5 symptômes d'alerte d'une descente d'organes

Pesanteur dans le bas ventre, fuites urinaires... Il s'agit peut-être des signes d'un prolapsus ou descente d'organes dans le vagin. Les symptômes se manifestent surtout quand il s'aggrave.

5 symptômes d'alerte d'une descente d'organes
© Wayhome Studio - stock.adobe.com

Le prolapsus génital est une pathologie féminine, bénigne et fréquente. Il correspond à la descente de l'un ou de plusieurs organes qui reposent sur le plancher pelvien - l'utérus, la vessie ou le rectum principalement - dans le vagin. La plupart des prolapsus sont peu symptomatiques, surtout au début. Les symptômes apparaissent quand le prolapsus évolue. Tour des signes avec le Dr Olivier Jourdain, chirurgien gynécologique.

1. Une boule dans le vagin

"Le symptôme principal d'un prolapsus génital est la sensation d'une boule vaginale (le sentiment d'être "assis sur une balle"), majorée par la station debout, donc surtout en fin de journée et quand la femme tousse ou après un effort avec des petits chocs répétés comme une longue marche ou une course à pied par exemple", décrit notre interlocuteur. Cette gêne est beaucoup moins visible, voire inexistante le matin, après une nuit où la femme est allongée.

prolapsus-uterin-boule-vagin
Boule dans le vagin en cas de prolapsus utérin © Vectoressa - stock.adobe.com

2. Une gêne dans le bas-ventre

Le prolapsus se manifeste par une pesanteur dans la zone pelvienne ou par une gêne au niveau du périnée (bas-ventre). L'inconfort varie en fonction du stade d'avancement du prolapsus. "La gêne est parfois si forte que certaines femmes réduisent leur activité physique comme la marche, parfois même inconsciemment", observe le spécialiste. 

3. Des fuites urinaires

"Le pelvis de la femme est composé de trois compartiments : le compartiment antérieur qui correspond à la vessie, le compartiment moyen qui correspond à l'utérus et le compartiment postérieur qui correspond au rectum. Un prolapsus correspond à la descente d'un ou de plusieurs compartiments", rappelle le Dr Jourdain. Au cours de la vie, les muscles du périnée peuvent s'affaiblir et ne plus être capables de "soutenir" les organes, surtout si la femme est exposée à des facteurs de risque (tabagisme, accouchements, port de charges lourdes, obésité, constipation chronique, toux chronique...). Ainsi, un prolapsus peut entraîner des symptômes additionnels comme des troubles urinaires (les femmes peuvent avoir des problèmes de contrôle de la miction, entraînant des fuites d'urine involontaires (incontinence urinaire) ou des problèmes pour vider complètement leur vessie (rétention urinaire)....) dus à la compression de l'urètre par l'organe affaissé. "Mais ce n'est pas systématique. De la même façon, les fuites d'urines ne sont pas forcément liées à un prolapsus", tient à préciser notre interlocuteur. 

schema-prolapsus
Les 3 types de prolapsus génital © FARAWAYKINGDOM - stock.adobe.com

4. Une constipation

"L'incontinence anale est plus rare dans le cas des prolapsus. En revanche, une défécation compliquée ou une constipation sont fréquentes et favorisent le prolapsus tout simplement à cause de l'effort de poussée", indique notre expert. Certaines femmes peuvent également avoir des difficultés à vider complètement leurs intestins. 

5. Des douleurs 

"Les douleurs (pelviennes, lombaires, coccyx, ndlr) apparaissent quand le prolapsus est très évolué (prolapsus extériorisé)", indique notre spécialiste. La douleur augmente en position debout prolongée ou en fin de journée et diminue en position couchée ou au repos. Une gêne voire des douleurs pendant les rapports sexuels sont également observées. Ces douleurs pendant les rapports sont accentuées avec l'appréhension et la gêne psychologique. Si vous constatez l'apparition de ces symptômes, parlez-en à votre médecin

Est-ce qu'une descente d'organes fait gonfler le ventre ?

"Non, répond notre interlocuteur. En revanche, l'obésité et le surpoids constituent des facteurs de risque d'un prolapsus. En cas de surpoids ou d'obésité, perdre du poids est la meilleure prévention."

Merci au Dr Olivier Jourdain, chirurgien gynécologique. Polyclinique Jean Villar (Etablissement Elsan Bordeaux)

Maladies gynécologiques