cardiovasculaires.

Quand faire une cure de chrome ? 

"Si vous vous reconnaissez dans les descriptions données plus haut, vous pouvez réaliser une cure de chrome à 200 μg par jour pendant 3 mois, à renouveler si besoin, conseille Maeva Mène. Demandez conseil à un naturopathe compétent et, si vous êtes sous traitement médicamenteux, parlez-en en votre médecin".

Quels sont les risques d'un excès de chrome ?

"Il y a peu de risques d'un excès de chrome, assure la naturopathe : en cas de consommation très importante (plus de 1200 μg par jour), le chrome peut générer des troubles digestifs, rénaux ou des anémies". Il est déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes de dépasser l'apport de 200 μg de chrome par jour. "Toute personne diabétique désirant réaliser une cure de chrome doit le faire sous contrôle médical".

Merci à Maeva Mène, naturopathe-Iridologue certifiée OMNES et formatrice, membre du réseau Medoucine.

Nutriments et Calories