DMLA (sèche, humide) : symptômes, traitements pour les yeux

Première cause de malvoyance chez les plus de 50 ans en France, la DMLA est une affection ophtalmologique qui se traduit par une perte progressive de la vision centrale. Premiers symptômes, DMLA sèche, DMLA humide, tests, injections... Le point sur cette pathologie avec le Dr Damien Haution, médecin ophtalmologiste.

DMLA (sèche, humide) : symptômes, traitements pour les yeux
© Ion Chiosea - 123RF

Définition : qu'est-ce que la DMLA ?

La DMLA ou Dégénérescence maculaire liée à l'âge est un vieillissement anormal et rapide de la macula, la partie centrale de la rétine. La macula permet de transmettre les détails des images perçues par l’œil au cerveau. Dans la DMLA, les images apparaissent déformées et les détails ne sont plus perçus. Une tache peut apparaître au milieu de la vision et les lignes droites ont tendance à s'onduler. C'est une pathologie invalidante, les activités précises, la conduite ou la lecture étant rendues difficiles, voire impossibles. La DMLA apparaît généralement après 50 ans et ne peut pas être guérie à l'heure actuelle, mais l'évolution peut être stabilisée. 

La DMLA peut revêtir deux formes différentes.

DMLA sèche

DMLA sèche
Forme sèche de la DMLA © Sante-medecine.net

La DMLA humide, également appelée DMLA exsudative, qui correspond à un développement anormal de vaisseaux sanguins au sein de la macula, c'est-à-dire de la zone rétinienne qui constitue le siège de la vision centrale de l'œil. Ces néovaisseaux exsudent du sang et du sérum qui désorganisent la rétine. 35 à 65 % des cas de DMLA à un stade avancé sont des DMLA humides. "Aussi appelée DMLA atrophique, la DMLA sèche est un amincissement puis une destruction progressive de la rétine dans l'aire maculaire. Pour l'instant, nous n'avons aucun traitement curatif mais des études sont en cours sur les cellules souches notamment", remarque le Dr Damien Haution.

DMLA humide ou exsudative

DMLA  humide
Forme humide de la DMLA © Sante-medecine.net

Contrairement à la DMLA sèche, la DMLA humide correspond à un épaississement de la rétine. "Ce sont des néo-vaisseaux anormaux qui se développent et qui vont fuir dans la rétine, créant ainsi un œdème. Il existe un traitement qui permet de stopper l'évolution, ce sont des anti-VEGF qui permettent de faire résorber l'œdème. On a parfois une légère récupération mais lorsque les dégâts sont faits, c'est déjà trop tard, il faut agir le plus vite possible afin de stabiliser l'acuité visuelle et d'éviter une progression de la pathologie. Cela se fait par des injections directement dans l'œil", précise l'ophtalmologiste.

Facteurs de risque

Il existe deux principaux facteurs de risque favorisant l'apparition de la DMLA. Il s'agit, tout d'abord, de la prédisposition génétique. En effet, certains individus s'avèrent plus exposés que d'autres à cause de leurs antécédents. D'autre part, le tabagisme accroît considérablement le risque de développer cette pathologie. À noter que des facteurs plus secondaires peuvent également constituer des facteurs de risque à l'image de l'obésité ou des maladies cardio-vasculaires.

Premiers symptômes

Les symptômes de la DMLA ressentis par le patient sont une baisse de vision lors de la lecture, en regardant la télévision, une impression que les lunettes sont toujours sales, une tache noire au centre de l'oeil (scotome). L'apparition de métamorphopsies, déformation des images, les lignes droites paraissant "brisées", déformées ou gondolées, complètent ce tableau clinique. Il n'existe en revanche aucune douleur ni aucun signe inflammatoire

Seule la DMLA sèche peut bénéficier de certains traitements. 

Diagnostic

Trois examens sont effectués :

  • Le fond d'œil qui permet d'observer la macula.
  • Une angiographie qui permet de confirmer l'apparition de néo-vaisseaux.
  • L'OCT (tomographie à cohérence optique) qui fournit une mesure très précise de l'épaisseur de la macula. 

Ces examens permettent de visualiser les plages d'atrophie dans la forme dite "sèche" et la présence de néovaisseaux dans la forme exsudative ou "humide". Seule cette forme peut bénéficier de certains traitements (injection intravitréenne d'anti-angiogéniques ou anti-VEGF principalement, voire photothérapie dynamique). Dans la forme sèche, aucun traitement n'est possible, il n'existe que des palliatifs : système grossissants, rééducation basse vision (utilisation de la rétine périphérique). 

DMLA : quels tests ?

On met en évidence cet œdème avec une machine qui s'appelle l'OCT, c'est comme un scanner de la rétine qui permet de visualiser ces anomalies-là. "Les signes d'appel d'une DMLA humide sont la baisse d'acuité visuelle brutale, des déformations des lignes et une tâche au centre de la vision tandis que la DMLA sèche est une atteinte progressive", note le spécialiste.

Prévention : le rôle de l'alimentation

Certains facteurs semblent favoriser l'apparition de la DMLA comme l'exposition prolongée au soleil, l'obésité, les troubles circulatoires et le tabagisme. Chez certaines personnes qui ne présentent pas de prédisposition génétique à la maladie , dont un œil est atteint de DMLA liée à l'âge, il est possible de prévenir l'apparition de la DMLA au niveau du deuxième œil, en ayant recours à la DHA, un acide gras omega-3, ainsi qu'à la lutéine et à la zéaxanthine, caroténoïdes présents dans les épinards et les brocolis. La consommation de poissons gras riches en omégas 3 comme le saumon, le thon, ou le maquereau pourrait avoir un effet préventif.

Les traitements n'apportent pas une guérison totale au patient.

Traitement

La forme exsudative de la DMLA peut faire l'objet d'un traitement. Sa prise en charge passe par l'injection de médicaments anti-angiogéniques (anti-VEGF) bloquant l'action du facteur de croissance VEGF à l'origine de la prolifération des néo-vaisseaux. Ces substances, injectées à l'intérieur dans le corps vitré, permettent de stopper le développement des néovaisseaux, mais n'apportent pas une guérison totale au patient. Les ophtalmologues peuvent utiliser le Lucentis®, l'Eylea® et l'Avastin®, un anti-cancéreux sept fois moins cher que les autres mais peu utilisé en raison de ses effets secondaires et de ses restrictions. Ce traitement nécessite une surveillance régulière. Par contre il n'existe pas de traitement de la forme atrophique de la DMLA.

Lunettes et DMLA

"On peut porter des lunettes mais par contre elles ne permettent pas de soigner la DMLA et on ne peut pas espérer avoir une récupération visuelle avec les lunettes car c'est un problème anatomique de la rétine", nuance le Dr Damien Haution.

Merci au Dr Damien Haution, médecin ophtalmologiste. 

Ophtalmologie