Effets secondaires vaccins Covid : après Pfizer, Moderna, AstraZeneca, Johnson...

Chargement de votre vidéo
"Effets secondaires vaccins Covid : après Pfizer, Moderna, AstraZeneca, Johnson..."

Plus de 42 millions d'injections de vaccins Covid-19 ont été réalisées en France avec Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen. Effets secondaires après la 1ère dose, la 2e, douleur au bras, pourcentage, myocardite avec Pfizer et Moderna, effets chez la femme enceinte... Point de surveillance de l'Agence du médicament (ANSM) au 18 juin.

[Mise à jour le lundi 21 juin à 11h15] Sur plus de 42 millions d'injections réalisées au 10 juin en France, l'Agence nationale du médicament rapporte environ 49 000 cas d'effets indésirables dans son point de surveillance des vaccins publié le 18 juin soit 0,11% sur l'ensemble des vaccins administrés contre la Covid-19 (Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen). Il n'y a pas de nouveau signalé identifié sur la période du 4 au 10 juin avec les 4 vaccins administrés. Cependant, l'ANSM rapporte  : 

  • Myocardite : 29 cas de myocardites depuis le début du suivi après la vaccination avec le vaccin Pfizer, 5 après Moderna et 7 après AstraZeneca.
  • Péricardite : 79 cas sont recensés depuis le début du suivi après la vaccination avec le sérum de Pfizer ; 4 après Moderna et 28 après AstraZeneca.
  • Femmes enceintes et allaitantes (après la vaccination avec Pfizer, Moderna et AstraZeneca)  "Les fausses couches spontanées représentent la majorité des effets indésirables enregistrés. Les données actuelles ne permettent pas de conclure que ces événements sont liés au vaccin, d'autant que des facteurs de risques étaient associés dans plusieurs cas et qu'il s'agit d'un évènement relativement fréquent en population générale (de 12 à 20% des grossesses selon les études)", indique l'ANSM.
  • 2 nouveaux cas de thrombose atypique ont été rapportés sur la période du 4 au 10 juin après la vaccination avec AstraZeneca, portant le total à 52 cas, dont 13 décès.

Quels effets exactement avec chaque vaccin ? Avec l'AstraZeneca ? Pfizer ou Moderna ? Avec Janssen (Johnson&Johnson) ? Quels sont les plus fréquents ? Quels risques d'allergie Que faire quand ça arrive ? Que sait-on des décès rapportés suite à la vaccination ? Comment sont-ils surveillés ? Explications.

C'est quoi un effet secondaire "indésirables" ?

Comme tous les médicaments, les vaccins peuvent provoquer des effets secondaires, appelés "indésirables". Selon la définition de l'Agence du médicament, un effet indésirable est une réaction nocive et non voulue survenant chez un patient liée ou susceptible d'être liée à un produit alors qu'il est utilisé selon les termes de son autorisation de mise sur le marché ou lors de toute autre utilisation (surdosage, mésusage, abus de médicaments, erreur médicamenteuse).. 

Qu'est-ce qu'un effet indésirable grave ? 

Selon l'article R. 5121-152 du Code de la Santé Publique, un effet indésirable grave est "un effet indésirable létal, ou susceptible de mettre la vie en danger, ou entrainant une invalidité ou une incapacité importantes ou durables, ou provoquant ou prolongeant une hospitalisation, ou se manifestant par une anomalie ou une malformation congénitale".

Pourcentage : combien de cas graves avec les vaccins Covid-19 ?

Au 10 juin 2021 Nombre d'injections Cas d'effets indésirables % d'effets indésirables Dont part des cas graves
Pfizer-BioNTech 32 912 000 25 983 0,08% 28%
Moderna 3 889 000 4096 0,11% 20%
AstraZeneca 5 691 000 18 723 0,33% 25%
Janssen 419 000 105 0.03% 42%
Ensemble des vaccins 42 913 000 48 907 0.11% 26%

Quels sont les effets indésirables du vaccin Pfizer ?

Les cas d'effets indésirables observés suite à la vaccination Covid en France sont surveillés par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Au moment de la mise sur le marché, l'ensemble des effets indésirables liés à un médicament comme un vaccin ne sont pas toujours connus "en particulier les effets rares (<1/1000) ou retardés" explique l'ANSM. C'est pourquoi, lorsque le médicament arrive sur le marché et devient disponible pour un plus grand nombre de personnes, il continue à être suivi et analysé en permanence compte tenu de l'évolution des connaissances et de son utilisation dans la vie quotidienne. Un comité de suivi hebdomadaire regroupant l'ensemble des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) a été mis en place "pour surveiller en temps réel le profil de sécurité des vaccins à partir des déclarations réalisées par les professionnels de santé ou par les personnes vaccinées" rassure l'autorité. Des points hebdomadaires sont publiés sur le site de l'ANSM. La plupart des effets indésirables rapportés durant les essais cliniques menés sur le vaccin de Pfizer-BioNTech sont des effets indésirables d'intensité légère à modérée disparaissant spontanément en quelques jours, indiquait l'ANSM lors du premier point de situation du 31 décembre. Ce qui tend à se confirmer au fil des vaccinations.

→ Du 27 décembre 2020 au 10 juin 2021 : 25 983 cas d'effets indésirables ont été analysés par les CRPV rapporteurs (Bordeaux et Marseille) sur plus de 32 912 000 injections. La majorité des effets indésirables sont attendus et non graves. Il n'y a pas eu de nouveau signal identifié sur la période avec le vaccin Comirnaty.

→ 29 cas de myocardites : il est observé depuis le début du suivi un total de 29 cas, indique l'ANSM le 10 juin. 14 cas ont été retenus. Il s'agit majoritairement d'hommes (9 hommes / 5 femmes), d'âge médian de 28 ans, avec un délai de survenue médian de 6 jours et plus court pour la seconde dose (3 jours pour la secondes dose et 10 jours pour la première dose). La majorité de ces 14 cas (93%) sont rétablis ou en cours de rétablissement. "Le comité de suivi retient l'hypothèse d'un rôle possible du vaccin Comirnaty dans la survenue des myocardites. Le suivi du signal potentiel de myocardite en particulier dans la population jeune se poursuit" argue l'agence.

→ 79 cas de péricardite depuis le début du suivi, informe l'ANSM le 10 juin. Il s'agit majoritairement d'hommes (51 hommes / 28 femmes), d'âge médian de 61 ans, avec un délai de survenue médian de 5 jours. La majorité des cas (51 cas) sont rétablis ou en cours de rétablissement. "Le comité de suivi confirme la nécessité de poursuivre le suivi du signal potentiel de péricardite, en particulier dans la population jeune."

L'ANSM recommande à toute personne présentant des symptômes tels qu'un essoufflement, des douleurs dans la poitrine, des palpitations ou un rythme cardiaque irrégulier après la vaccination avec Pfizer de consulter rapidement un médecin.

→ Signaux potentiels ou événements déjà sous surveillance : Zona / Troubles du rythme cardiaque / Thrombopénie / thrombopénie immunologique / hématomes spontanés / Déséquilibre diabétique dans des contextes de réactogénicité / Echecs vaccinaux / Syndrome d'activation des macrophages / Hémophilie acquise. / Myocardite/Myopericardite / Syndromes de Guillain-Barré / Pancréatite aigüe / Réactivation à Virus Epstein-Barr / Méningoencéphalite zostérienne / Aplasie Médullaire idiopathique.

→ A ce stade, les cas rapportés d'événements thromboemboliques avec Comirnaty ne montrent pas de spécificité particulière en faveur d'un rôle du vaccin.

 Signaux confirmés : les cas d'hypertension artérielle continuent de faire l'objet d'une surveillance spécifique et sont partagés au niveau européen.

Femmes enceintes et allaitantes 

  • "Les fausses couches spontanées représentent la majorité des effets indésirables enregistrés. Les données actuelles ne permettent pas de conclure que ces événements sont liés au vaccin, d'autant que des facteurs de risques étaient associés dans plusieurs cas et qu'il s'agit d'un évènement relativement fréquent en population générale (de 12 à 20% des grossesses selon les études)."
  • Evènements thromboemboliques : 4 cas ont été observés depuis le début du suivi avec le vaccin Comirnaty. Les modifications de la coagulation pendant la grossesse augmentent le risque thromboembolique (thrombose veineuse profonde ou embolie pulmonaire), notamment en fin de grossesse et en période de post-partum. Le lien avec le vaccin n'est pas établi à ce jour.
  • Contractions utérines douloureuses : 4 cas ont été observés depuis le début du suivi avec le vaccin Comirnaty. Dans 3 cas, les contractions sont survenues en fin de second trimestre. Le lien avec le vaccin ne peut être établi à ce jour. Ces évènements continuent de faire l'objet d'une surveillance spécifique.

Comme lors de la mise à disposition de tout médicament, certains effets indésirables peuvent être inattendus, car non mentionnés dans le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP). Les effets indésirables plus ou moins fréquents sont indiqués dans la notice du vaccin :

Effets indésirables très fréquents : peut survenir chez plus d'1 personne sur 10.

  • site d'injection : douleur, gonflement
  • fatigue
  • maux de tête
  • douleurs musculaires
  • douleurs articulaires
  • frissons, fièvre

Effets indésirables fréquents : peut survenir chez 1 à 10 personnes sur 100.

  • rougeur au site d'injection
  • nausées

Effets indésirables peu fréquents : peut survenir chez 1 à 10 personnes sur 1 000.

  • gonflement des ganglions lymphatiques
  • sensation de malaise
  • douleur dans les membres
  • insomnies
  • démangeaisons au site d'injection

Effets indésirables rares : peut survenir chez 1 à 10 personnes sur 10 000.

  • paralysie soudaine et temporaire des muscles d'un côté du visage entrainant un affaissement

Effets indésirables de fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles)

  • réaction allergique sévère

Quels sont les effets secondaires du vaccin Moderna ?

Dans le communiqué annonçant la validation du vaccin Moderna dans l'Union européenne le 6 janvier 2021, l'Agence européenne du médicament (EMA) a rapporté les effets secondaires observés lors du plus vaste essai clinique mené sur 30 351 personnes âgées de 18 à 94 ans. Les plus courants étaient "généralement légers ou modérés et se sont améliorés quelques jours après la vaccination". Il s'agissait notamment de douleur au site d'injection (92 %), fatigue (70 %), céphalées (64,7 %), douleurs musculaires et articulaires (myalgie (61.5%)/arthralgie (46.4%)), frissons (45,4 %), nausées/vomissements (23 %), fièvre (15,5 %), gonflement au site d'injection (14,7 %) et rougeur (10 %). "Une moindre fréquence de la réactogénicité a été observée chez les sujets les plus âgés", note Moderna dans sa notice et "une incidence plus élevée de certains effets indésirables observée dans les groupes d'âge plus jeunes". A ce jour, il n'y a pas de signal confirmé de sécurité avec le vaccin Moderna

"Les effet indésirables rapportés avec les deux vaccins à ARNm (Comirnaty et Moderna) sont similaires"

→ Du 19 janvier 2021 au 10 juin 2021 : 4 096 cas d'effets indésirables ont été analysés par les CRPV rapporteurs (Lille et Besançon) sur plus de 3 889 000 injections. Un grand nombre de cas concerne des réactions retardées locales non graves. Il n'y a pas eu de nouveau signal identifié sur la période avec le vaccin Moderna.

→ 5 cas de myocardite depuis le début du suivi et au 10 juin. Ils concernent majoritairement des hommes (4 hommes / 1 femme), âgés de plus de 30 ans (4 cas). Le délai de survenue est de 2 à 14 jours. La majorité des patients (4 cas) sont rétablis ou en cours de rétablissement. Un cas est survenu chez un jeune homme de 23 ans d'évolution favorable.

→ 4 cas de péricardite : Il s'agit majoritairement de femmes (3 femmes / 1 homme), sans particularité sur l'âge et avec un délai de survenue de 5 à 23 jours. Tous les patients sont rétablis. "A ce jour, les cas de myocardite et péricardite avec le vaccin Moderna restent sous surveillance spécifique" informe l'ANSM

→ A ce stade, les cas rapportés d'événements thromboemboliques avec Moderna ne montrent pas de spécificité particulière en faveur d'un rôle du vaccin.

Signaux potentiels ou événements déjà sous surveillance : Troubles du rythme / Zona / Réactogénicité après la 2e dose (malaises, syndrome pseudo-grippal) / Déséquilibre-récidive de pathologies chroniques / Ictus amnésique (amnésie transitoire) / Troubles auditifs (surdité, hypoacousie et acouphènes).

→ Signaux confirmés : Réactions retardées : ces réactions, bien décrites dans les essais cliniques avec le vaccin, sont en grande majorité non graves, à type de réactions locales douloureuses, érythémateuses, prurigineuses au site d'injection, survenant avec un délai compris entre 4 et 31 jours après la vaccination (délai moyen à 8 j). Depuis le début du suivi, il a été relevé quelques cas de douleur prolongée au bras vacciné amenant à une impotence fonctionnelle pouvant durer quelques semaines. Par ailleurs, les troubles vasculaires de type d'hypertension artérielle continuent de faire l'objet d'une surveillance spécifique et sont partagés au niveau européen. / Troubles vasculaires de type d'hypertension artérielle.

Femmes enceintes et allaitantes :

  • Les fausses couches spontanées représentent la majorité des cas d'effets indésirables enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance, informe l'ANSM selon les observations menées jusqu'au 15 juin 2021. "Les données actuelles ne permettent pas de conclure que ces événements sont liés au vaccin, d'autant que des facteurs de risques étaient associés dans plusieurs cas et qu'il s'agit d'un évènement relativement fréquent en population générale (de 12 à 20% des grossesses selon les études)."
  • Mort in utero : 2 cas ont été observés depuis le début du suivi avec le vaccin Moderna. Ces cas sont survenus en fin du second trimestre et début du troisième trimestre ; "les données actuelles ne permettent pas de de conclure quant au lien avec le vaccin". Ces événements feront l'objet d'une surveillance spécifique. 

Les effets indésirables signalés sont énumérés selon les conventions de fréquences suivantes par le fabricant (et à partir de l'étude clinique citée plus haut) :

Effets indésirables très fréquents : peuvent survenir chez plus d'1 personne sur 10.

  • Gonflement des ganglions axillaires du même côté que le site d'injection
  • Céphalées
  • Nausée/vomissement
  • Douleurs musculaires et articulaires (myalgie/arthralgie)
  • Douleur au site d'injection
  • Fatigue
  • Frissons
  • Fièvre
  • Gonflement au site d'injection

Effets indésirables fréquents : peuvent survenir chez 1 à 10 personnes sur 100.

  • Eruption cutanée
  • Érythème au site d'injection
  • Urticaire au site d'injection
  • Rash au site d'injection

Effets indésirables peu fréquents : peuvent survenir chez 1 à 10 personnes sur 1 000.

  • Prurit (démangeaison) au site d'injection

Effets indésirables rares : peuvent survenir chez 1 à 10 personnes sur 10 000.

  • Paralysie faciale périphérique aiguë (une paralysie faciale périphérique aiguë (paralysie faciale de Bell) a été signalée par trois participants du groupe recevant le COVID-19 Vaccine Moderna et par un participant recevant le placebo. La survenue chez les participants du groupe recevant le vaccin était de 22 jours, 28 jours et 32 jours après la seconde dose).
  • Gonflement du visage (Moderna précise que deux événements indésirables graves de gonflement du visage ont été observés chez des personnes vaccinées présentant des antécédents d'injection d'agents de comblement cosmétiques. La survenue du gonflement a été signalée 1 et 2 jours après la vaccination, respectivement).

Effets indésirables de fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles)

  • Anaphylaxie
  • Hypersensibilité

Quels sont les effets indésirables du vaccin Astrazeneca ?

Le vaccin Astrazeneca-Oxford est autorisé le 29 janvier 2021 par l'Agence européenne du médicament et administré en France depuis le 6 février. A partir des observations dans les essais, l'EMA indique à cette date que "les effets secondaires les plus fréquents avec le vaccin COVID-19 AstraZeneca étaient généralement légers ou modérés et se sont améliorés quelques jours après la vaccination. Les effets indésirables les plus courants sont la douleur et la sensibilité au site d'injection, les maux de tête, la fatigue, les douleurs musculaires, une sensation générale de malaise, des frissons, de la fièvre, des douleurs articulaires et des nausées".

→ Du 6 février 2021 au 10 juin 2021 : 18 723 cas d'effets indésirables ont été analysés par les CRPV rapporteurs (Amiens et Rouen) sur plus de 5 691 000 injections. La grande majorité de ces cas concerne des syndromes pseudo-grippaux, souvent de forte intensité (fièvre élevée, courbatures, céphalées). Aucun nouveau signal n'a été identifié sur la période du 3 au 10 juin.

→ Concernant les cas de myocardites/myo-péricardites, il est observé depuis le début du suivi un total de 7 cas. Ces cas sont tous survenus après la première dose avec un délai médian de 3 jours chez 4 femmes et 3 hommes d'âge médian 55 ans ; il n'a pas été rapporté de cas chez les moins de 30 ans. Concernant les cas de péricardites, 28 cas ont été rapportés depuis le début du suivi, tous survenus après la première dose avec un délai médian de 8,5 jours chez 18 femmes et 10 hommes d'âge médian 57,5 ans ; deux cas concernent des moins de 30 ans. A ce jour, les cas de myocardite et péricardite avec le vaccin Vaxzevria restent sous surveillance spécifique.

→ 2 nouveaux cas de thrombose atypique ont été rapportés sur la période du 4 au 10 juin, portant le total à 52 cas, dont 13 décès. Ces nouveaux cas concernent une thrombose veineuse cérébrale isolée chez un homme cinquantenaire, une thrombose veineuse splanchnique chez un homme septuagénaire.

→ Syndrome de fuite capillaire : aucun cas signalé en France à ce jour. L'EMA a conclu que le vaccin Vaxzevria peut entraîner de façon extrêmement rare un syndrome de fuite capillaire et a considéré que le vaccin Vaxzevria ne doit pas être utilisé chez les patients ayant des antécédents de syndrome de fuite capillaire. Le résumé des caractéristiques du produit (RCP) et la notice seront prochainement mis à jour avec ces informations.

→ Signaux confirmés :

  • Syndromes pseudo-grippaux : ils sont toujours majoritairement rapportés et les nouvelles données recueillies confirment les résultats des précédentes semaines. En cas de fièvre et/ou de douleurs, l'ANSM conseille de privilégier l'utilisation du paracétamol à la dose la plus faible et le moins longtemps possible.
  • Troubles thromboemboliques : afin d'harmoniser le suivi français des troubles thromboemboliques analysés au niveau européen, il a été décidé de centrer le suivi sur les évènements suivants : les thromboses cérébrales, les thromboses splanchniques, les thromboses multi-sites, toute thrombose associée à une thrombopénie, les CIVD isolées.

→ Aucun signal n'a été identifié chez les femmes enceintes ou allaitantes.

Recommandations de l'ANSM après la vaccination avec AstraZeneca

Les personnes vaccinées doivent consulter immédiatement un médecin si elles présentant des effets indésirables persistants au-delà de 3 jours de type vertiges, maux de tête, troubles visuels, nausées/vomissements, essoufflement, douleurs aiguës dans la poitrine, l'abdomen ou les extrémités ou qui présente des ecchymoses cutanées (pétéchies) au-delà du site de vaccination.

Les professionnels de santé doivent être attentifs aux signes et symptômes évocateurs de thromboembolie associée ou non à une thrombopénie chez les personnes vaccinées par le vaccin AstraZeneca, afin de réaliser les examens biologiques et d'imagerie adéquats pour une prise en charge précoce de ces personnes

Dans la notice du vaccin mise à jour le 9 et le 15 avril 2021, les effets indésirables suivants sont listés :

Effets indésirables très fréquents : peuvent survenir chez plus d'1 personne sur 10.

  • Lymphadénopathie
  • Céphalées
  • Nausées
  • Arthralgies, myalgies
  • Douleur, sensibilité, chaleur, prurit ou ecchymose au site d'injection ;
  • Fatigue, malaise, état fiévreux, frissons

Effets indésirables fréquents : peuvent survenir chez 1 à 10 personnes sur 100.

  • Vomissements, diarrhée
  • Gonflement au point d'injection, érythème au point d'injection, fièvre
  • Thrombocytopénie (baisse des plaquettes sanguines).

Effets indésirables peu fréquents : peuvent survenir chez 1 à 10 personnes sur 1 000.

  • Diminution de l'appétit
  • Vertiges, somnolence
  • Hyperhidrose, prurit, éruptions cutanées

Effets indésirables très rares (< 1/10 000)

  • Thromboses en association avec une thrombocytopénie

Effets indésirables de fréquence indéterminée

  • Anaphylaxie Hypersensibilité

Quels sont les effets secondaires du vaccin Janssen ?

Le vaccin Janssen des laboratoires Johnson&Johnson a été autorisé par l'Agence européenne du médicament le 11 mars et est administré dans les pharmacies françaises depuis le 24 avril sous les mêmes conditions que le vaccin d'AstraZeneca (plus de 55 ans). L'essai clinique de phase 3 mené sur près de 44 000 personnes a montré des effets secondaires "généralement légers ou modérés et disparus quelques jours après la vaccination" indique l'Agence dans son communiqué. Les plus courants étaient la douleur au site d'injection, les maux de tête, la fatigue, les douleurs musculaires et les nausées. 

→ Du 24 avril 2021 au 10 juin 2021 : l'ANSM rapporte 105 cas d'effets indésirables sur plus de 419 000 injections réalisées. La majorité des effets indésirables sont non graves, attendus et d'évolution favorable, en particulier des effets de réactogénicité (par exemple des malaises).

→ Signaux potentiels ou événements déjà sous surveillance : Evènements thromboemboliques - Hypertension artérielle - Zona.

Dans le RCP du vaccin, les effets indésirables rapportés après la vaccination par le vaccin Janssen Covid-19 sont : 

Effets indésirables très fréquents : peuvent survenir chez plus d'1 personne sur 10.

  • Céphalées
  • Nausées
  • Myalgie
  • Fatigue
  • Douleur au site d'injection
  • Malaise
  • Frissons

Effets indésirables fréquents : peuvent survenir chez 1 à 10 personnes sur 100.

  • Toux
  • Arthralgie
  • Fièvre
  • Erythème au site d'injection, gonflements.
  • Thrombocytopénie
  • Vomissement, diarrhée.

Effets indésirables peu fréquents : peuvent survenir chez 1 à 10 personnes sur 1 000.

  • Tremblement
  • Eternuement
  • Douleur oropharyngée
  • Rash
  • Hyperhidrose
  • Faiblesse musculaire, extrémités douloureuses, dorsalgie.
  • Diminution de l'appétit
  • Eruption cutanée, démangeaisons.

Effets indésirables très rares : peuvent survenir chez moins de 1 personne sur 10 000.

  • Thrombose

Fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

  • Anaphylaxie

Y-a-t-il plus d'effets secondaires après la deuxième dose ?

Avec le vaccin de Pfizer-BioNTech : Au 21 mai, l'ANSM indique 7 943 cas indésirables concernant un effet survenu à la 2ème injection. Parmi ces cas, un total de 2 043 cas graves a été rapporté (25,7 %), proportion comparable à celle retrouvée pour les cas rapportés après une 1ère injection (27,6 %). Les proportions de cas associés à un décès, une mise en jeu du pronostic vital et ou une hospitalisation sont en revanche plus faibles que celles observées dans les événements rapportés après une 1ère injection

Avec le vaccin de Moderna : la réactogénicité plus sévère après la 2e dose fait partie des signaux sous surveillance par les autorités de santé. La proportion des cas graves déclarés sur la période du 23 au 29 avril reste plus importante en dose 2 qu'en dose 1 (29.9% vs 21.6%).

Combien de temps après la vaccination surviennent les effets secondaires ?

Avec le vaccin de Pfizer-BioNTech : le délai de survenue médian des effets est d'un jour et de 3,5 jours en moyenne pour le risque de myocardite.

Avec le vaccin de Moderna : les réactions retardées sont bien décrites dans les essais cliniques avec le vaccin. Ils sont en grande majorité non graves, à type de réactions locales douloureuses, érythémateuses, prurigineuses au site d'injection, survenant avec un délai compris entre 4 et 31 jours après la vaccination (délai moyen à 8 jours). Depuis le début du suivi, il a été relevé quelques cas de douleur prolongée au bras vacciné amenant à une impotence fonctionnelle pouvant durer quelques semaines

Quels sont les risques d'allergie ?

Que faire en cas d'effets indésirables après la vaccination ?

Comme après toute vaccination, vous pouvez ne rien ressentir ou observer des effets secondaires, appelés "indésirables". Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, votre pharmacien ou à votre infirmier/ère. Ceci s'applique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans la notice du médicament. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration, en précisant le numéro de lot, s'il est disponible.

→ Il y a les effets désagréables mais non graves qui disparaissent en quelques jours (rougeur, fatigue...).

→ Certains effets indésirables peuvent être plus intenses, durer plus longtemps ou apparaître tardivement après la vaccination (réactions allergiques, apparition de ganglion).

→ Ils peuvent aussi être rares et de types différents : ces effets ne sont pas connus au moment de la mise à disposition du vaccin, on les appelle des effets inattendus.

→ Après une vaccination avec AstraZeneca ou Janssen (risque de thrombose) ; les personnes vaccinées doivent consulter immédiatement un médecin en cas de symptômes persistants quelques jours après la vaccination (au delà de 3 jours) tels que : un essoufflement, une douleur thoracique, un gonflement des jambes, une douleur abdominale, des maux de têtes sévères, une vision floue, ou des ecchymoses à distance du site d'injection.

→ Après une vaccination avec AstraZeneca (risque de fuite capillaire) : Le syndrome de fuite capillaire est une maladie très rare qui provoque une fuite du plasma des petits vaisseaux sanguins et nécessite une prise en charge médicale urgente. Toute personne vaccinée doit immédiatement contacter un médecin si, dans les jours suivants la vaccination, elle présente l'un des symptômes suivants associé à une sensation de faiblesse (liée à une tension artérielle basse) : gonflement rapide des bras et des jambes, prise de poids soudaine.

→ Après une vaccination avec Pfizer ou Moderna (risque d'hypertension) : Devant tout symptôme évocateur d'une hypertension artérielle (malaise, céphalées, vertiges,…), un contrôle de la pression artérielle devra être envisagé pour une prise en charge médicale la plus précoce possible, si elle s'avère nécessaire.

→ Après une vaccination avec Pfizer ou Moderna (risque de myocardite) : l'ANSM recommande à toute personne présentant des symptômes tels qu'un essoufflement (dyspnée), des douleurs dans la poitrine, des palpitations (battements cardiaques forts,) ou un rythme cardiaque irréguliers de consulter rapidement un médecin. L'évolution est habituellement spontanément favorable ou avec un traitement. 

Faut-il prendre du Doliprane avant d'être vacciné ?

La prise de paracétamol (Doliprane) est indiquée lors de la vaccination avec le vaccin d'AstraZeneca pour prévenir le risque de survenue d'un syndrome grippal fébrile (plus faible après l'âge de 50 ans). Après la vaccination - quel que soit le vaccin administré- en cas de fièvre ou de douleurs, l'ANSM conseille de privilégier l'utilisation du paracétamol à la dose la plus faible et le moins longtemps possible.

Sources

COVID-19 Vaccine AstraZeneca - Risque de thrombocytopénie et de troubles de la coagulation. VACCINS - RISQUES MEDICAMENTEUX - 29/03/2021

Point de situation sur le lot ABV5300 du vaccin AstraZeneca contre la COVID-19 13/03/2021. ANSM

Dossier de surveillance des vaccins par l'ANSM

Résumé des caractéristiques du produit Comirnaty de Pfizer.

Résumé des caractéristiques du produit COVID-19 Vaccine Moderna.

Vaccins contre la Covid-19 : pourquoi et comment déclarer les effets indésirables ? ANSM. Guide professionnels de santé. 24 décembre 2020.

Guide de déclaration  des effets indésirables pour les patients. 24 décembre 2020.

Qu'est-ce qu'un effet indésirable ? Vaccination-Info Service.fr

La déclaration des effets indésirables. Ministère de la Santé. 21 février 2018.

Vaccins contre le Covid