Hémostase : définition, bilan, troubles

L'hémostase correspond à l'ensemble des phénomènes physiologiques permettant d'arrêter un saignement en cas de rupture d'un vaisseau sanguin (blessure...). Elle se fait généralement de façon spontanée. Mais parfois, un traitement peut être nécessaire. Hémostase primaire, secondaire, chirurgicale, endoscopique... On fait le point.

Hémostase : définition, bilan, troubles
© scienceboy123rf - 123RF

Définition : qu'est-ce que l'hémostase ?

L'hémostase est l'ensemble des phénomènes qui permettent d'arrêter un saignement en cas de rupture de la paroi d'un vaisseau.. Elle se divise en deux phases : l'hémostase primaire et l'hémostase secondaire.

Hémostase primaire

Au premier signe de saignement, une vasoconstriction se produit. Puis l'hémostase primaire commence. "Les plaquettes s'agrègent pour former une sorte de bouchon que l'on appelle le thrombus blanc ou trou plaquettaire", explique le Dr. Monique Quillard, médecin généraliste.

Hémostase secondaire

Vient ensuite l'hémostase secondaire, plus connue sous le terme de coagulation : cette seconde phase fait appel à des protéines contenues dans le sang, qui vont permettre l'accumulation de fibrine et la transformation du thrombus blanc en thrombus rouge, qui devient alors un caillot sanguin. L'hémostase a une durée de trois à six minutes chez les individus normaux. Les troubles de l'hémostase sont recherchés par l'étude de différents temps mis pour les processus constituant l'hémostase comme le temps de saignement, le temps de céphaline activée et le temps de Quick.

Hémostase chirurgicale

Lorsque le saignement ne s'arrête pas naturellement ou avec des techniques conventionnelles (compression, suture, ligature…), une hémostase chirurgicale sera mise en place. "Elle consiste en des recours à des produits comme des colles locales, le laser, l'Héoclips ou des médicaments anticoagulants injectables", indique le Dr. Quillard.

Hémostase endoscopique

Un traitement hémostatique par voie endoscopique est indiqué en cas de saignements et de lésion à fort risque de récidive hémorragique, notamment en présence d'un vaisseau visible non hémorragique ou de volumineuses varices œsophagiennes.

Bilan et exploration de l'hémostase

Il se fait grâce à une prise de sang. Différents éléments sont ensuite analysés :

  • La numération des plaquettes, dont la valeur normale se situe entre 150 et 400 000/mm3
  • Le temps de saignement : il permet d'explorer l'hémostase primaire
  • Le temps de coagulation : il permet de détecter une fibrinolyse aiguë (destruction des caillots sanguins)
  • Le dosage du fibrinogène, une protéine présente dans le plasma sanguin. Son dosage contribue à évaluer la capacité à former des caillots sanguins
  • Dosage des facteurs de coagulation.

Trouble de l'hémostase

Une hémostase déficiente est généralement la conséquence d'une insuffisance des plaquettes, d'une carence en différents facteurs de coagulation ou d'une anomalie des vaisseaux sanguins. "Ces troubles peuvent être congénitaux (hémophilie…), causés par une différentes maladies (affections hépatiques, troubles digestifs, maladies auto-immune…), provoqués par la prise de médicaments (anticoagulants) ou être la conséquence d'une carence en vitamine C (scorbut), précise le Dr. Quillard. Ces troubles se traduisent par une propension aux hémorragies internes et externes".

Hémostase et hystérectomie

L'hystérectomie consiste à retirer tout ou partie de l'utérus. En cas d'hémorragie lors de l'accouchement, dite hémorragie de la délivrance, si aucune mesure conservatrice n'a pu permettre de stopper les saignements, une hystérectomie d'hémostase pourra être envisagée. Ce cas de figure est aujourd'hui très rare.

Merci au Dr. Monique Quillard, médecin généraliste.

Hémostase : définition, bilan, troubles
Hémostase : définition, bilan, troubles

Sommaire Définition Hémostase primaire Hémostase secondaire Hémostase chirurgicale Hémostase endoscopique Bilan et exploration Troubles de l'hémostase Hémostase et hystérectomie Définition : qu'est-ce que...

Autour du même sujet