Collutoire (mal de gorge) : l'utiliser, liste, précautions

Mal de gorge, irritations, difficulté à avaler… Les collutoires sont souvent des solutions efficaces pour une action rapide et ciblée des symptômes de l'angine, des douleurs et des inflammations du pharynx.

Collutoire (mal de gorge) : l'utiliser, liste, précautions
© toxitz-123RF

Définition : c'est quoi un collutoire ? 

Un collutoire est un médicament d'action locale visant à soulager les douleurs peu intenses et sans fièvre de la cavité buccale, liées à une inflammation associée ou non à un début d'infection. Ces médicaments se présentent sous forme de sprays mais peuvent aussi dans certains cas être utilisés en badigeonnage. Les différents collutoires commercialisés peuvent ainsi être indiqués en tant qu'antalgiques, anti-inflammatoires et/ou antibactériens dans les maux de gorge peu intenses et sans fièvre, les aphtes et les petites plaies de la bouche. Ils ne soignent pas à eux seuls les angines, ils ne constituent qu'un traitement d'appoint. Si la douleur persiste ou que de la fièvre apparaît, il faut consulter un médecin. En raison de leur composition, certains sont proscrits chez les enfants de moins de 12 ans voire même chez les enfants de moins de 6 ans. 

Comment utiliser un collutoire ? 

Un collutoire se présente généralement sous forme de spray contenant une solution qu'il suffit de pulvériser directement sur la zone affectée (exemple : sur la paroi buccale ou dans le fond de la gorge). Il est souvent nécessaire d'agiter le flacon avant utilisation. Pour l'administration du produit, le flacon doit être maintenu en position verticale avec l'embout du pulvérisateur en direction de la bouche. Lors de la première utilisation ou après une longue période d'inutilisation, il peut être nécessaire d'amorcer la pompe avant emploi (plusieurs fois pour le premier usage, une seule fois s'il s'agit d'une réutilisation du produit). Pour pulvériser, il suffit d'appuyer fermement sur la tête de la pompe jusqu'à entendre le produit s'échapper du pulvérisateur. Pour les zones précises (exemple : aphte), il est possible d'appliquer le produit en badigeonnage à l'aide d'un coton tige directement sur la zone à traiter. L'administration du collutoire se fait généralement 2 à 6 fois par jour (se référer aux préconisations du produit utilisé) avec un minimum de 4 heures entre chaque prise. Il faut éviter l'utilisation d'un collutoire avant un repas ou une prise de boisson (qui risquerait à la fois d'altérer son efficacité, mais aussi de favoriser les fausses routes avec un collutoire à visée anesthésique).

Comment agit un collutoire ? 

Les collutoires n'agissent qu'en traitement d'appoint et localement. Selon leur composition, ils peuvent exercer des actions différentes. En effet, il existe 3 catégories de collutoires : ceux présentant une activité uniquement antibactérienne (action antiseptique qui contribue à la lutte contre les bactéries), ceux présentant une activité antibactérienne et anti-inflammatoire (avec l'ajout d'un corticoïde, qui diminue l'état inflammatoire et l'œdème), ceux présentant une activité antibactérienne et antalgique (avec l'ajout d'un anesthésique local, qui diminue la douleur) ou encore ceux présentant une activité antalgique seule (contenant un anesthésique local qui exerce une action antidouleur sur la muqueuse buccale). A noter que l'ambroxol, anesthésique local présent dans le collutoire Lysopaïne ambroxol®, exerce également une légère action anti-inflammatoire (diminution de la rougeur). Ainsi, par la présence d'un antiseptique local, d'un anesthésique de contact et/ou d'un corticoïde local, les maux de gorge et états inflammatoires de la muqueuse buccale sont soulagés par l'utilisation des collutoires. Leurs actions sont uniquement locales et aucun collutoire n'a de propriété antibiotique. En cas de fièvre ou d'infection ORL, un médecin doit être consulté. 

Liste : quels sont les principaux collutoires ?

Il existe 8 médicaments sous forme de collutoire. L'Hexaspray® est un collutoire antibactérien. Les collutoires associant un antibactérien à un anesthésique local sont l'Angispray mal de gorge®, le Colludol®, l'Eludril®, l'Humex mal de gorge® et le Strepsilspray®. Le Rhinadvil® est le seul collutoire associant un antibactérien et un corticoïde, et le Lysopaïne ambroxol® est le seul collutoire à base d'anesthésique local seul. Il existe également des dispositifs médicaux, qui ne sont pas des médicaments et dont l'action est mécanique (barrière protectrice qui apaise et retient l'eau, pour une meilleure hydratation et un effet antidouleur) : l'Orosedal® et le Pharyndol®. Il existe également d'autres spécialités accessibles en vente libre, notamment à base de plantes, d'huiles essentielles ou encore de produits naturels (exemple : Belivair®, Thymospray®, Humer mal de gorge aigu®, Puressentiel respiratoire spray gorge®, Pranarôm spray gorge®, etc.).

Quels sont les collutoires vendus sans ordonnance ? 

Tous les collutoires commercialisés sont disponibles en vente libre, sans ordonnance.

Quels sont les effets secondaires des collutoires ? 

Les collutoires ont généralement peu d'effets secondaires de par leur action localisée. Les effets indésirables dépendent de chaque collutoire utilisé, selon sa composition. Les effets recensés sont : une hypersensibilité au produit ou à l'un des excipients contenus dans le médicament (réaction allergique rare pouvant se manifester par des éruptions cutanées parfois sévères, des démangeaisons, des œdèmes et un choc anaphylactique dans les cas les plus sévères), des anesthésies ou engourdissements transitoires de la langue et des muqueuses et du pharynx dans le cas d'utilisation d'un collutoire contenant un anesthésique local (pouvant occasionner des fausses routes), des nausées ou des vomissements (de par le mode d'administration et des principes actifs), des modifications du goût, de la sécheresse buccale ou de la gorge, des maux de ventre ou d'estomac, des diarrhées, une vision floue ou encore une coloration de la langue et des dents (réversible à l'arrêt du traitement). En cas de surdosage des anesthésiques locaux, il est possible d'observer des troubles neurologiques (convulsions) et cardiovasculaires. La chlorhexidine est susceptible de déclencher, à doses élevées ou par passage dans la circulation sanguine, des réactions allergiques sévères.

Quelles sont les contre-indications des collutoires ? 

Les principales contre-indications des collutoires sont les allergies à un ou plusieurs composants du produit, et selon les collutoires concernés, les enfants de moins de 6 ans ou de moins de 12 ans. Les collutoires sont tous contre-indiqués chez les nourrissons en raison des risques de laryngospasme. Le collutoire à base de corticoïde (Rhinadvil®) est contre-indiqué en cas d'infection virale ou fongique localisée sur la muqueuse buccale (exemples : herpès, candidose) ainsi qu'en cas de plaie non cicatrisée (exemple : après une intervention chirurgicale). Certains collutoires contenant un anesthésique local sont contre-indiqués en cas d'antécédent de méthémoglobinémie. Il ne faut pas utiliser les collutoires en cas d'infection sévère ou en cas de fièvre importante sans avis médical. De même, leur usage est limité à quelques jours, sans dépasser les posologies préconisées.

Ne pas manger ni boire après la prise du médicament

Quelles précautions d'emploi avec les collutoires ?

Les collutoires ne sont à utiliser qu'en cas de symptômes légers, peu intenses et sans fièvre (ou en complément d'un autre traitement prescrit par le médecin). Il est important de respecter la posologie et la durée du traitement préconisé par le médecin ou le pharmacien. Une utilisation de plus de 5 jours n'est pas recommandée en raison des risques d'effets indésirables qui pourraient survenir (y compris le déséquilibre de la flore bactérienne avec certains collutoires antibactériens et les troubles neurologiques et cardiaques avec ceux contenant des anesthésiques) ou de l'aggravation de la pathologie sous-jacente en cas de persistance des symptômes au-delà de 5 jours. En cas d'apparition de fièvre ou d'évolution des symptômes, un avis médical est requis. Il convient également de stopper le traitement en cas d'apparition d'effets indésirables ou de manifestations allergiques (et plus particulièrement avec les anesthésiques locaux et la chlorhexidine). En raison des risques de fausses routes qui peuvent survenir avec les collutoires contenant des anesthésiques de contact, il convient de ne pas manger ni boire après la prise du médicament. Les collutoires contenant un corticoïde local peuvent éventuellement déclencher des troubles de la vision. En cas de vision floue ou de tout autre symptôme oculaire, un examen ophtalmologique est requis afin de rechercher une cataracte, un glaucome ou une autre lésion. Les collutoires contenant de la chlorhexidine peuvent colorer les dents (y compris les prothèses dentaires) et la langue en jaune-brun ; un brossage des dents avant utilisation du collutoire est recommandé ainsi que limiter la consommation de thé, de café et de vin rouge. Les collutoires contiennent généralement de l'alcool, en quantité variable : des précautions s'imposent selon le produit utilisé en cas de grossesse, d'allaitement, de maladie du foie, d'alcoolisme, d'épilepsie et chez les enfants.

Types de médicaments