Quels médicaments prendre contre le mal de gorge ?

Pastilles, collutoires, comprimés… Les médicaments indiqués dans le mal de gorge sont nombreux. Quels sont ceux sans ordonnance ? Lesquels choisir pour un enfant ? Pour une femme enceinte ?

Quels médicaments prendre contre le mal de gorge ?
© serhiibobyk-123RF

Quels médicaments soulagent rapidement le mal de gorge ?

Les médicaments utilisés pour soulager rapidement un mal de gorge sont : 

  • les antibiotiques comme l'amoxicilline permettant de réduire la durée des symptômes de 24 heures, uniquement en cas d'infection bactérienne
  • le paracétamol (Doliprane®, Dafalgan®, Efferalgan®, etc.)
  • certains anti-inflammatoires non stéroïdiens ayant une indication dans les inflammations de la gorge : Nifluril® (acide niflumique), Surgam® (acide tiaprofénique). L'utilisation d'ibuprofène n'est pas recommandée. La balance bénéfices-risques doit être évaluée avant l'instauration d'un anti-inflammatoire en raison du risque de complications infectieuses graves.
  • les corticoïdes tels que Solupred® (prednisolone), Cortancyl® (prednisone), Célestène (bétaméthasone), etc.
  • les pastilles et les comprimés à sucer. Certaines spécialités ne comportent qu'un antiseptique local comme Strepsils®, Humex mal de gorge biclotymol® et d'autres comportent un anesthésique local en plus : Strepsils lidocaïne®, Drill®, Cantalène®.
  • les collutoires qui contiennent un antiseptique voire un anesthésique local. La spécialité Hexaspray® contient uniquement un antiseptique. D'autres spécialités contiennent un anesthésique local en plus : Eludril collutoire®, Colludol®.

Les pastilles, les comprimés à sucer et les collutoires qui renferment un anesthésique local présentent une meilleure efficacité. Toutefois, ces présentations imposent des précautions d'emploi : prise à distance des repas pour éviter une fausse-route et utilisation maximale de 5 jours pour limiter les déséquilibres de la flore bactérienne buccale.

  • Maxilase® (en sirop ou en comprimés à avaler) et ses génériques
  • les suppositoires à base de bismuth : Pholcones®

Plusieurs de ces médicaments peuvent être associés entre eux pour potentialiser leur action sur le mal de gorge. 

Quels sont les médicaments sans ordonnance pour le mal de gorge ?

Pour traiter un mal de gorge, les médicaments procurables en pharmacie sans ordonnance sont le paracétamol, Maxilase® en sirop et en comprimés, Pholcones® en suppositoires, les pastilles, les collutoires, les médicaments de phytothérapie et les médicaments homéopathiques. Toutefois, le recours à l'automédication pour traiter un mal de gorge requiert une vigilance. Face à des symptômes comme une forte fièvre, des ganglions gonflés, une éruption cutanée, une consultation médicale est fortement recommandée. 

Quels sont les médicaments anti mal de gorge pour l'enfant ?

Pour traiter un mal de gorge chez l'enfant, le médecin prescrit généralement une antibiothérapie pour éradiquer une infection bactérienne. L'antibiotique de choix est l'amoxicilline à une posologie de 50 mg/kg/jour en deux prises journalières pendant 6 jours. En cas d'allergie, l'antibiotique prescrit sera Orelox® (cefpodoxime). En complément de l'antibiotique ou en cas d'infection virale, un traitement symptomatique peut être instauré : 

  • le paracétamol, souvent administré en solution buvable (Dolipraneliquiz®, Efferalganmed 30 mg/mL) ou en suppositoires chez le jeune enfant
  • certains anti-inflammatoires non stéroïdiens ayant une indication spécifique dans les états inflammatoires de la gorge. C'est le cas de l'acide niflumique contenu dans Nifluril® en suppositoires (de 6 mois à 12 ans) et Nifluril® en gélules (à partir de 12 ans). Un autre anti-inflammatoire possède cette indication, il s'agit de l'acide tiaprofénique présent dans Surgam® 100 mg en comprimés à dissoudre dans de l'eau (chez l'enfant de plus de 15 kg, soit environ 4 ans) et dans Surgam® 200 mg (chez l'enfant de plus de 20 kg, soit environ 6 ans). En cas de suspicion d'une infection, tout anti-inflammatoire doit être évité car il masque les symptômes. Il n'est pas recommandé de prendre un anti-inflammatoire en automédication en raison du risque d'effets indésirables graves. Avant de prescrire ce type de traitement, le médecin évalue la balance bénéfices-risques pour l'enfant.
  • les corticoïdes (Solupred®, Célestène®, …) pour soulager les douleurs liées à une laryngite
  • les pastilles, les comprimés à sucer et les collutoires dont la plupart sont réservés aux enfants de plus de 6 ans (Angispray®) voire 12 ans (Eludril® collutoire)
  • un médicament de phytothérapie : pastilles Euphon® (dès 6 ans)
  • un médicament homéopathique : Homéogène 9® en comprimés à sucer (dès 2 ans), Bocéal® en spray buccal (à partir de 6 ans), Angipax en comprimés orodispersibles (dès 3 ans en automédication, un avis médical est requis avant 3 ans).

Si les symptômes persistent ou s'aggravent au bout de 3 jours de traitement, il est recommandé de consulter un pédiatre.

Quels sont les médicaments anti mal de gorge pendant la grossesse ?

Une femme enceinte qui souffre d'un mal de gorge intense ou accompagné de fièvre doit consulter un médecin. En raison de données insuffisantes sur les médicaments administrés pendant la grossesse, l'arsenal thérapeutique est restreint. S'il s'agit d'une angine d'origine bactérienne, un antibiotique sera prescrit. Dans ce cas, l'antibiotique recommandé en première ligne est l'amoxicilline à raison d'un gramme 2 fois par jour pendant 6 jours. Si la patiente est allergique aux pénicillines, un autre antibiotique sera prescrit : Orelox® (cefpodoxime) pendant 5 jours ou Zinnat® (céfuroxime) pendant 4 jours. En complément de l'antibiotique ou dans le cadre d'une infection virale, un traitement symptomatique est recommandé. Les médicaments pouvant être administrés sans danger chez la femme enceinte sont du paracétamol (Doliprane®, Dafalgan®, etc.) et des médicaments homéopathiques (Homéogène 9®, Bocéal® spray). Il existe d'autres médicaments qui ne sont pas contre-indiqués en cas de grossesse, mais ils ne doivent pas être utilisés sans un avis médical au risque d'induire des conséquences délétères pour l'enfant à naître. 

Sources : 
- Base de données publique des médicaments
- Antibioclic 
- Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et complications infectieuses, 29/10/2020, ANSM

Définitions et conseils