Test dépistage cancer colorectal : gratuit, pharmacie, comment faire ?

Un test de dépistage du cancer colorectal doit être réalisé tous les 2 ans entre 50 et 74 ans. Un kit de dépistage peut être retiré gratuitement en pharmacie pour ensuite être fait à la maison. Marche à suivre.

Test dépistage cancer colorectal : gratuit, pharmacie, comment faire ?
© OceanProd - stock.adobe.com

Un test de dépistage du cancer colorectal est proposé tous les deux ans aux hommes et femmes âgés de 50 à 74 ans, soit à près de 17 millions de Français. Mais trop peu le réalisent. Pour augmenter le taux de participation de la population cible à ce dépistage qui sauve des vies, les modalités d'accès ont été facilitées. Désormais, le kit de dépistage peut être commandé en ligne sur le site de l'Assurance Maladie Monkit.depistage-colorectal.fr pour le recevoir ensuite à la maison ou être directement retiré en pharmacie. On estime que si au moins 50 % de la population cible participait au dépistage, on diminuerait la mortalité de ce cancer d'environ 30 %. A l'échelle nationale, cela représenterait 6 000 vies épargnées par an. Quelles sont les conditions pour avoir ce test ? Pourquoi faire ce test ? Comment le faire ? A quel âge ? Tous les combien de temps le faire ? Comment procéder au test chez soi ? Que faire si le test est positif ? Est-ce gratuit ? Toutes les réponses.

En quoi consiste le dépistage du cancer colorectal ?

Le dépistage consiste à réaliser chez soi un test de recherche de sang dans les selles. Si du sang est trouvé dans les selles lors du test de dépistage, une coloscopie est effectuée. La coloscopie peut mettre en évidence un cancer, des polypes ou adénomes avant qu'ils ne deviennent cancéreux. Le cancer colorectal (cancer du côlon) est un cancer relativement fréquent qui touche aussi bien les hommes que les femmes, le plus souvent entre 50 et 75 ans. Avec 11,2 % de l'ensemble des nouveaux cas de cancers masculins, le cancer colorectal est chez l'homme le 3e cancer le plus fréquent après ceux de la prostate et du poumon. Avec 11,3% de l'ensemble des nouveaux cas de cancers chez la femme, le cancer colorectal est le 2e cancer incident après celui du sein. On utilise le terme de cancer colorectal pour désigner les cancers du côlon et du rectum, qui constituent tous les deux le gros intestin, la dernière partie du tube digestif. Le cancer colorectal correspond à une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Dans 60 à 80% des cas, le cancer colorectal fait suite à une tumeur bénigne, appelée communément polype. Il faut ensuite 5 à 10 ans à ce polype pour se transformer en cancer. "Dans la très grande majorité des cas, il n'y a aucun symptôme associé au développement d'un polype ou d'une tumeur débutante. C'est la raison pour laquelle les cancers colorectaux peuvent être découverts à un stade évolué, donc grave." explique le Dr Bredin. En effet, dans son évolution, un polype va passer par différents stades de transformation au cours desquels il va peu  à peu émettre du sang à sa surface. La présence de sang occulte pourra évoquer la présence d'un polype avant qu'il ne se transforme en cancer". Diagnostiqué précocement, le cancer colorectal se soigne dans 9 cas sur 10 et ce avec des traitements autrement moins lourds que dans un stade plus avancé. Ce dépistage sauve ainsi véritablement des vies !

C'est quoi le kit de dépistage du cancer colorectal ?

Le kit se présente sous la forme d'une enveloppe bleue (ci-dessous). Il est composé de 3 volets qui contiennent :

  • Volet 1 : un mode d'emploi
  • Volet 2 : une fiche d'identification pour la restitution du résultat + un dispositif de recueil des selles
  • Volet 3 : un tube de prélèvement + un sachet de protection + une enveloppe de retour 

Le test est à  faire chez vous, puis vous l'envoyez au laboratoire pour qu'il soit analysé. La démarche est entièrement prise en charge par l'Assurance Maladie. 

Photo du kit de dépistage du cancer colorectal
 

Comment faire le kit de dépistage du cancer colorectal ?

En l'absence d'antécédents personnels ou familiaux, qui augmentent le risque de cancer colorectal, le dépistage est basé sur la recherche d'un saignement occulte dans les selles. Le prélèvement de selles est réalisé à domicile au moyen d'un "kit de dépistage"à envoyer pour analyse par voie postale. Le test et son interprétation sont gratuits. Une fois le test reçu à la maison ou retiré en pharmacie :

  • Utiliser le test rapidement pour éviter qu'il ne se périme.
  • Si le test n'est pas utilisé tout de suite, il faut le conserver à une température comprise entre 2 et 30 degrés maximum.
  • Avant toute utilisation, vérifier la date d'expiration sur l'enveloppe bleue ou sur le tube
  • Coller l'étiquette sur la fiche d'identification et compléter les informations.
  • La petite étiquette est à coller sur le tube.
  • Coller la feuille de recueil des selles sur la lunette des toilettes (il ne faut aucun contact avec du liquide (urine, javel).
  • Une fois les selles déposées dans la feuille de recueil, ouvrir le tube de prélèvement et gratter la tige à la surface des selles pour recouvrir la partie striée. Remettre la tige dans le tube, fermer et secouer. Le reste se jette dans les toilettes.
  • Mettre le tube dans le sachet de protection et ajouter la fiche d'identification. Envoyer le tout sans timbre.

Qui doit faire un dépistage du cancer colorectal ?

"On définit 3 niveaux de risque" explique le Dr Bredin :

  • le risque normal : être âgé de 50 ans ou plus ;
  • le risque élevé : présenter un ou des antécédents familiaux au 1er degré de polype avancé ou de cancer colorectal (premier degré : parents directs, fratrie), ou présenter une pathologie exposant au risque de cancer colorectal (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, …)
  • le risque très élevé : présenter une pathologie génétique à risque de cancer colorectal (syndrome de Lynch, polypose adénomateuse Familiale, etc…)

Seuls les patients à risque normal sont concernés par le dépistage de masse par le biais du test de recherche de sang occulte dans les selles. Les patients des deux autres groupes relèvent d'un dépistage ciblé directement par coloscopie. En cas de symptôme d'inquiétude, le test de recherche de sang occulte dans les selles n'est pas pertinent. Par conséquent, en cas de sang visible dans les selles, de changement inhabituel de son transit, de douleurs abdominales  inhabituelles et prolongées (au delà de quelques semaines), d'un amaigrissement involontaire, ou d'anémie, il est recommandé de consulter en vue de programmer une coloscopie.

A quel âge faire un dépistage du cancer colorectal ?

Un test de dépistage du cancer colorectal est proposé tous les deux ans aux hommes et femmes âgés de 50 à 74 ans. Un coloscopie peut-être envisagée plus précocement en cas d'apparition de symptômes évocateurs ou de niveau de risque élevé.

Peut-on faire un dépistage du cancer colorectal après 75 ans ?

L'âge n'est pas une contre-indication au dépistage. Au delà de 74 ans, et en l'absence de contre-indication à une coloscopie, le dépistage doit se faire par coloscopie. Il s'agit d'un dépistage ciblé, orienté par l'existence de symptômes, ou d'antécédents, et qui sera proposé individuellement par le médecin traitant ou le gastro-entérologue.

Si le test est positif, cela ne signifie pas forcément qu'il y a un cancer.

Si le patient a des antécédents personnels ou familiaux, et qu'il a déjà réalisé des coloscopies, l'indication d'une nouvelle coloscopie est posée par le médecin traitant et le gastro-entérologue. En alternative à l'endoscopie (qui est réalisée souvent  sous anesthésie générale), on peut proposer une coloscopie virtuelle, qui est un scanner avec reconstruction en 3D de la surface de l'intestin. Cet examen est à même de découvrir des lésions dont la taille est au delà de 3 mm. Cet examen nécessite toutefois une préparation identique à une coloscopie (purge) et ne permet pas l'ablation des polypes qui pourraient être découverts.

Comment obtenir le kit de dépistage du cancer colorectal ?

Tous les 2 ans, les personnes qui ont entre 50 et 74 ans sont invités à effectuer un test de dépistage du cancer colorectal, via un courrier reçu à leur domicile. Pour obtenir le kit de dépistage, plusieurs possibilités : 

→ Soit consulter le médecin (généraliste, gynécologue, hépato-gastroentérologue, médecin d'un centre d'examen de santé du régime général de l'Assurance Maladie (CES)) au sujet du dépistage du cancer colorectal. C'est le médecin qui remet le test au patient après lui avoir expliqué son mode d'utilisation. Si le médecin le juge utile, il peut aussi proposer de faire le test de dépistage du cancer colorectal et en précise l'intérêt. Après avoir obtenu l'accord du patient, le médecin lui remet le test et lui explique comment l'utiliser à son domicile. Enfin, les personnes qui n'ont pas réalisé le test remis par le médecin généraliste sont relancées par la structure de gestion qui leur envoie le test par voie postale avec un mode d'emploi. 

→ Soit commander en ligne le kit de dépistage sur le site de l'Assurance Maladie : monkit.depistage-colorectal.fr, afin de répondre à quelques questions, et, en l'absence de risque particulier, de commander le test pour le recevoir à domicile.

→ Soit retirer le test en pharmacie sans avoir besoin de prendre rendez-vous. Il suffit d'appartenir à la tranche d'âge éligible au dépistage ou de présenter le courrier de l'Assurance maladie. 

Comment avoir son kit de dépistage en pharmacie ?

Depuis le 11 avril 2022, le kit de dépistage du cancer colorectal peut être délivré gratuitement dans les officines, par les pharmaciens. Il est donc possible d'obtenir son kit de dépistage du cancer colorectal directement en pharmacie, sans nécessairement attendre de recevoir le courrier de l'Assurance maladie et de passer par la case rendez-vous chez son médecin traitant (si vous êtes dans la tranche d'âge éligible au dépistage : 50 à 74 ans). 

Sous quel délai reçoit-on les résultats ?

Les résultats sont envoyés sous une quinzaine de jours, à la personne au patient et à son médecin. Le résultat du test est généralement disponible dans les 15 jours. La réalisation d'une coloscopie est indiquée dès que possible en cas de positivité du test.

Que faire si le test est positif ?

La réalisation d'une coloscopie est indiquée dès que possible en cas de positivité du test. 

→ Si le test est positif (4% des cas), cela signifie que du sang est présent dans vos selles. Le médecin vous adresse à un gastroentérologue pour la réalisation d'une coloscopie recherchant l'origine de ce saignement :

  • Une lésion précancéreuse est en cause dans environ 30 % des cas,
  • Une lésion cancéreuse est à l'origine du saignement dans environ 8 % des cas,
  • Dans plus de la moitié des cas, la coloscopie ne trouve aucune anomalie.

Un test positif ne signifie pas forcément qu'il y a un cancer. Cela signifie simplement qu'il est recommandé de réaliser une coloscopie. Le médecin enverra le patient chez un gastro-entérologue afin qu'il effectue une coloscopie. Il s'agit d'un examen qui permet de visualiser l'intérieur de l'intestin et de visualiser un polype ou une tumeur, et si possible, de procéder à son ablation. Cet examen peut être douloureux, il est souvent proposé sous anesthésie générale légère. "Il s'agit d'un examen invasif qui nécessite une préparation intestinale (purge) qui va conditionner la qualité et la sécurité de l'examen. Autrefois laborieuse et désagréable, la préparation intestinale est réalisée en deux temps (la veille et le matin de l'examen). Elle est désormais plus facile à réaliser, et existe sous diverses modalités (comprimés, boissons à reconstituer dont le goût a été amélioré)". prévient le Dr Bredin.

→ Si le test est négatif (96% des cas), cela signifie qu'aucun saignement n'a été détecté. Dans ce cas, le test vous sera proposé tous les deux ans mais si vous présentez des signes anormaux entre deux tests (saignement, amaigrissement...), une consultation médicale est recommandée.

Le test de dépistage est-il gratuit ?

Le test de dépistage du cancer colorectal est gratuit. "Sur un plan sémantique, le test de recherche de sang occulte dans les selles n'est pas remboursé à 100 % par l'Assurance Maladie, car l'Assurance Maladie ne finance pas le dépistage, du moins pas directement. Les structures de dépistage se sont régionalisées depuis 2019, et sont administrées par le biais de GIP (Groupements d'Intérêts Publics), financés par l'Assurance Maladie, mais aussi les régions. Il est donc plus juste de dire que le test est gratuit." précise le Dr Bredin.

Merci au Dr Christian Bredin, gastro-entérologue.

Sources :

- Dépistage chiffres Santé Publique France

- Evaluation dépistage 2017, Société nationale Française de Gastro-Entérologie (SNFGE)

Dépistage, évolution et traitements du cancer