Immunoglobuline G (IGG) : définition, rôle, dosage, déficit, taux élevé

Représentant 70 à 80% des anticorps présents dans le sang, les IgG jouent un rôle important dans l'équilibre de notre système immunitaire. Quand et pourquoi faire un dosage ? Comment interpréter les résultats ? Quels sont les traitements d'un déficit en immunoglobuline ? Détails.

Immunoglobuline G (IGG) : définition, rôle, dosage, déficit, taux élevé
© lightwise-123RF

Définition : qu'est-ce que l'immunoglobuline G ?

L'immunoglobuline G, ou IgG est une des protéines du système immunitaire, appelée plus communément "anticorps". L'immunoglobuline G représente plus de 75% des immunoglobulines présentes dans le sérum humain. On trouve des igG dans le liquide interstitiel (qui comble l'étendue entre les cellules et les capillaires sanguins) et dans le sang. 

A quoi sert-elle ?

Les immunoglobulines G luttent contre les infections bactériennes, virales ou fongiques qui attaquent les tissus organiques. L'IgG permet également de neutraliser les toxines.

Quand et pourquoi faire un dosage ?

"Le dosage des IgG totales est utile afin d'évaluer le statut immunitaire d'une personne, le dosage d'IgG spécifiques (toxoplasmose, rubéole …) permet de savoir si un patient est immunisé (protégé) contre un micro-organisme", explique le Dr Jean-Philippe Collet. 

Comment se déroule un dosage ?

La sérologie est réalisée à partir d'un prélèvement sanguin.

Faut-il être à jeun ?

Le dosage des IgG peut être effectué à tout moment de la journée et ne nécessite pas d'être à jeun.

Comment interpréter les résultats ?

  • Taux trop bas : "un défaut d'IgG peut révéler un déficit immunitaire congénital ou acquis et nécessiter des examens approfondis (recherche d'un pic sur une immuno-électrophorèse)", note le médecin biologiste. 
  • Taux trop élevé : "un excès global (polyclonal) peut être la conséquence d'une réaction inflammatoire généralisée (virale ou bactérienne) ; un excès isolé d'une classe d'IgG (monoclonal) peut orienter vers une prolifération tumorale de cellules plasmocytaires immunitaires (myélome…)", continue-t-il. 

Quels sont les traitements d'un déficit en immunoglobuline ?

Lorsque le corps ne produit pas suffisamment d'immunoglobuline (anticorps), il existe deux types de traitements : l'injection d'anticorps (maladies auto-immunes) ou les antibiotiques (infection aiguë). 

Merci au Dr Jean-Philippe Collet, médecin biologiste au laboratoire BARLA à Nice.

Analyses de sang