Fourmillements dans les mains : qu'est-ce que la paresthésie ?

Le plus souvent, les fourmillements dans les mains surviennent suite à une mauvaise posture, typiquement un appui prolongé sur le bras qui comprime les nerfs périphériques. Le symptôme est dans ce cas sans gravité, mais d'autres troubles peuvent être à l'origine de cette sensation. Explications du Docteur Handschuh, médecin généraliste.

Définition et symptômes

Les fourmillements sont l'expression d'une paresthésie : un trouble du toucher qui regroupe picotements, engourdissements et fourmillements au niveau d'un membre, généralement aux extrémités. Le plus souvent, les fourmillements dans les mains apparaissent suite à la compression d'un nerf au niveau du bras.

Causes

Une paresthésie est généralement causée par un dysfonctionnement des nerfs périphériques ou du système nerveux central.

Syndrome du canal carpien

En dehors des fourmillements sans gravité dus à un mauvais appui ou positionnement, la cause la plus fréquente est le syndrome du canal carpien : la compression du nerf médian au niveau du poignet entraîne ces sensations d'engourdissement et de fourmillements, notamment durant la nuit ou le matin au réveil. Ces troubles peuvent s'accompagner d'une faiblesse au niveau du poignet ou de la main. Ce syndrome apparaît le plus souvent suite à des gestes répétitifs, réalisés en milieu professionnel. "Le canal carpien n'est pas le seul à provoquer ces symptômes : une compression du canal ulnaire, au niveau du coude, peut lui aussi générer des fourmillements dans les mains", souligne le Docteur Handschuh, médecin généraliste.

Diabète

À savoir que les personnes diabétiques, à un stade relativement avancé de la maladie, sont elles aussi concernées par l'apparition de fourmillements : on parle de "neuropathie diabétique", due aux taux élevés de sucre et de graisse dans le sang, qui altèrent les terminaisons nerveuses. "Toutefois les fourmillements apparaissent dans ce cas le plus souvent au niveau des jambes et des pieds, plus rarement au niveau des mains", précise le médecin.

Spasmophilie

Une crise de spasmophilie peut elle aussi provoquer des fourmillements au niveau des mains. D'autres symptômes caractéristiques apparaissent alors : état anxieux, spasmes musculaires, respiration accélérée, etc.

Signe précoce d'un AVC

Si ces fourmillements s'apparentent plutôt à une forme d'engourdissement, une faiblesse au niveau des mains, ils peuvent évoquer un signe avant-coureur d'un accident vasculaire cérébral (AVC), " notamment si la personne concernée fait partie des personnes dites à risque (problèmes vasculaires connus, hypertension, cholestérol, etc.) ", ajoute le Docteur Handschuh.

Autres causes possibles : carence, sclérose en plaques...

Une carence en vitamine B12, un trouble qui concerne en majorité les personnes alcooliques et les personnes âgées, peut elle aussi induire une souffrance nerveuse et donc des fourmillements dans les mains. Par ailleurs, ces fourmillements peuvent traduire une pathologie sous-jacente, telle que la sclérose en plaques (qui affecte le système nerveux central) ou le syndrome de Raynaud (un trouble de la circulation sanguine).

Traitement

En cas de simple membre engourdi, la mise en mouvement de ce dernier suffit à faire disparaître les fourmillements. Si le syndrome du canal carpien est confirmé, une guérison spontanée peut parfois être observée, notamment en corrigeant les postures à risque. Dans le cas contraire, une chirurgie est envisagée.

Quand consulter ?

Si les fourmillements tendent à se répéter fréquemment, s'ils deviennent plus intenses et que la zone concernée s'élargit, il est recommandé de consulter un médecin qui, au besoin, vous réorientera vers un neurologue pour des examens plus poussés. Si les fourmillements apparaissent de façon soudaine et qu'ils s'accompagnent d'autres symptômes tels qu'un trouble du langage, une faiblesse d'un côté du corps, une perte d'équilibre et/ou un trouble de la vue, ils peuvent être le signe d'un accident ischémique transitoire (AIT) ou d'un AVC : il faut alors contacter les services d'urgence au plus vite.

Merci au Docteur Handschuh, médecin généraliste, pour ses précisions.

Lire aussi :