Comment augmenter ses chances de tomber enceinte ?

Chargement de votre vidéo
"Comment augmenter ses chances de tomber enceinte ?"

Aujourd'hui un couple sur cinq souffre d'infertilité et doit affronter un véritable parcours du combattant qui aboutit souvent à une procréation médicalement assistée (PMA). Alimentation appauvrie en micronutriments, sédentarité, stress... Conseils du Dr Mikaël Agopiantz, au MCU-PH de Gynécologie Médicale et du Dr Martine Depondt-Gadet, médecin acupuncteur.

Augmenter ses chances de tomber enceinte : calculer son ovulation 

Pour augmenter ses chances de tomber enceinte, il faut calculer son ovulation. Il s'agit de la période à laquelle la fécondation est la plus propice dans le cadre d'un rapport sexuel. Elle survient environ 14 jours après le premier jour des règles, pour un cycle de 28-30 jours. "Si le cycle est plus court, l'ovulation peut survenir avant ", explique le Dr Mikaël Agopiantz, MCU-PH de Gynécologie Médicale. "Si le cycle est plus long (plus de 35-40 jours), il y a des risques que l'ovulation soit plus tardive ou ne se produise pas. Le moyen le plus fiable est de réaliser un test d'ovulation, qui se fait sur l'urine, comme le test de grossesse. On peut répéter le test si besoin ". 

Augmenter ses chances de tomber enceinte rapidement

Plus on est jeune, plus la chance de tomber enceinte est grande. Mais malheureusement l'âge n'est pas un facteur que l'on peut modifier comme on le souhaite. De plus, il n'existe pas de médicaments miracles qui permettent de booster la fertilité comme on le souhaiterait. "On va donc s'attacher à travailler sur ce que l'on peut changer, poursuit le médecin. Ainsi il est important de conserver un poids normal (ni au-dessus, ni en dessous), d'évacuer le stress, d'avoir une bonne hygiène de vie, avec une absence d'intoxication, notamment au tabac, et une alimentation équilibrée. Tout ceci étant valable pour les 2 membres du couple ". Une étude parue dans la revue "Obstetrics and Gynecology ", concordante avec les données scientifiques actuelles, met en évidence le lien entre régime alimentaire particulier, contrôle du poids, activité physique régulière et augmentation des chances de grossesse. L'obésité est facteur d'infertilité ou de difficultés à concevoir chez l'homme et la femme. L'INSERM rappelle que "trois études épidémiologiques de grande envergure observent une relation entre l'indice de masse corporelle de l'homme et l'hypofertilité du couple. Chez la femme, le risque de mettre plus d'un an à concevoir est augmenté de 27% en cas de surpoids de la femme, et de 78% en cas d'obésité ". De même, l'anorexie est un facteur de risque d'infertilité féminine. Certains médicaments comme les antidépresseurs, les antihistaminiques et les antinauséeux (antiémétiques) peuvent augmenter le taux sanguin de prolactine, ce qui a pour effet de perturber l'ovulation.

Que manger pour améliorer ses chances de tomber enceinte ?

"L'alimentation n'est pas une solution miracle. Mais autant mettre toutes les chances de son côté, assure notre interlocuteur. Plusieurs types de nutriments sont considérés comme aidants dans le contexte. Les antioxydants que l'on retrouve dans les fruits et les légumes notamment sont bénéfiques. De même que les acides gras comme les Oméga 3 peuvent être intéressants ". Outre l'alimentation en tant que telle, de nombreux compléments alimentaires de type complexes de vitamines et de nutriments existent. La plupart présente des études montrant une augmentation de tel ou tel paramètre concernant la fertilité. Pas de miracle donc mais des habitudes à avoir et à garder.

Augmenter ses chances de tomber enceinte après 40 ans

Après 40 ans pour la femme, les chances de grossesse sont largement diminuées. "Au niveau quantitatif, le nombre de l'ovules restants dans les ovaires et faible, reconnait le spécialiste. Au niveau qualitatif, beaucoup d'anomalies des chromosomes sont présentes dans les ovules (environ 1/3), ce qui entame les chances de grossesses et augmentent en corolaire le risque de fausses-couches précoces ". Le mot d'ordre est : ne pas attendre ! Il faut agir immédiatement sur les facteurs modifiables comme revenir à un poids normal, corriger son alimentation, se libérer du stress, arrêter le tabac l'alcool et tout autre toxique ; ces efforts devant être partagés avec le partenaire. "Une supplémentation vitaminique avec la Vitamine B9, et les vitamines B12 et D s'il y a une carence. Un dosage de TSH dans le sang pour contrôler le fonctionnement de la thyroïde et éventuellement prévoir une substitution si besoin peut être discuté avec le médecin ", complète le Dr Agopiantz. Enfin, en l'absence de grossesse au bout de 6 mois, une consultation en PMA reste indiquée.

Difficultés à tomber enceinte : quels facteurs de risque ?

Certaines études ont mis en évidence un lien probable entre stress et augmentation du délai de conception chez la femme. Les techniques de relaxation pourraient avoir un effet bénéfique de ce point de vue. Les fumeuses auraient davantage de difficultés à tomber enceinte. La fumée de cigarette comprend plus de 4 000 composés chimiques : parmi lesquels la nicotine, les hydrocarbures polyaromatiques, et les métaux lourds, dont le cadmium. Ces composés sont susceptibles d'interférer avec la possibilité de concevoir un enfant, aussi bien chez l'homme que chez la femme. "Le tabagisme à l'âge adulte, durant la période de recherche de grossesse, chez l'homme comme chez la femme, est associé à une augmentation du délai pour obtenir une grossesse ", précise l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) qui rappelle également que l'intoxication alcoolique chronique peut affecter la fertilité masculine. "Il faut prendre conscience des effets de l'environnement (comment on vit, ce que l'on mange, ce que l'on respire…) sur notre santé et sur notre fécondité ", rappelle le Dr Martine Depondt-Gadet, médecin acupuncteur. "Le stress, le tabac, le surpoids, la pollution, les carences nutritionnelles peuvent avoir des conséquences sur la qualité des gamètes. La prise en compte du facteur psychique - savoir se détendre, réguler son sommeil, prendre soin de soi - est très importante dans ces cas-là. C'est pour cela que l'on propose à certaines femmes un accompagnement avec de la méditation, de l'acupuncture, du yoga, du Qi Gong ou des conseils nutritionnels ".

Merci au Dr Mikaël Agopiantz, Maître de Conférence des Universités - Praticien Hospitalier, Chef de Service de Médecine de la Reproduction au CHRU de Nancy, pour sa relecture.

Merci du Dr Martine Depondt-Gadet, médecin acupuncteur, spécialiste en médecine traditionnelle chinoise et Qi Gong. Auteur de "Stérilité et Infertilité, comment débloquer les barrages psychologiques qui entravent la fécondité" Editions Dangles, 2011 et "PMA & médecines complémentaires - Réparer nos fractures émotionnelles ou traumatiques" Editions Dangles, 2019.

Conception