AIT : quels sont les symptômes de l'accident ischémique transitoire ?

"AIT : quels sont les symptômes de l'accident ischémique transitoire ?"

L'accident ischémique transitoire (AIT) peut entraîner un accident vasculaire cérébral (AVC) s'il n'est pas pris en charge immédiatement. Symptômes, causes, prévention, séquelles et traitement... Le point avec le Dr Bertrand Lapergue, chef du service de neurologie de l'Hôpital Foch (Suresnes).

Définition : qu'est-ce qu'un accident ischémique transitoire ou AIT ?

L'accident ischémique transitoire (AIT) est un accident neurologique qui se prolonge quelques instants, en général moins d'une heure, et pour lequel aucune lésion cérébrale ischémique n'est visible au cours d'une IRM par exemple. L'AIT survient lorsque la circulation sanguine cérébrale est bloquée. Il régresse et ne laisse pas de séquelles lorsque le caillot disparaît. Mais c'est une alerte à ne pas négliger !

Quelles sont les différences entre l'AIT et l'AVC ?

Les symptômes de l'AIT et de l'AVC sont identiques. L'AIT dure de quelques minutes à une heure et disparaît rapidement. Contrairement à l'AVC, il ne laisse pas de séquelles mais il s'agit d'un signe de menace, d'alerte du risque d'AVC ultérieur.

Combien d'AIT en France ?

Environ 40 000 personnes présentent un AIT chaque année en France. 5% des personnes présentant un AIT non pris en charge en urgence présente un AVC ou un infarctus cérébral dans les 48 heures et 10% dans la semaine suivante. On estime en France à 140 000 le nombre de nouveaux cas d'AVC par an, soit un toutes quatre minutes (dont plus de 30 000 décèdent). C'est d'ailleurs la 1ère cause de chez les femmes, après les cancers et infarctus du myocarde, la 2ème cause de démence après la maladie d'Alzheimer et la 1ère cause de handicap acquis de l'adulte.

Quelles sont les causes de l'AIT ?

L'Accident vasculaire ischémique représente plus de 80% des accidents vasculaires cérébraux. Deux principales causes sont une plaque d'athérome (facteurs de risque : excès de cholestérol, tabac, hypertension artérielle...) obstrue l'artère cérébrale, favorisant ainsi la formation d'un thrombus. Le second type d'accident vasculaire cérébral, l'AVC "embolique" est provoqué par un caillot qui se forme ailleurs dans l'organisme (une artère irriguant le cœur par exemple), qui migre et parvient au cerveau par la circulation sanguine. L'obstruction transitoire d'un vaisseau cérébral peut ainsi être provoquée par une plaque d'athérome ou par la migration d'un embole. Environ les 2/3 des AIT sont liés à une sténose carotidienne et 1/3 à des troubles du rythme cardiaque.

© macrovector - 123RF

L'AIT apparaît brutalement et disparaît très rapidement sans laisser de séquelles.

Quels sont les symptômes de l'AIT ?

L'AIT apparaît brutalement, dure entre quelques secondes et plusieurs heures et disparaît très rapidement sans laisser de séquelles. En général sa durée est comprise entre quelques secondes et 5 à 6 minutes maximum. Il est important de ne pas négliger l'apparition de manifestations qui semblent sans gravité :

  • difficultés à bouger un ou 2 membres du même côté,
  • difficulté à bouger une moitié de son visage, 
  • difficultés à articuler, à s'exprimer et à trouver ses mots, 
  • perte de la vision d'un seul œil, vertiges, fourmillements d'un côté du corps...

Devant l'apparition de ces manifestations, il faut immédiatement contacter le 15.

Quels sont les traitements pour soigner un AIT ?

Si ce n'est pas déjà le cas, le médecin prescrira un traitement permettant de contrôler la tension artérielle et de réduire le taux de cholestérol.

Peut-on prévenir un AIT ?

Pour éviter l'apparition d'un AVC, des médicaments antiagrégants plaquettaires sont conseillés ou un traitement anticoagulant. Des traitements qui réduisent les caillots existants et évitent que de nouveau se forment.

Quelles conséquences après un AIT ?

Après la survenue d'un AIT, la personne présente un risque très élevé de développer à vie un AVC dans les jours, mois ou années qui suivent, Un IRM et un scanner permettent de vérifier l'arrêt de l'incident et l'absence d'hémorragie cérébrale. La mise en place d'un traitement antiagrégant, comme l'aspirine, permet de prévenir l'apparition immédiate d'un AVC. La cause de l'AIT est également prise en charge avec des traitements souvent pris tout au long de la vie: hypertension artérielle non diagnostiquée ou mal équilibrée, troubles du rythme cardiaque.

Merci au Dr Bertrand Lapergue, chef du service de neurologie de l'Hôpital Foch (Suresnes), pour sa validation médicale. 

Accidents et anomalies du cerveau