Ventoline : utilisation, périmée, surdosage, prix

La ventoline est la planche de salut des asthmatiques, qu'elle soulage instantanément en cas de crise. Mais trop de patients peinent à l'utiliser correctement, ce qui la rend bien moins efficace. Comment l'utiliser efficacement ? Quelles sont les doses recommandées ? Quels sont ses effets secondaires ? Explications du Dr Julien Cottet, allergologue.

Ventoline : utilisation, périmée, surdosage, prix
©  Antonio Guillem

Qu'est-ce que la Ventoline® ?

La Ventoline ® est le nom commercial du Salbutamol, un médicament indiqué dans le traitement des crises d'asthme et de certaines bronchites. C'est un bronchodilatateur - ce qui signifie qu'il provoque l'augmentation du calibre des bronches - qui agit rapidement, c'est pourquoi il est utilisé en cas de crise. 
La Ventoline® est commercialisé sous forme de solution et s'administre par inhalation. "C'est un beta2mimétique, qui s'inhale et sert à "ouvrir les bronches" pour mieux respirer" résume le Dr Cottet.

Quelles sont les indications ?

La Ventoline® est indiqué chez les personnes qui sont victimes d'une crise d'asthme ou d'une forte poussée dans le cadre d'une bronchopneumopathie (maladie des bronches ou des poumons) chronique obstructive. Elle peut également être indiquée en prévention de l'asthme d'effort. "Il y a deux types de médicament à base de salbutamol sous forme inhalée : celle à courte durée d'action, la plus connue sous le nom de Ventoline®, est utilisée pour la crise d'asthme comme traitement de secours, ou 15/20 minutes avant un effort physique pour les patients atteints de bronchoconstriction induite par l'effort (BIE) ou d'asthme induit par l'effort (AIE) " explique le Dr Cottet. Une autre, moins connu et à longue durée d'action, se retrouve associée à un corticoïde inhalé, "celle-ci sert en traitement de fond de l'asthme, traitement pris quotidiennement. Elle est commercialisée sous le nom de Symbicort®, Innovair® ou encore Relvar®" précise l'allergologue.

Comment l'utiliser ? 

La bonne utilisation de la Ventoline® en inhalateur n'est pas si simple qu'il n'y parait. "Bien souvent les patients sont en échec car la manipulation n'est pas maîtrisée. Il est donc nécessaire de passer du temps en éducation thérapeutique pour bien appréhender le spray." insiste le Dr Cottet.

→ Dans un premier temps, il faut bien secouer le spray avant utilisation : "C'est un geste essentiel pour que le produit soit efficace, mais c'est souvent oublié par les patients" précise l'allergologue.
→ Puis, il faut complètement vider les poumons en dehors du système. Là encore, c'est un geste indispensable à l'efficacité du traitement,
→ Enfin, il faut porter le flacon à la bouche et inspirer fortement en même temps que l'on appuie sur le spray.

"Il existe de nouveaux dispositifs, plus faciles à utiliser, que l'on appelle auto déclenchés, et qui ne nécessitent pas de coordination main-poumons, souvent difficile pour les plus jeunes et les plus âgés" ajoute le Dr Cottet. Enfin, on trouve également des chambres d'inhalation en vente dans les pharmacies, qui simplifient l'utilisations des aérosols et garantit une meilleure utilisation du produit "il ne faut surtout pas hésiter à recourir à une chambre d'inhalation quel que soit l'âge si le spray est mal pris" insiste le spécialiste. 

Quelle est la posologie ? 

La posologie usuelle est la suivante : chez les adultes, entre 5 et 10 mg, ce qui correspond à 2-4 doses de 2,5 ml soit 1 à 2 bouffées, renouvelable si besoin au bout de quelques minutes. Chez les enfants, la dose doit être adaptée à leur poids : 50 à 150 µg/kg. Notons que ces posologies sont données à titre indicatif mais en pratique et en cas de vraie crise, elles seront souvent insuffisantes ! 
"Il faut absolument faire passer le message qu'il n'y a pas de doses limites en cas de crise d'asthme !" insiste l'allergologue qui rappelle que l'asthme tue mille personnes par an, soit 3 personnes chaque jour en France. "La Ventoline® peut sauver des vies : il ne faut pas se sous-traiter et surtout pas se limiter à 2 bouffées en pleine crise d'asthme !" A titre d'exemple : en cas de crise d'asthme chez un nourrisson, on administre en nombre de bouffées, la moitié du poids de l'enfant en kilos, et ce toutes les 10 minutes. Un bébé de 10 kg aura donc 5 bouffées de Ventoline® toutes les 10 minutes. "En cas de crise d'asthme, il faut donc prendre autant de bouffées de Ventoline® que nécessaire pour calmer la crise" conclue l'allergologue. Attention cependant, la Ventoline® est un traitement de crise qui ne doit en aucun cas être utilisé tous les jours. "Un asthmatique qui va bien, qui a un asthme contrôlé, utilise à peine un flacon par an" explique l'allergologue. Une consommation excessive de Ventoline® est le signe d'un asthme non contrôlé, qui nécessite la réévaluation par le spécialiste pour revoir ou instaurer un traitement de fond quotidien.

Quels sont les effets secondaires et les dangers ?

L'administration de Ventoline® est quelquefois associée à la survenue d'effets indésirables, notamment des céphalées, des tremblements, une augmentation du rythme cardiaque (tachycardie), des palpitations et des crampes musculaires. "Mais le danger principal c 'est de ne pas la prendre, ou de tarder à la prendre, ou de ne pas en prendre assez" insiste Julien Cottet.

Contre-indications et précautions d'emploi

La seule contre-indication est l'allergie à l'un des constituants ou l'intolérance à ce médicament qui provoque l'aggravation de la toux. Le patient doit alors stopper le traitement. Un suivi particulier est nécessaire chez les patients atteints d'hyperthyroïdie ou de maladie cardiovasculaire (hypertension artérielle, diabète sucré, trouble du rythme cardiaque, maladie coronarienne). 

Quels sont les risques de surdosage ? 

Les surdosages sont exceptionnels, et les signes sont brefs et de résolution spontanée. "On meurt trop souvent encore de sous dosage, mais on ne meurt pas de surdosage de Ventoline®" insiste le Dr Cottet.

Est-ce disponible avec ou sans ordonnance ? 

La Ventoline® est disponible uniquement sur ordonnance. "Mais le pharmacien peut la dépanner en attendant un renouvellement d'ordonnance : c'est un médicament vital !" précise l'allergologue. 

Prix et remboursement

Le flacon de Ventoline® coûte 3,94 euros les 200 doses, et il est remboursé à hauteur de 65% par la sécurité sociale.

Y a-t-il des risques à utiliser de la Ventoline® périmée ?

"Il n'y a pas de risque à utiliser de la Ventoline® périmée, si ce n'est qu'elle ne fonctionne pas, ce qui est en soi dangereux pour quelqu'un en pleine crise d'asthme !" explique le spécialiste. 

Conseils médicaments