Syndrome de fatigue chronique (SFC) : symptômes, traitements

Le syndrome de fatigue chronique est une pathologie qui est assez fréquente et qui reste sous-diagnostiquée. Quand et qui consulter ? Quel est le traitement ? Peut-on en guérir ? Eclairage du Pr Jean-Dominique de Korwin, Professeur de médecine interne à l'Université de Lorraine et au CHRU de Nancy.

Syndrome de fatigue chronique (SFC) : symptômes, traitements
© Ion Chiosea - 123RF

Définition : qu'est-ce que le syndrome de fatigue chronique ?

Le syndrome de fatigue chronique (SFC) est une pathologie qui associe un épuisement physique persistant et inexpliqué à des douleurs diffuses, des troubles du sommeil, des troubles neurocognitifs et neurovégétatifs. "C'est un syndrome qui est décrit depuis longtemps. Cette entité a été codifiée, structurée en 1994 en syndrome de fatigue chronique, puis en encéphalomyélite myalgique (ME/SFC). La nouvelle classification américaine de 2015 indique un critère important, la notion d'épuisement ou de malaise post effort (postexertionnal malaise) et un nouveau nom pour ce syndrome, "l'intolérance systémique à l'effort", précise le Pr Jean-Dominique de Korwin, Professeur de médecine interne à l'Université de Lorraine et au CHRU de Nancy. Le syndrome de fatigue chronique est reconnu par l'Assurance maladie. "La prévalence de ce syndrome serait de 0, 2 à 0, 4% ce qui n'est pas négligeable. En France, cela concernerait 250 000 à 300 000 patients" souligne-t-il.

Quelles sont les causes ? 

Le syndrome de fatigue chronique fait souvent suite à une infection virale comme la grippe, la mononucléose infectieuse ou encore la Covid-19 actuellement. "L'épisode infectieux serait le déclenchement et la maladie persiste. Ce serait ainsi une des causes du Covid long" explique le Pr de Korwin. L'hypothèse la plus récente est celle d'un dysfonctionnement général touchant particulièrement les mitochondries. "Il y aurait un défaut de production d'énergie au niveau des mitochondries. Normalement, quand ces cellules sont attaquées par un virus, elles se mettent à l'arrêt puis reprennent leur activité quand le virus est éradiqué" décrit le médecin. "Il nous faut comprendre les anomalies du système immunitaire qui bloquent les cellules" indique-t-il. Certains facteurs de risque ont été identifiés. Il y a une prédominance féminine de ce syndrome comme dans beaucoup de maladies inflammatoires, avec 6-7 femmes touchées pour 3-4 hommes. Il existe aussi une susceptibilité d'origine génétique à faire la maladie. "Il peut y avoir une association avec une colopathie fonctionnelle ou une fibromyalgie. Le surmenage de même que le stress sont des facteurs de vulnérabilité, mais la cause du syndrome n'est pas psychologique" ajoute le médecin.

Quels sont les symptômes ?

Les signes d'un syndrome de fatigue chronique sont une fatigue qui dure depuis plus de 6 mois avec un sommeil non récupérateur. "Il s'agit d'une fatigue chronique handicapante : les personnes ne peuvent plus faire ce qu'elles faisaient avant" souligne le spécialiste. "A cette fatigue s'ajoutent des troubles neurovégétatifs et neurocognitifs dont une intolérance orthostatique - lorsque la personne se met debout, elle ne se sent pas bien- et des troubles cognitifs (troubles de la mémoire, troubles de l'attention). D'importants troubles du sommeil sont présents et parfois des douleurs. On constate une recrudescence des manifestations lorsque les personnes font un effort. Les réactions qui suivent un effort physique ou intellectuel sont disproportionnés, on constate un épuisement post-effort" indique-t-il.

Qui consulter ? 

Il faut déjà consulter dans un premier temps le médecin généraliste. "Celui-ci a les clés de la synthèse et du suivi. Il va faire des examens pour trouver la cause de la fatigue chronique (fatigue physiologique par excès d'activité, pathologique par excès d'alcool, à cause d'un trouble du sommeil (apnées…) d'une maladie inflammatoire, endocrinienne, état dépressif, cancer..." indique le Pr de Korwin. Si aucune cause n'est trouvée, le médecin traitant peut adresser ses patients à un rhumatologue, un neurologue selon le type de douleurs dont se plaint la personne ou à un médecin interniste pour la fatigue. Il existe en France une quinzaine de spécialistes du syndrome de fatigue chronique.

Test, examen : comment le diagnostiquer ? 

C'est un interrogatoire poussé qui permet de faire le diagnostic du syndrome chronique. "Il convient déjà d'éliminer toutes les autres causes de fatigue. En plus de la fatigue, du sommeil non réparateur et de l'épuisement post effort, une fois que toutes les autres causes de ces troubles ont été écartées, un des deux critères suivants doit être présent : intolérance orthostatique ou troubles cognitifs" décrit le Pr de Korwin. 

Quels sont les traitements ? 

Il n'existe pas de traitement spécifique de ce syndrome. Un certain nombre de choses peuvent cependant être essayées, la première étant de se mettre au repos surtout au début pour éviter une exacerbation. "Des exercices très progressifs d'entraînement physique peuvent donner de bons résultats mais inconstants, tout comme la prise de vitamines et d'acides aminés. Les thérapies mentales comme la méditation, les thérapies cognitivo-comportementales (TCC), la relaxation sont utiles pour s'adapter" détaille le spécialiste. Il est important d'apprendre à repérer ses limites pour éviter les poussées de malaises post-effort. "Les médecins spécialistes du SFC comme les associations de patients (ASFC en France) plaident pour la création de centres anti-fatigue en France comme cela existe à Barcelone, Londres, Berlin pour pouvoir repérer, suivre et étudier les patients" précise le Pr de Korwin. 

Peut-on guérir du syndrome de fatigue chronique ? 

"Certaines personnes guérissent, souvent ce sont celles qui ont développé un syndrome de fatigue chronique à l'adolescence, après une mononucléose infectieuse (Epstein-Barr virus). D'autres se remettent partiellement. Certaines personnes ont des périodes de rémission d'autres sont en plateau. Mais en général passés 2 ou 3 ans on parle de chronicité" indique le Pr de Korwin. "Il y a peu de suivi à long terme car il n'y a pas d'études de cohorte" souligne-t-il. Il précise que des recommandations européennes sont en cours de publication (www.euromene.eu) et qu'il vient de lancer une enquête en France pour mieux connaître le retentissement de la maladie, sa prise en charge et son coût socio-économique…

Merci au Pr Jean-Dominique de Korwin, Professeur de médecine interne à l'Université de Lorraine.

Sources :

Jean-Dominique de Korwin, Lionel Chiche, Ingrid Banovic, Alaa Ghali, Stéphane Delliaux, François-Jérôme Authier, Grégoire Cozon, Pierre-Yves Hatron, Isabelle Fornasieri, Frédéric Morinet. Le syndrome de fatigue chronique : une nouvelle maladie ? Rev Med Interne 2016 ; volume 37 (12) : 811-19.
Ariane Gonthier, Bernard Favrat, Syndrome de fatigue chronique, Rev Med Suisse 2015; volume 11. 2236-2242