Les tests de mémoire pour diagnostiquer la maladie d'Alzheimer

En France, 90 0000 personnes ont la maladie d'Alzheimer. Les tests d'évaluation cognitive, plus communément appelés tests de mémoire, sont indispensables pour repérer et diagnostiquer cette maladie. En quoi consistent-ils ? Où peut-on les faire ? MMS, test de l'horloge, des 5 mots... Liste des tests et explications du Dr Stéphane Epelbaum, neurologue à la Pitié Salpêtrière.

Les tests de mémoire pour diagnostiquer la maladie d'Alzheimer
© Marina Santarovich - 123RF

Définition de la maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui se caractérise par une perte de mémoire, de ses repères dans le temps et dans l'espace, puis progressivement, des pertes de langage, des difficultés à trouver ses mots et à effectuer des gestes de la vie quotidienne. "Tous ces signes sont liés à l'accumulation dans le cerveau de protéines spécifiques, des espèces de petits dépôts, de petits grains de sable, qui viennent enrayer la machine cérébrale et empêcher le cerveau de fonctionner normalement, explique le Dr Stéphane Epelbaum. Ces petits grains de sable se déposent au moins 20 à 25 ans avant que l'on pose le diagnostic donc cette maladie a une très longue phase silencieuse. Ces petits grains de sable se déposent également à cause de tout un tas de facteurs, notamment innés donc génétiques, ainsi que des facteurs environnementaux, éducatifs ou encore des facteurs de santé. Par exemple, des facteurs de risques cardio-vasculaires accentuent le développement de cette maladie, tout comme les traumatismes crâniens qui peuvent favoriser l'émergence de ces dépôts. Tout cela agit de façon interconnectée et in fine les dépôts arrivent, et ensuite les symptômes."

Comment diagnostiquer la maladie d'Alzheimer ?

Actuellement, le diagnostic reste essentiellement clinique.

► La première étape repose sur des tests de mémoire : on s'aperçoit que la mémoire dysfonctionne puisque les souvenirs ne sont plus stockés dans le disque dur cérébral, à la différence de simples troubles attentionnels. "Dans le cadre de troubles attentionnels, si on arrive à focaliser l'attention du patient sur des choses à mémoriser en lui donnant un petit moyen mnémotechnique, le souvenir va être bien stocké alors que quelqu'un qui a la maladie d'Alzheimer n'imprime pas, même si l'on prend des précautions. En général, les personnes qui ont des troubles de la mémoire ne le réalisent pas forcément, c'est ce que l'on appelle l'anosognosie. Elles sont donc souvent amenées par leur famille pour faire des tests de mémoire, commente le spécialiste. Quand le patient a des troubles de la mémoire et une connaissance très partielle et imparfaite de ses troubles, on suspecte vraiment la maladie d'Alzheimer.

► Ensuite, on va procéder à des examens pour éliminer d'autres causes. "On va faire une IRM cérébrale pour s'assurer qu'il n'y a pas de multiples accidents vasculaires cérébraux de petite taille qui seraient passés inaperçus", ajoute le Dr Stéphane Epelbaum. On s'assure aussi qu'il n'y a pas une cause curable de troubles de la mémoire, comme par exemple un trouble à la thyroïde ou des problèmes de carence en certaines vitamines.

► Enfin, la ponction lombaire permet, avec le dosage de marqueurs spécifiques de cette maladie, de confirmer le diagnostic. Ce sont la protéine amyloïde et la protéine TAU qui s'accumulent dans le cerveau et que l'on peut doser dans le liquide céphalo-rachidien. Dans un futur plus ou moins proche, il sera possible de doser de façon très précise ces protéines par une simple prise de sang.

Tests et consultations mémoire : qu'est-ce que c'est ?

Les consultations mémoire permettent d'évaluer de façon précise les fonctions cognitives et, en cas d'anomalies, d'en rechercher la ou les causes. Bien évidemment, une fois le diagnostic posé, une prise en charge est proposée au patient et au médecin. Les consultations mémoire sont assurées par des équipes multi-disciplinaires spécialisées dans le diagnostic et le traitement des troubles cognitifs qui peuvent regrouper en fonction des centres : médecins gériatres, neurologues, psychiatres, généralistes, psychologues, infirmières, orthophonistes, et assistantes sociales.

Tests neuropsychologiques

Le Mini-Mental State Examination (MMS) ou Test de Folstein

Ce test de référence est pratiqué lorsqu'on suspecte une démence ou pour permettre de suivre l'évolution de la maladie. Recommandé par la HAS, il explore l'orientation temporo-spatiale, l'apprentissage, la mémoire, l'attention, le calcul, le raisonnement, le langage et les praxies constructives. Il dure 15 minutes environ et est influencé par le niveau socioculturel. Il est difficile à réaliser par un médecin non expérimenté. 

Orientation dans le temps

Quelques questions sont posées afin d'apprécier le fonctionnement de la mémoire comme "quelle est la date complète d'aujourd'hui ?", "en quelle année sommes-nous ?", "en quelle saison ?", "quel mois ?", "quel jour du mois ?" et "quel jour de la semaine ?" 

Orientation dans l'espace

Description précise de l'endroit où nous nous trouvons : quel est le nom de l'hôpital où nous sommes ? Dans quelle ville se trouve-t-il ? Quel est le nom du département dans lequel est située cette ville ? Dans quelle province ou région est situé ce département ? À quel étage sommes-nous ? 

Apprentissage

3 mots à faire répéter au patient qui doit essayer de les retenir. Ils seront redemandés ensuite. 

Attention et calcul

Faire des soustractions successives à partir de 100 et en retirant 7 à chaque fois. 

Épreuve de mémoire

Rappel des 3 mots qu'il fallait retenir. 

Les épreuves portant sur le langage 

Montrer un objet, le faire nommer, répéter des mots, obéir à des ordres simples permettent d'évaluer différentes fonctions cognitives. 

Praxies constructives

L'apraxie est un désordre de l'activité gestuelle entraînant une difficulté à effectuer des gestes. Il s'ensuit une difficulté à établir des relations des objets entre eux et dans l'espace. L'apraxie constructive correspond à un désordre de la perception de l'espace et perturbe la possibilité de dessiner. La praxie est évaluée en donnant une feuille de papier et en demandant de recopier un dessin. 

Quels sont les résultats ? Chaque question est notée 0 ou 1 Le score total varie de 0 à 30. Un score de 28 ou plus permet de rassurer le patient. Un score entre 23 ou moins révèle une dysfonction cognitive. Un bilan est nécessaire pour comprendre la cause. Pour un score compris entre 24 et 27, il est nécessaire d'interpréter ce résultat en fonction de l'âge et du niveau socio culturel. Une évaluation spécialisée est le plus souvent nécessaire si le patient a des symptômes. le diagnostic ne peut être posé formellement. Il est nécessaire de surveiller le malade. 

Test des 5 mots de Dubois

Le test des 5 mots permet de tester les capacités de mémorisation et de repérer la présence d'un trouble de la mémoire caractéristique de la maladie d'Alzheimer. Il faut faire lire 5 mots au patient, lui faire remarquer à quelle catégorie sémantique appartient chaque mot, comme par exemple le mot limonade qui est une boisson, cacher la liste et lui demander de dire les 5 mots. S'il en manque, on l'aide en citant la sémantique du mot manquant (par exemple quelle était la boisson ?). Résultat : un point par mot restitué avec ou sans aide. Faire ensuite une épreuve distractive afin de mobiliser son attention sur une autre tache intellectuelle. On lui redemande de citer les 5 mots : s'il en manque 1, on aide le patient avec la catégorie sémantique. On côte 1 par mot restitué avec ou sans aide. Un score de 10 élimine la maladie d'Alzheimer.

Le test de Lawton

Ce test n'est pas un test d'évaluation cognitive : ce test évalue partiellement le degré de d'autonomie. Il est proposé par certains professionnels pour une aide à la détection des démences, situation pouvant provoquer une dépendance. Ce test comporte 4 phases : Possibilité d'utiliser le téléphone (utilisation normale, utilisation pour des numéros connus, impossibilité totale..), moyen de transport (se déplacer seul, taxi, bus, impossibilité de se déplacer...), prise de médicaments (prises seuls à horaires fixes, impossibilité de les prendre seuls, possibilité de les prendre s'ils sont préparé..) et gérer son argent (autonomie complète, impossible de gérer seul..). Les 4 phases de ce test permettent de repérer les personnes qui présentent une démence non encore diagnostiquée, ou qui la développeront dans l'année.

Le test de la BREF

Ce test a pour but d'évaluer le fonctionnement du lobe frontal, une partie du cerveau importante dans la gestion du quotidien, la planification des tâches, l'organisation et la conceptualisation de ce que l'on a à faire. "Cela peut être donner les différences entre différents mots, exécuter des petites séries de gestes successifs, donner un maximum de noms commençant par une lettre. Ces exercices nous permettent de comprendre le fonctionnement du lob frontal qui est souvent altéré dans la maladie d'Alzheimer", souligne le neurologue.

Le test de l'horloge

Ce test explore différentes fonctions de la mémoire parmi lesquelles les praxies et l'orientation temporo-spatiale. Il s'effectue en 4 ou 5 minutes environ. Un cercle avec un point central représentant le cadran d'une montre ou d'une horloge est montré à la personne testée à laquelle il est demandé de placer les chiffres correspondant aux heures. Représenter une heure précise. Résultats : un point est délivré pour chaque réponse exacte. Tous les chiffres des heures, de 1 à 12, doivent être présents, placés dans le bon ordre, bien positionnés, les deux aiguilles sont dessinées, l'aiguille indiquant l'heure ainsi que l'aiguille indiquant les minutes sont bien positionnées. Les tailles différentes des deux aiguilles sont respectées et exactes. La personne doit avoir un résultat positif pour chaque question. Le score normal est de 7 sur 7. Un point perdu reflète une anomalie qui nécessite un bilan plus complet. Le test présente une bonne sensibilité de détection de démence mais n'est pas spécifique de la maladie d'Alzheimer. 

Test de la FCRST

"C'est un très bon test de mémoire qui permet de faire la distinction entre les problèmes purement attentionnels et la maladie d'Alzheimer. Par exemple, imaginons que je donne au patient le mot hareng et qu'il ne le retrouve pas mais que lorsque je lui dis poisson le mot revient. Cela signifie que c'était plus l'attention qui était un peu ailleurs mais si ça ne revient pas, effectivement c'est plus inquiétant", indique le spécialiste.

Tests neuro-psychométriques

Épreuve de Grober et Buschke

L'épreuve de Grober et Buschke comprend 16 mots appartenant à 16 catégories sémantiques différentes. Ce test complexe est utilisé en milieu spécialisé par des psychologues. Il permet de connaître les performances de la mémoire est en cas de troubles, de repérer les problèmes d'encodage des informations des problèmes de rappel. 

Exercice de la figure de Rey

Il s'agit de mémoriser la copie d'un dessin. "C'est un test intéressant parce qu'il teste différentes fonctions : les fonctions de planification et les fonctions de gestuelle constructive. On demande 30 minutes après de recopier la figure sans avoir dit à la personne qu'il y allait y avoir un test de mémoire. Quand il est réussi, on considère que la mémoire visuelle ne fonctionne pas trop mal", note le Dr Stéphane Epelbaum. 

Test de langage DO80

"C'est un test dans lequel on montre 80 images au patient et il doit dire de quoi il s'agit. C'est particulièrement intéressant quand la personne dit qu'elle a du mal à trouver les mots", remarque le neurologue.

Où faire les tests de la mémoire ?

Les tests de la mémoire s'effectuent principalement dans des centres de consultation mémoire auprès de neuropsychologues, c'est-à-dire des psychologues spécialisés en neuropsychologie. "Mais aussi dans des centres mémoire, les consultations mémoire, ainsi que chez les neuropsychologues qui travaillent en libéral, souvent en lien avec des neurologues. En Île-de-France, il existe un réseau qui s'appelle le réseau mémoire Aloïs qui propose ces tests et éventuellement dans des centres de recherche", ajoute le spécialiste.

Sources :

Merci au Dr Stéphane Epelbaum, neurologue à la Pitié Salpêtrière et au sein de l'Institut de la Mémoire et de la Maladie d'Alzheimer.

Neurologie