Polynucléaires éosinophiles : définition, élevés, bas, causes

"Polynucléaires éosinophiles : définition, élevés, bas, causes"

Les globules blancs sont principalement divisés en trois groupes : les lymphocytes, les polynucléaires et les monocytes. Les éosinophiles représentent un type de polynucléaires. Pourquoi leur taux augmente ou au contraire baisse ? Quelles sont les valeurs normales ?

Définition

Les polynucléaires éosinophiles sont des globules blancs (leucocytes). Il existe trois types principaux de polynucléaires : les neutrophiles, les basophiles et les éosinophiles.

Types de globules blancs
© 123RF-designua

Les polynucléaires neutrophiles, les plus nombreux, s'élèvent surtout en cas d'infection bactérienne. Ils ont appelés polynucléaires car leur noyau est multilobé. Les éosinophiles se colorent en orange avec les colorants utilisés pour les numérations formules sanguines (NFS).

Quel est le taux normal de polynucléaires éosinophiles ?

Les polynucléaires éosinophiles représentent 1 à 3% des globules blancs qui circulent dans le sang. Leur nombre varie de 0,04 à 0,4 milliards par litre de sang (soit 40 à 400 polynucléaires éosinophiles par mm3 de sang).

Taux élevé

Un taux élevé d'éosinophiles est appelé hyper-éosinophilie. Elle peut être constatée lors d'une maladie parasitaire en raison du rôle des éosinophiles dans les mécanismes immunitaires. Mais elle peut également s'avérer anormale et nuisible au cours de certaines affections, notamment allergiques. L'augmentation des polynucléaires éosinophiles nécessite la recherche de ses causes :

  • fréquemment une origine allergique ou les affections parasitaires,
  • l'asthme ou la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO),
  • des maladies de peau (dermatoses atopiques, eczéma, prurit chronique, etc.),
  • des maladies systémiques (connectivites, maladie de Churg et Strauss…),
  • certaines maladies digestives (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique),
  • prise de certains médicaments (antibiotiques, antituberculeux, antifongiques, antiparasitaires, psychotropes, anti-épileptiques, antidiabétiques oraux, anti-inflammatoires),
  • des cancers ou lymphomes, en particulier dans la maladie de Hodgkin.

Taux bas

Un taux de polynucléaires éosinophiles bas ne témoigne d'aucune anomalie, ce taux pouvant même être parfois de 0. Un taux bas, appelé éosinopénie, est fréquent en cas de corticothérapie prolongée, de stress, d'hémodialyse sans que cela ne constitue une variation pathologique.

Comment connaître son taux de polynucléaires éosinophiles ?

Le taux de polynucléaires éosinophiles est calculé sur la numération formule sanguine, souvent sur des bilans de routine. Chez un sujet à tendance allergique, il n'est pas rare qu'il soit élevé de façon chronique. Lorsque des symptômes évocateurs d'allergies sont présents, la mesure du taux de polynucléaires éosinophiles permet d'orienter le diagnostic.

Quand consulter ?

Lorsque le taux de polynucléaires éosinophiles est très élevé, chez un sujet non connu pour ses tendances allergiques, il est utile de consulter pour éliminer un diagnostic plus sérieux. Il convient également d'être prudent lors de la découverte d'une hyper-éosinophilie chez la femme enceinte qui peut faire évoquer un herpès qui, dans sa forme génitale, peut être dangereuse pour le bébé au moment de l'accouchement.

Quels traitements quand on a trop de polynucléaires éosinophiles ?

Le traitement de l'hyper-éosinophilie est celui de sa cause : prise en charge des allergies, traitements anti-parasitaires, prise en charge des maladies chroniques. Le taux d'éosinophilie peut être un bon marqueur de l'évolution de la maladie. "De nombreuses études récentes révèlent l'intérêt du dosage des éosinophiles dans l'adaptation du traitement de l'asthme et de la BPCO" conclut le Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste.

Analyses de sang