Intolérance aux sulfites : symptômes, test, que faire ?

Chargement de votre vidéo
"Intolérance aux sulfites : symptômes, test, que faire ?"

Nez qui coule, éternuements, démangeaisons... Les sulfites peuvent être responsables de réactions évocatrices d'allergie. Que sont les sulfites ? Pourquoi provoquent-ils de telles réactions dans l'organisme ? Quels traitements existent ? Explications avec le Dr Eric Thomas, allergologue.

Définition : qu'est-ce qu'une intolérance aux sulfites ?

Ces composés chimiques sont issus du soufre. Naturellement présents dans certains aliments, ils peuvent aussi être rajoutés par l'industrie agro-alimentaire pour leur rôle antioxydant et conservateur (en particulier pour éviter la grisaille). "Ils peuvent également être présent dans l'imprimerie (pour prévenir la grisaille du papier) et dans certains médicaments", précise le Dr Eric Thomas, allergologue. S'ils sont le plus souvent anodins, chez certaines personnes sensibles ils peuvent provoquer des symptômes gênants. Plus la quantité ingérée sera importante, et plus les effets seront élevés.

Dans quoi trouve-t-on des sulfites ?

  • Les sulfites sont présents dans presque tous les vins : vin blanc, vin rouge, vin rosé, champagne et cidres. Ils sont moins présents dans les grands crus, ou en agriculture biologique, moins également dans les bières.
  • Beaucoup les fruits secs et fruits confits, confiture.
  • Pommes de terre surtout en flocons.
  • Cornichons, ketchup, moutarde, Fines herbes, Vinaigre, sauces et vinaigrettes.
  • Légumes : en conserve, congelés, séchés (soupes).
  • Céréales.
  • Charcuteries (jambons) en emballage sous vide.
  • Poissons et crustacés.

Symptômes et réactions

Chez les personnes qui y sont intolérants, la consommation de sulfites peut déclencher des maux de tête type migraineux dans les quelques heures qui suivent. "D'autres symptômes proches de l'allergie peuvent aussi se manifester : rhinite spasmodique (éternuements, écoulement nasal clair) et gêne respiratoire (en particulier lors de lecture de journaux ou livres fraîchement imprimés) démangeaisons et éruption urticarienne, douleurs abdominales", précise le Dr Thomas. Les personnes porteuses d'un syndrome de Fernand-Widal (syndrome associant asthme, polypose naso-sinusienne et intolérance à l'aspirine) peuvent avoir des symptômes aggravés par l'absorption des sulfites.

Mécanisme

"Il faut parler d'intolérance à un produit chimique et non pas d'allergie, il n'y a pas de mécanisme immunologique médiée par les anticorps IgE comme dans l'inflammation allergique classique", explique le Dr Thomas.

Test d'une allergie aux sulfites

Il n'existe donc aucun test cutané ni biologique puisque ce n'est pas lié à un mécanisme d'inflammation allergique. Le diagnostic sera évoqué après l'enquête minutieuse que fait habituellement un spécialiste en allergologie : circonstances d'apparition des symptômes, délai d'apparition des réactions et quantité absorbée d'aliments contenant des sulfites. "En cas de doute diagnostique, ou si l'on veut déterminer la dose seuil à ne pas dépasser chez un patient, il est possible de faire un test de réintroduction dans certains centres hospitaliers pourvu d'une unité d'allergologie : celui-ci consiste en l'ingestion de doses progressives de sulfites jusqu'à une dose-seuil maximale définie. Si une réaction intervient, le diagnostic d'intolérance est posé et la dose déclenchante est déterminée", relate notre expert.

Traitement : que faire ?

Il n'existe pas de traitements contre l'intolérance aux sulfites. La seule chose à faire est d'éviter les produits qui contiennent des sulfites en grande quantité.

Prévention : comment éviter les sulfites ? Que privilégier ?

Commencez par regarder les étiquettes des aliments car la déclaration de la présence de sulfites dans les aliments et les boissons est obligatoire lorsque leur concentration atteint 10mg/litre ou 10 mg/kg. Mais ouvrez également l'œil car parfois, la mention sulfite se cache derrière des appellations : E220 à E228.

  • E220 (anhydride sulfureux) - exemples : viande de hamburger, bières, cidres et poirés, confiserie, confitures, fruits confits, gelées, abricots secs...
  • E221 (sulfite de sodium) - exemple : blanchiment des filets de morue salée.
  • E222 : Vins, cidres, hydromels.
  • E223 (bisulfite de sodium).
  • E225 (sulfite de potassium).
  • E226 (sulfite de calcium).
  • E227 (bisulfite de calcium).
  • E228 (sulfite acide de potassium) - exemples : hamburgers, pommes de terre déshydratées, fruits secs, confiseries, vins.

Merci au Dr Eric Thomas, allergologue au DermoMedicalCenter, membre expert de l'ARCAA (association de recherche clinique en allergologie et asthmologie).