Morsure de serpent : symptômes, traitement, que faire ?

En France, les morsures de serpent sont, en général, peu graves mais nécessitent systématiquement un avis médical. Dans le doute, il faut savoir réagir très rapidement. Frédérique Thiennot, médecin urgentiste en Ariège nous livre ses conseils.

Morsure de serpent : symptômes, traitement, que faire ?
© microgen -123RF

Définition : qu'appelle-t-on une morsure de serpent ?

Une morsure de serpent est en général infligée à l'être humain que lorsque le serpent se sent en danger, comme mécanisme de défense, et qu'il ne peut pas fuir. La morsure de serpent est infligée par des crochets qui transpercent la peau. Beaucoup de serpents ne sont pas venimeux. Certaines morsures de serpent ne contiennent pas de venin et les serpents maîtrisent le volume de venin qu'ils envoient à leur proie. Certaines morsures de serpent sont mortelles selon la quantité de venin injectée, l'espèce du serpent, la condition physique de la personne qui a été mordue, l'endroit de la morsure.  

Dans quels cas est-ce dangereux ?

"En France, seules les Vipères et la Couleuvre de Montpellier possèdent des crochets à venin. Mais chez cette dernière les crochets sont tellement en arrière de la bouche qu'il faudrait enfoncer son doigt dans sa gueule pour risquer une envenimation", explique Frédérique Thiennot, médecin urgentiste en Ariège. "Chez les Vipères les crochets sont très en avant. Ces dents transformées en pointes creuses permettent une efficace injection du venin dans la proie". On dénombre environ 200 envenimations par an essentiellement dues à la vipère aspic ou à la vipère péliade. En plus des envenimations par les serpents européens,  se pose désormais le problème des nouveaux animaux de compagnie et de la multiplication des élevages.

Conséquences et risques : allergie au venin, choc anaphylactique

Une fois sur deux environ, le serpent venimeux n'injecte pas son venin lors de la morsure. Dans ce cas, on parle de morsure sèche : elle n'engendre que des symptômes locaux, indique le communiqué de l'assurance maladie du 3 janvier 2021. "En cas d'injection de venin, on parle d'envenimation et des symptômes généraux apparaissent et leur importance dépend de la dose de venin présente dans l'organisme. Le plus souvent, les symptômes restent légers sauf en cas d'allergie au venin." Si l'injection de sérum antivénimeux est effectuée dans les 3 heures suivant la morsure de la vipère, l'hospitalisation se prolongera une journée et demi. Si l'injection est effectuée dans les 4 à 5 heures, un bilan sanguin est nécessaire afin de vérifier l'existence de troubles de la coagulation. Si un traitement adapté n'est pas effectué suffisamment précocement, de nombreuses complications peuvent survenir.

  • Chute de la tension artérielle.
  • oedème pulmonaire.
  • troubles de la coagulation.
  • Plusieurs semaines en réanimation peuvent être nécessaires suivies de séquelles rénales...

Traitement : comment soigner une morsure de serpent ?

Il est indispensable de se rendre aux urgences d'un service hospitalier ou de téléphoner au 15 ou au centre antipoison. Un médecin examinera la lésion et envisagera, en cas d'extension de l'oedème local, témoignant d'une quantité sanguine importante de venin, une injection de sérum antivénimeux. Mais l'antivenin, c'est quoi ? "Ce sont des immunoglobulines fabriquées (depuis 1999) à partir de sérum de cheval qui se fixent sur le venin pour le neutraliser, elles sont efficaces et bien tolérées. Cet antivenin concerne les vipères françaises. Les antivenins concernant les nouveaux animaux de compagnie sont peu disponibles en France", indique Frédérique Thiennot. Ce sérum ne peut être injecté qu'en milieu hospitalier car il nécessite un suivi médical. 

Symptômes : comment reconnaître une morsure de serpent ?

  • Morsure de serpent sèche : la personne ne présente que des traces de morsures et ressent une douleur au point de morsure. Aucun autre symptôme n'apparait.
  • La morsure de vipère, plus ou moins douloureuse, se traduit par deux petites lésions rouges distantes de 6 à 10 mm. En cas d'envenimation, un œdème apparaît 15 à 20 minutes après et s'étend progressivement. Le membre touché peut devenir violacé ou ecchymotique. Lors d'une morsure une douleur locale apparaît au point d'injection dans les 4 heures qui suivent la morsure de vipère. Des bleus peuvent s'observer également à cet endroit.
  • Morsure avec injection de venin : lorsque la personne concernée a été mordue par un serpent venimeux et que du venin a été injecté, elle présente : des traces de morsure, sous la forme de 2 points, des douleurs vives au niveau de la morsure, un gonflement au niveau des points de morsure et une rougeur. Cette réaction œdémateuse peut s'étendre localement, voire à une partie ou à tout le membre touché, rapporte le site de l'Assurance maladie.

Que faire ? 

Le site de l'Assurance maladie indique qu'il faut appeler les urgences en faisant le 15 ou le 112, puis suivre les conseils suivants :

  • En attendant les secours, restez calme, rassurez la victime et son entourage. En effet, en dehors du choc anaphylactique dû à une allergie au venin de serpent, il faut plusieurs heures pour que les symptômes soient au plus fort ;
  • Placez la victime au repos, l'agitation favorise la diffusion du venin de serpent et mettez-la en position latérale de sécurité (sur le côté, la tête légèrement plus basse que le corps) en cas de perte de connaissance ;
  • Otez les bagues, les montres, les chaussures et tout ce qui peut serrer la zone mordue car celle-ci va se mettre à gonfler ;
  • Si possible, désinfectez la plaie avec un antiseptique et immobilisez le membre mordu pour ralentir la propagation du venin dans l'organisme ;
  • En cas de douleur, utilisez uniquement le paracétamol. Attention ne donnez pas d'anti-inflammatoire, ni d'aspirine qui augmentent le risque de saignement ;
  • Essayez de mémoriser l'aspect du serpent (sa taille, sa couleur, la forme de sa tête) mais ne cherchez pas à l'attraper.

Ce qu'il ne faut pas faire 

  • Ne pas mettre un garrot. En effet, des toxines vont s'accumuler naturellement sous le niveau du garrot. Un arrêt cardiaque est toujours possible lors du retrait, sans parler du risque de gangrène des extrémités.
  • Contrairement aux indications anciennes, ne pas injecter sur place de sérum anti-venin, ni de corticoïdes ou héparine sous cutané (jusque 10% de complications bien plus graves que la morsure)
  • Ne pas aspirer le venin à la bouche. En cas de plaie buccale, le venin pénètre très vite dans l'organisme.
  • Ne pas inciser la plaie et ne pas la cautériser.
  • Ne pas utiliser une pompe aspirante, type Aspivenin, qui n'a pas grand intérêt
  • Capturer le serpent pour identification est parfaitement inutile en Lorraine et même en Europe (prise de risque supplémentaire !)

Remarque : l'utilisation d'un aspivenin (petite pompe d'aspiration) n'a jamais démontré son efficacité

Comment éviter les morsures de serpent ?

Pour prévenir les morsures de serpents, l'Assurance maladie donne plusieurs conseils à suivre :

  • Si vous décidez de partir en promenade : ne partez pas seul et munissez-vous d'un téléphone mobile pour prévenir, si nécessaire, les secours ;
  • Ne marchez jamais pieds nus, mais portez des chaussures fermées et montantes (ou des bottes) ainsi que des pantalons ;
  • Surveillez où vous posez les pieds et les mains : herbes hautes, cailloux et rochers, tas de feuilles, tas de bois, buissons..., surtout s'ils sont exposés au soleil (les serpents aiment la chaleur) ;
  • Ne pénétrez pas dans les broussailles. Lors des récoltes des champignons, baies et fruits, frappez et agitez les broussailles avec un bâton pour faire fuir les serpents éventuels ;
  • Ne posez pas vos mains sur des murs, sous les pierres, dans les crevasses, sous les piles de bois avant d'avoir vérifié l'absence de serpents ;
  • Vérifiez l'absence de serpents avant de vous installer pour une pause et ne dormez pas à-même le sol dans les régions riches en serpents ;
  • La nuit, ne ramassez pas de bois, ne soulevez pas de pierre, la visibilité est mauvaise ;

Vous rencontrez un serpent :

  • Ne le touchez pas même s'il vous semble mort, le plus souvent il somnole ;
  • Retirez-vous sans l'effrayer. Dans tous les cas, n'essayez jamais de l'attraper ou de le tuer ;
  • Ne laissez pas les enfants jouer dans des endroits difficiles à surveiller et expliquez-leur qu'en présence d'un serpent, il ne faut pas chercher à l'exciter.

Liste des centres anti poisons : http://www.centres-antipoison.net/

Merci au Dr Frédérique Thiennot, médecin urgentiste en Ariège.

Piqûres