Implant cochléaire : photo, fonctionnement, effet secondaire, prix

Véritable révolution dans la prise en charge de la surdité, l'implant cochléaire permet à une personne qui n'entend plus de réentendre. Comment cela fonctionne ? A qui s'adresse cet implant ? On fait le point avec le Professeur Vincent Darrouzet, ORL, chef du Pôle des spécialités chirurgicales et dermatologie au CHU de Bordeaux

Implant cochléaire : photo, fonctionnement, effet secondaire, prix
© (C)2014 Monika Wisniewska Amaviael, all rights reserved

Qu'est-ce qu'un implant cochléaire ?  

"L'implant cochléaire est un dispositif électronique médical implantable permettant à une personne n'ayant plus d'audition utile socialement du fait d'une surdité par atteinte de l'oreille interne, d'en retrouver une partie", explique le Pr. Darrouzet.  

Comment fonctionne l'implant cochléaire ?

L'implant est introduit dans la cochlée, cet organe creux en forme d'escargot, situé dans l'oreille interne et qui transforme les vibrations en message nerveux. Pour fonctionner, l'unité principale de l'implant cochléaire doit être fixée dans le rocher de l'os temporal, tandis que le processeur vocal externe miniature est positionné derrière l'oreille. C'est lui qui capte les informations sonores et les renvoie vers l'implant. "C'est un porte-électrode qui rentre dans la cochlée, par la fenêtre ronde, sous l'étrier, et qu'on enroule dans la cochlée. Les électrodes vont envoyer des impulsions électriques directement au nerf auditif. Chez ces patients, la surdité est due à une atteinte des cellules auditives laissant le nerf auditif intact. Le micro est malade mais le câble fonctionne bien, donc on envoie un message directement au câble", illustre Vincent Darrouzet.

Photo : à quoi ressemble un implant cochléaire ?

photo-implant-cochleaire
Dessin d'un implant Cochléaire © Alexander Pokusay

Quand l'implant cochléaire est-il indiqué ?  

"L'implant cochléaire est indiqué en cas de surdité profonde et bilatérale - lorsqu'il n'y a plus de compréhension du langage parlé malgré une audioprothèse", explique le professionnel. Il ajoute : "l'indication est très encadrée en France. La décision d'implantation est multidisciplinaire et fait l'objet en amont d'une évaluation orthophonique, cognitive et psychologique très précise."

► Chez l'enfant, l'implant cochléaire s'adresse à des petits patients sourds de naissance ou qui deviennent sourds dans les premières années de leur vie. "Lorsque la surdité est profonde, bilatérale et que l'enfant ne peut plus recevoir les messages sonores et construire son langage, l'appareillage conventionnel peut être en échec. L'implant cochléaire est alors indiqué. Avantages, inconvénients et indications sont discuté avec les parents. S'il n'a pas d'autres déficits, notamment neurologiques ou comportementaux qui peuvent être des contre indications, l'enfant pourra acquérir le langage parlé et vivre normalement", assure le spécialiste.

"Le nerf auditif doit être en bon état de fonctionnement, sinon l'implant cochléaire ne servira à rien."

► L'implant cochléaire est indiqué "chez l'adulte touché par une surdité évolutive ou brutale bilatérale quelle qu'en soit l'origine, génétique, traumatique, dégénérative ou inflammatoire", poursuit le Pr. Darrouzet.

Pose de l'implant cochléaire : comment se déroule l'opération ?

L'opération, d'une à deux heures, se déroule sous anesthésie générale. Il s'agit d'une petite incision derrière l'oreille afin de positionner l'implant sous la peau. Le porte-électrode est ensuite inséré à l'intérieur de la cochlée jusqu'au nerf auditif. Après activation de l'implant, un suivi audio prothétique et orthophonique est indispensable pour obtenir un bon résultat. 

►Une condition à la réussite de l'opération : "Le nerf auditif doit être en bon état de fonctionnement, sinon l'implant cochléaire ne servira à rien."

Quels effets secondaires ?

"Ils sont rares et son expliqués aux patients : vertiges, troubles de l'équilibre, défaut de cicatrisation, spasmes de la face, panne électronique". Énumère le professionnel.

Quels dangers ou risques liés à l'implant cochléaire ?

Pour notre expert, il n'y a pas de risque de rejet de l'implant. Le seul vrai risque est infectieux comme dans toute implantation d'un dispositif médical. "Une infection sur un implant peut exceptionnellement être à l'origine d'une méningite, c'est pourquoi les futurs implantés doivent tous être vaccinés contre certaines bactéries". Vincent Darrouzet souligne également le risque psychologique que présente un tel implant. "Il faut s'assurer, avec l'aide des psychologues que l'implanté est prêt à accepter cet implant bionique. Il doit être accompagné par l'équipe pour apprendre à maîtriser l'outil. Cela demande du temps, une équipe et un implanté motivé."Il est aussi primordial de bien prendre soin de son implant, de le maintenir en bon état.

Quel est le prix d'un implant cochléaire ?

Un implant cochléaire coûte 20 000 euros en moyenne, auxquels il faut ajouter le coût du suivi au long cours par l'équipe multidisciplinaire spécialisée.

Est-ce remboursé ?

L'implantation cochléaire et son suivi sont totalement remboursés par la Sécurité sociale. 

Merci au Professeur Vincent Darrouzet, ORL, chef du Pôle des spécialités chirurgicales et dermatologie au CHU de Bordeaux.

ORL