Difficultés à respirer : que faire, un signe de coronavirus ?

Chargement de votre vidéo
"Difficultés à respirer : que faire, un signe de coronavirus ?"

Aussi appelée essoufflement, la dyspnée se traduit par une sensation de gêne respiratoire et des difficultés à inspirer et à expirer. C'est le symptôme le plus redouté en ce moment à cause de l'épidémie de coronavirus. Quels signes doivent alerter ? Quand appeler le Samu ? Le point avec le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.

Définition : qu'est-ce qu'une dyspnée ?

La dyspnée désigne une difficulté à respirer. Les symptômes de la dyspnée peuvent varier suivant la pathologie l'engendrant : elle peut être accompagnée d'une modification du rythme respiratoire telle qu'une accélération que l'on appelle tachypnée ou polypnée, ou une décélération, la bradypnée. Elle peut affecter le temps inspiratoire, ou le temps expiratoire, voire les deux.  "La dyspnée peut être aigue ou chronique. Elle peut être déclenchée à l'effort et même au repos", souligne le Dr Aubé.

Difficultés à respirer et coronavirus

Le covid 19 pour Corona Virus Disease (maladie en anglais) 2019, est un virus à tropisme respiratoire. " Il envahit les voies respiratoires : nez, pharynx, trachée, bronches à partir de la contamination d'un porteur du virus ", explique le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste : 

  • soit par voie aérienne stricte : nous respirons, nous inhalons des particules virales qui peuvent faire partie de l'environnement atmosphérique d'une personne à proximité (1 à 2 mètres de distance) lorsque celle-ci expire, tousse, éternue.
  • soit par voie buccale et aérienne secondaire, par contamination de nos mains que nous portons au visage de façon quasi en permanence. La présence de virus sur nos mains provenant soit d'un contact direct avec une autre personne en se serrant la main par exemple, soit d'un contact avec une surface contaminée par un porteur de virus qui y a posé les mains : poignées de porte, barre d'accrochage dans les transports, manipulation d'espèces bancaires, etc.

Quand appeler le 15 en cas de dyspnée ?

Le 15 est un numéro d'urgence. En présence de symptômes d'une maladie respiratoire virale comme le covid 19 avec toux et fièvre, il convient de contacter son médecin traitant qui, au téléphone ou par télémédecine, sera en mesure d'apprécier votre état de santé et prendre avec vous les premières mesures nécessaires. "Si cette toux et cette fièvre s'accompagnent d'une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d'une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d'une pneumopathie. Il s'agit alors d'une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d'urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation", ajoute le médecin généraliste.

Types de dyspnée

Dyspnée de Kussmaul

Elle se manifeste par une respiration plus rapide et plus difficile que la normale. La dyspnée de Kussmaul peut aussi être le signe d'une complication du diabète, l'acidocétose, c'est-à-dire l'accumulation dans le sang de substances acides.

Dyspnée inspiratoire

Elle se caractérise par une augmentation du temps d'inspiration, entraînant un tirage inspiratoire, notamment des ganglions lympathiques sus-claviculaires situés de chaque côté de la partie inférieure du cou, sus-sternal, c'est-à-dire d'un creusement du thorax et d'une douleur basi-thoracique.

Dyspnée laryngée

La dyspnée laryngée est la plupart du temps aiguë et elle peut engager le pronostic vital du sujet. Chez l'enfant, les trois causes principales sont : la laryngite sous-glottique, l'épiglottite et le corps étranger. Chez l'adulte, la dyspnée laryngée peut résulter d'un cancer laryngé, d'un œdème laryngé, d'une sténose laryngée post-traumatique ou encore d'une paralysie laryngée bilatérale.

Dyspnée aiguë

La dyspnée est une cause fréquente de consultation aux urgences. Elle peut intervenir dans le cadre d'une attaque de panique ou révéler une insuffisance cardiaque aiguë.

Dyspnée paroxystique

La dyspnée paroxystique nocturne se caractérise par une sensation d'étouffement qui oblige la personne à s'asseoir pour reprendre son souffle. Elle résulte du rétrécissement de la valve située entre le ventricule gauche et l'oreillette gauche.

Dyspnée cardiaque

La dyspnée cardiaque traduit une insuffisance de fonctionnement de la pompe cardiaque : la personne n'arrive plus à s'adapter à l'augmentation des besoins en sang de son organisme. Le patient ressent alors une sensation d'étouffement et d'oppression au niveau du thorax.

Dyspnée d'effort

La dyspnée est une difficulté à respirer et l'on parle de dyspnée d'effort lorsque cette gêne respiratoire survient exclusivement au cours d'un effort. La dyspnée d'effort peut refléter une pathologie pulmonaire comme un asthme d'effort, mais également une insuffisance cardiaque. Elle apparaît en réponse à l'incapacité par le cœur de s'adapter aux besoins accrus de l'organisme lors d'un effort. Plus la maladie en cause évolue, plus cette difficulté respiratoire se manifestera pour des efforts minimes ; à un stade avancé, elle apparait même au repos.

Dyspnée de Cheynes- Stokes

La respiration de Cheyne-Stokes, ou RCS en abrégé, correspond à une anomalie du rythme respiratoire périodique. Ce type de trouble se caractérise par une alternance entre des phases d'apnée, c'est-à-dire un arrêt de la ventilation pulmonaire, et d'hyperpnée, soit une augmentation de l'amplitude des mouvements respiratoires. Décrite pour la première fois en 1818 par John Cheyne, puis complétée par William Stokes en 1854, la respiration de Cheyne-Stokes touche souvent des sujets atteints d'une insuffisance cardiaque.

Causes

Ses causes sont nombreuses :

  • respiratoires : asthme, BPCO, emphysème pulmonaire, bronchiolites, infections respiratoires, cancers bronchiques, embolie pulmonaire, tabagisme, obstruction par un corps étranger
  • cardiaques : toutes les causes d'insuffisance cardiaque, angine de poitrine, infarctus, valvulopathie…
  • neurologiques : toutes les maladies neuromusculaires susceptibles de dégrader les performances des muscles respiratoires : polio, syndrome de Guillain Barré 
  • métaboliques :  l'obésité est une cause fréquente de dyspnée. 
  • hématologique : l'anémie peut être cause de dyspnée

Diagnostic

"Le diagnostic de la dyspnée (et de sa cause) nécessite plusieurs étapes dans les examens", note le Dr Patrick Aubé : 

  • Examen clinique 
  • Prise de sang 
  • Test cardiaque d'effort
  • Électrocardiogramme 
  • Mesure de la gazométrie artérielle 
  • Radiographie du thorax 
  • Exploration fonctionnelle respiratoire
  • Échographie cardiaque...

Traitement

"Son traitement est aussi varié que ses origines : oxygénothérapie dans les dyspnées d'origine respiratoire, apport de fer dans les anémies, chirurgie cardiaque dans les atteintes valvulaires, perte de poids dans les surcharges pondérales…c'est essentiellement la cause qu'il convient de soigner", conclut le médecin généraliste.

Merci au Dr Patrick Aubé, médecin généraliste auteur du livre 20 plantes médicinales pour se soigner tous les jours aux éditions Leducs.

Pneumologie