Adrénaline : définition, effets d'une montée

Montée d'adrénaline, piqûre d'adrénaline... Des termes que l'on emploie souvent mais sans savoir toujours ce qu'est l'adrénaline. Pourquoi est-elle associée aux fortes émotions ? Quels sont ses effets sur le corps ? Peut-on la faire baisser ?

Définition : qu'est-ce que l'adrénaline ?

L'adrénaline est une hormone aussi appelée "épinéphrine" qui est principalement sécrétée par les glandes surrénales, c'est-à-dire celles situées au-dessus des reins. Elle est libérée dans le sang essentiellement en cas d'émotions intenses : la peur, la colère, le stress… C'est la raison pour laquelle elle est parfois surnommée "l'hormone des sensations fortes". Elle appartient à la classe des catécholamines, tout comme la noradrénaline et la dopamine. "La noradrénaline est un précurseur de l'adrénaline. Elle peut se transformer en adrénaline sous l'effet du stress. Elle agit de façon assez similaire à l'adrénaline mais sur des récepteurs cellulaires différents" explique le Dr. Monique Quillards, médecin généraliste. Elle joue le rôle de neurotransmetteur dans le système nerveux central, en permettant le passage des informations d'une cellule nerveuse à une autre de manière aussi rapide que brève.

Sécrétion

En cas de situation stressante, notre cerveau envoie directement un message à l'hypothalamus, une glande située au cœur du cerveau. Celui-ci va, à son tour, faire parvenir un message nerveux aux glandes surrénales afin qu'elles sécrètent de l'adrénaline. La présence de cette hormone dans le sang déclenche alors toute une série de réactions en chaîne.

Effets sur le cerveau et sur le corps

Les effets sont nombreux et très rapides :

  • Le rythme cardiaque et le pouls s'accélèrent.
  • La respiration va plus vite.
  • La pression artérielle s'élève.
  • Les bronches se dilatent.
  • Le glucose sanguin augmente.
  • Le cerveau et les muscles reçoivent plus d'oxygène.
  • Les pupilles se dilatent.

Toutes ces manifestations n'ont qu'un seul but : nous rendre plus alerte et vigilant afin d'affronter le danger à venir.

Montée d'adrénaline : causes et activités qui la déclenchent

Si pour certains la montée d'adrénaline est très désagréable, pour d'autres elle est source de plaisir. Certaines activités dites "à sensations fortes" provoquent sa sécrétion : la chute libre, le saut en parachute, le saut à l'élastique, la course de Formule 1… Parfois, ce goût du risque à l'origine de la montée d'adrénaline peut devenir une vraie drogue.

Adrénaline et stress

Lorsque le stress est ponctuel, la sécrétion d'adrénaline est de courte durée, puis rapidement l'organisme s'apaise et ses fonctions reviennent à la normale. Mais lorsque cet état de tension est chronique, il en découle une exposition prolongée à cette hormone qui met l'organisme en mode "alerte" permanent. Sans repos, le corps est peu à peu mené à l'épuisement. Mais en plus de la fatigue, cet état peut faire le lit de maladies cardiaques, de déprime voire de dépression, abaisse les défenses immunitaires nous rendant vulnérables aux infections…

"L'adrénaline est le traitement de première intention du choc anaphylactique"

Piqûre d'adrénaline : dans quels cas ?

Fabriquée de matière synthétique, elle fait partie de l'arsenal thérapeutique des services d'urgence. "L'adrénaline représente le traitement de première intention du choc anaphylactique (une réaction sévère à un allergène) et de l'arrêt cardio-respiratoire, explique le Dr. Quillard. Elle peut aussi être administrée en auto-injection : dès les premiers symptômes ressentis par le patient, celui-ci s'administre le produit pré-dosé, à l'aide d'une seringue à usage unique, disponible sur prescription médicale." Elle est également utilisée en pneumologie pour lutter contre les crises d'asthme graves.

Comment faire baisser l'adrénaline ?

Si la sécrétion d'adrénaline est un bon message d'alerte, lorsqu'elle est trop fréquente, elle peut conduire l'organisme à s'épuiser. Dès lors, il est bon d'apprendre à contrôler ses émotions pour limiter ces montées hormonales. Pour cela, quelques activités sont salvatrices :

  • la pratique d'une activité physique, en particulier celles qui peuvent vous défouler,
  • la relaxation comme la sophrologie,
  • la cohérence cardiaque ou la méditation,
  • voir plus souvent des membres de votre famille ou des amis,
  • prendre soin de votre sommeil en limitant la prise d'alcool et d'aliments gras le soir.

Merci au Dr. Monique Quillards, médecin généraliste. 

Anatomie