Les causes et traitements du vitiligo

Le vitiligo est une affection cutanée qui touche plus de 650 000 personnes en France. Hommes ou femmes de tous âges et de tous types de peau peuvent être concernés. Causes, types de vitiligo, symptômes, traitements efficaces... Zoom sur cette maladie de peau.

Définition : qu'est-ce que le vitiligo ?

Le vitiligo est une maladie de la peau qui se caractérise par une dépigmentation se traduisant par l'apparition de taches blanches sur le tégument (tissu vivant qui recouvre le corps). En général, la maladie commence à apparaître avant l'âge de 20 ans. Cette dépigmentation est due à la disparition des mélanocytes, cellules responsables de la pigmentation de la peau. Il existe différentes formes de vitiligo :

  • Vitiligo localisé : le vitiligo localisé ne concerne qu'une petite surface de la peau.
  • Vitiligo segmentaire : le vitiligo segmentaire est localisé sur un seul côté du corps, sur une zone du visage, des membres ou du tronc correspondant plus ou moins à une zone d'innervation ou à un métamère. Il apparaît plus souvent chez les enfants et les adolescents. Cette forme est généralement peu évolutive et est très rarement associée à un vitiligo généralisé. Le vitiligo segmentaire répond très bien et d'une manière durable à la transplantation mélanocytaire.
  • Vitiligo muqueux : le vitiligo muqueux concerne les muqueuses : lèvres, organes génitaux.
  • Vitiligo généralisé : le vitiligo généralisé est caractérisé par des tâches plus ou moins symétriques atteignant les deux côtés du corps (bilatérales). L'évolution est capricieuse : les taches peuvent rester localisées ou s'étendre. Dans certains cas la dépigmentation peut au final être totale, il s'agit alors d'un vitiligo universalis.
  • Vitiligo universalis : il se caractérise par une dépigmentation touchant la quasi-totalité du tégument et des phanères 

Localisation du vitiligo

Toutes les zones de la peau et des phanères (cheveux, ongles et poils) peuvent être atteintes.

© Serdar çorbacı - 123RF

Causes de cette maladie de peau

"L'origine du vitiligo demeure encore mystérieuse, confie le Docteur Yvon Gauthier, spécialiste des troubles pigmentaires. Malgré tout dans le cadre de "théories convergentes" on admet qu'un déficit de l'adhésion mélanocytaire (mélanocytorrhagie), un stress oxydatif favorisent le développement d'une auto-immunité chez des sujets génétiquement prédisposés et souvent soumis à des stress psychologiques".

Le vitiligo se caractérise par une dépigmentation de la peau.

Symptômes

Les symptômes du vitiligo sont les suivants :

→ une dépigmentation de la peau localisée, limitée à une petite zone ou diffuse,

→ une dépigmentation prématurée des cheveux, des sourcils, de la barbe et des autres poils.

Diagnostic

Le diagnostic du vitiligo est un diagnostic clinique devant la présence de de dépigmentation cutanée. "Une lampe de Wood utilisée dans une pièce sombre permet une étude plus précise de la peau dans les cas où la peau est claire et aussi pour dépister des taches encore invisibles à l'œil nu. Dans le cas d'un vitiligo la tache apparaît d'une couleur blanc crayeux", détaille le chercheur.

Une personne ayant un parent de premier degré atteint a 5 à 8% de risque de développer également la maladie.

Facteurs de risques : stress, génétique, maladie auto-immune...

Une quinzaine de gènes de susceptibilité ont d'ores et déjà été associés au vitiligo : HLA, CTLA4, NLRP1, TYR… certains sont impliqués dans la pigmentation de la peau, d'autres sont liés au fonctionnement du système immunitaire ou à l'apparition de maladies auto-immunes. Ceci expliquerait pourquoi 15 à 20% des personnes atteintes de vitiligo généralisé souffrent parallèlement d'une hypo ou d'une hyperthyroïdie auto-immune (thyroïdite de Hashimoto, maladie de Basedow). On sait également que le stress, au sens médical du terme, peut favoriser l'apparition ou l'aggravation du vitiligo : stress psychologique, mais aussi stress physiologique lié à une grossesse, à un acte chirurgical, à une maladie aiguë… De plus, des prédispositions familiales existent : une personne ayant un parent de premier degré atteint a 5 à 8% de risque de développer également la maladie.

Traitements : comment soigner le vitiligo ?

"Les traitements du vitiligo ont pour objectif d'enrayer le processus inflammatoire responsable de la destruction auto-immune des mélanocytes et d'autre part de stimuler la repigmentation des taches à partir des mélanocytes résiduels qui persistent au niveau des follicules pileux", explique le Dr Gauthier. "On peut obtenir dans un premier temps une repigmentation en confetti péripilaire puis par la suite une repigmentation totale de certaines taches qui n'est malheureusement pas définitive". Pour atténuer le préjudice esthétique on peut avoir recours à :

  • l'utilisation de la photothérapie (UVA, NbUVB,Laser ou lampe Excimer),
  • la transplantation mélanocytaire essentiellement dans le cas du vitiligo segmentaire,
  • en dernier recours au camouflage ou à la dépigmentation d’îlots résiduels pigmentés très inesthétiques.  

Camouflage par les cosmétiques

Il est possible d'utiliser des cosmétiques tels que fonds de teint ou crème auto-bronzantes sur les zones dépigmentées, ce qui camoufle la décoloration mais n'agit pas sur la maladie. On utilise les cosmétiques pour le contour des yeux, là où la peau est sensible et ne supporte pas forcément des traitements lourds.

Photothérapie par rayonnement UVB

La photothérapie a une vertu antiinflammatoire et stimule la migration des mélanocytes par action des UVB : 2 à 3 séances sont programmées par semaine, jusqu'à un total de 300 séances de traitements. La repigmentation peut être partielle et transitoire.

Photothérapie par PUVA thérapie

Cette technique combine l'exposition de la peau aux rayons UVA et la prise (par voie orale, topique ou sous forme de bain) de psoralène, une substance qui augmente la sensibilité de la peau aux rayons.

Traitement par Lampe EXCIMER

Il permet une photothérapie très localisée cette technique est indiquée dans le vitiligo localisé.

Traitements locaux (corticoïdes, vitamine D...)

L'association d'une corticothérapie locale et de vitamine D ou du tacrolimus topique peuvent être prescrites pour repigmenter les petites tâches de vitiligo : à appliquer une fois par jour pendant plusieurs mois. Leur efficacité n'est pas systématique.

Traitement par voie générale

Le zinc donné à dose antiinflammatoire peut avoir un effet. La corticothérapie par voie générale peut être discutée mais les effets secondaires sont importants et expliquent qu'elle n'est pas souvent prescrite dans cette pathologie. Par contre le traitement séquentiel par minipulse 2 jours par semaine ne présente pas ces désavantages.

Traitements de dépigmentation

"La dépigmentation s'adresse à des patients volontaires ayant perdu tout espoir de repigmentation et présentant sur le visage ou le dos des mains des petits îlots pigmentés très inesthétiques", souligne le spécialiste. "La dépigmentation utilise soit la cryothérapie, le laser, le monobenzyl ether d'hydroquinone (de moins en moins utilisé). Les dérives chimiques de l'hydroquinone sont contre-indiquées sur des grandes surfaces car ils sont toxiques pour les reins".

Chirurgie

L'intervention chirurgicale consiste à greffer des mélanocytes provenant d'une zone donneuse sur les zones dépigmentées.  Elle est largement utilisée dans les vitiligos segmentaires atteignant le visage chez des patients de plus de 15 ans. Elle est rarement utilisée et uniquement dans le cas d'un vitiligo généralisé stable et peu étendu.

Merci au Dr Yvon Gauthier, chercheur, ancien responsable de la consultation des troubles pigmentaires, Service de Dermatologie Hôpital Saint André Bordeaux et à l'Association française du vitiligo.

Les causes et traitements du vitiligo
Les causes et traitements du vitiligo

Sommaire Définition du vitiligo • Vitiligo localisé • Vitiligo segmentaire • Vitiligo muqueux • Vitiligo généralisé • Vitiligo universalis Localisation du vitiligo Causes Symptômes Diagnostic Facteurs de risque ...