Allergie à la poussière : quels symptômes, que faire ?

Constituée de fibres et de débris très fins (son diamètre est inférieur à 500 micromètres), la poussière contient des particules pouvant rester en suspension dans l'air. Inhalée, elle peut provoquer chez les allergiques divers symptômes récurrents. Quels sont les causes et les traitements ? Explications avec le Dr Eric Thomas, allergologue.

Allergie à la poussière : quels symptômes, que faire ?
© lightfieldstudios -123RF

Définition

Selon l'Inserm, 25 à 30 % de la population est allergique. Il s'agit d'une maladie, liée à une réaction anormale et excessive de l'organisme lors du contact avec de  substances sensibilisantes. De nombreux allergènes existent, en intérieur d'habitation (acariens, poils d'animaux, moisissures, blattes), en extérieur (végétaux, moisissures, insectes hyménoptères), également aliments et médicaments.

Allergie à la poussière de bois

"Lorsque l'on travaille le bois, des substances dans les écorces (allergènes végétaux, mousses) peuvent s'échapper et provoquer les symptômes allergiques après un certain temps d'exposition répétée", précise le Dr Eric Thomas, allergologue.

Allergie à la poussière de papier

Elle peut être causée par les ingrédients des encres et des ingrédients conservateurs (comme les sulfites).

Allergie à la poussière de craie

"Le bâton de craie, friable, libère des particules qui par frottement aux doigts peuvent provoquer des lésions allergéniques cutanées, tandis que la poussière en suspension dans l'air donne plutôt des symptômes d'irritation sur une inflammation respiratoire préexistante (souvent allergique)", précise le Dr Thomas.

Allergie à la poussière d'orge

Les céréales, comme le blé, l'avoine ou encore l'orge, produisent de la poussière : elles peuvent contenir une multitude de matières organiques et inorganiques dont des moisissures, des acariens, des insectes, des pesticides, des fertilisants… potentiellement source de symptômes d'allergie respiratoire ou cutanée

Allergie à la poussière de béton

"Les opérations de ponçage et de perçage du béton provoquent la libération de poussière, responsable antérieurement de dermite allergique sévère ("gale du cimentier") quand le ciment contenait du chrome, indique le Dr Thomas. Actuellement cette poussière est plutôt responsable d'irritation non spécifique, sur des lésions muqueuses (nez et bronches) et cutanées préexistantes".

Allergie à la poussière de maison

La poussière n'est pas un allergène en soi : elle regroupe de nombreux allergènes provenant des acariens, des moisissures, des poils des animaux domestiques et des insectes divers.

Symptômes : reconnaître une allergie à la poussière

Elle se caractérise par :

  • Le nez bouché
  • Des éternuements en salves surtout matinaux au lever du lit
  • Un écoulement nasal clair
  • Des larmoiements
  • Le nez et la gorge qui grattent
  • Des maux de tête quand il y a atteinte des sinus
  • Une toux plutôt le soir ou la nuit qui peut être un premier signe d'asthme
  • Un épisode d'asthme si la rhinite reste persistante

Causes

L'allergie est un dérèglement du système immunitaire : chez la personne allergique, l'organisme perçoit à tort l'allergène comme "dangereux". Lorsqu'il se trouve en contact avec la poussière, il produit, pour se défendre des anticorps spécifiques de l'allergie (les IgE). Ces derniers provoquent la libération de plusieurs médiateurs chimiques dont le premier est l'histamine. "C'est elle qui fait enchaîner toute la cascade de symptômes gênants. Le processus allergique se produit lorsqu'il y a une exposition répétée à l'allergène, d'autant plus facilement qu'il y a des facteurs favorisants comme un terrain allergique familial, une exposition répétée à des polluants", ajoute l'allergologue.

Que faire, qui consulter ?

Votre médecin traitant dans un premier temps, celui-ci vous proposera un traitement pour soulager vos symptômes allergiques. Il vous orientera vers une consultation d'allergologie si les symptômes sont anciens et insuffisamment contrôlés par le premier traitement (en particulier rechute immédiate après arrêt des médicaments).

Traitements : comment soigner une allergie à la poussière ?

Le traitement repose dans un premier temps sur des médicaments de type anti-histaminique, disponible sans ordonnance en pharmacie. Présentés sous forme de comprimés, de pulvérisation nasale ou de collyre, ils soulagent les éternuements, les picotements du nez et les larmoiements. Si les symptômes durent plusieurs semaines ou plusieurs mois, consultez un médecin. Pour diminuer la congestion nasale, il vous proposera un corticoïde sous forme de pulvérisation nasale. "Si les troubles sont insuffisamment contrôlés par les traitements précédents ou s'ils rechutent après l'arrêt, il faudra envisager un traitement spécifique sur l'allergène qui est l'immunothérapie allergénique (ou désensibilisation), explique le Dr Thomas.

Seul un allergologue pourra identifier le ou les allergènes qui serviront pour les modalités de ce traitement spécifique, en procédant à 3 formes d'exploration, l'interrogatoire (enquête soigneuse pour orienter la recherche), les tests cutanés (pricks-tests à lecture immédiate à 15 minutes) et/ou la recherche biologique d'anticorps IgE spécifiques pour batterie d'allergènes (choix selon l'environnement du patient recueilli et les circonstances d'apparition des symptômes) ". Les tests cutanés, en particulier les pricks-tests, sont réalisables à tout âge, même chez les nourrissons. Une fois l'allergène identifié, le médecin pourra envisager l'indication d'une désensibilisation. Actuellement seule la voie sublinguale est disponible, et l'efficacité ne peut être obtenue que sur un patient d'âge supérieur à 5 ans. "Il s'agit de déposer périodiquement sous la langue quelques gouttes d'allergène. Peu à peu, l'effet vaccinant (induction de tolérance) s'instaure et les symptômes gênants s'atténuent, voire disparaissent", précise notre expert. La durée minimale de 3 ans de traitement doit obéir à une observance soigneuse pour garantir un effet durable dans le temps quand l'interruption est envisagée. Le taux d'efficacité avoisine les 80% pour la plupart des allergènes disponibles.

Traitements naturels

L'homéopathie peut vous aider. Vous pouvez associer un médicament spécifique à la poussière : Dermatophagoïdes pteronyssimus 30 CH, à raison d'une dose chaque dimanche pendant le premier mois, puis un dimanche sur deux, pendant trois mois. A réévaluer ensuite. Ensuite, un médicament du processus allergique : Poumon histamine 15CH 5 granules chaque matin. A compléter en fonction des symptômes associés :

  • En cas d'éternuement et de rhinorrhée abondante : Allium cepa 9CH
  • En cas de yeux larmoyants : Euphrasia 9CH
  • En cas de yeux rouges, secs et gonflés et de nez bouché : Apis mellifica 15CH

Merci au Dr Eric Thomas, allergologue au DermoMedicalCenter.

Autour du même sujet

Allergies respiratoires