Millepertuis : posologie, effets secondaires d'un antidépresseur naturel

Le millepertuis est une plante médicinale aux propriétés anti-stress et anti-dépressives. Qui peut l'utiliser et comment ? En traitement comprimé, en huile essentielle, en infusion ? Quels sont ses effets secondaires si on en prend trop ? Découverte.

Millepertuis : posologie, effets secondaires d'un antidépresseur naturel
© Cora M?ller - 123RF

Nom botanique

Le millepertuis appartient à la famille des Hypericum Perforatum.

Histoire de la plante dans la phytothérapie

Autrefois, le millepertuis était considéré comme une "plante magique" utilisée pour repousser les mauvais esprits. Cette plante tire son nom de son apparence car elle donne l'impression d'être percée de mille trous. Elle peut être appelée par son nom latin Hypericum perforatum L., mais aussi millepertuis commun, millepertuis perforé, herbe de la Saint-Jean, chasse-diable... Originaire d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, cette plante sauvage se trouve aujourd'hui un peu partout dans le monde, au bord des chemins ou dans les prairies.

Molécules actives

Dans le millepertuis, les molécules actives sont principalement l'hypéricine et l'hyperforine. Ce sont des substances contenues dans les fleurs et les bourgeons. Elles agissent sur le corps comme les neurotransmetteurs tels que la sérotonine, la dopamine et la noradrénaline. Ils permettraient donc de soulager un épisode de dépression légère.

Son composé est proche de la sérotonine et de certains neurotransmetteurs.

Vertus thérapeutiques : antidépresseur naturel...

Connue depuis l'Antiquité, les Grecs anciens l'utilisaient en traitement local pour soigner les plaies. A la fin du Moyen-Âge, on l'utilisait pour "chasser les mauvais esprits", c'est-à-dire contre la névrose, la dépression... "Le millepertuis est utilisé pour ses vertus d'anti-dépresseur naturel. Son composé est proche de la sérotonine et de certains neurotransmetteurs comme eux il agit sur l'humeur, détaille Florence Foucaut, experte en phytothérapie. D'autres bienfaits peuvent également être accordés à cette plante. En effet, lors des périodes de stress il est fréquent de moins bien dormir et d'être de mauvaise humeur. Le millepertuis peut donc diminuer les effets du stress, améliorer l'humeur et permettre de mieux dormir". 

Les utilisations en traitement local du millepertuis ne sont pas scientifiquement prouvées. Des pommades ou des huiles à base de cette plante sont toutefois vendues pour soulager les douleurs musculaires, l'érythème fessier du nourrisson, les brûlures légères, etc. On lui prête des propriétés anti-inflammatoires, cicatrisantes et antalgiques. Le millepertuis est parfois également considéré comme une plante digestive, prise par voie orale. Cet usage n'est pas non plus reconnu par la communauté médicale.

Posologie

"Pour une efficacité maximale, le millepertuis est à utiliser en cure pendant trois semaines puis avec une pause d'un mois et une reprise", recommande la spécialiste. La dosé recommandéesest de 0,2 à 1mg d'hypéricine par jour.

Parties utilisées de la plante

Dans le millepertuis, les parties à utiliser pour ses bienfaits sont les sommités fleuries.

Forme : tisane, macérat huileux, comprimés, gélules...

"Il faut prendre les fleurs et les faire macérer dans de l'huile pour obtenir à la fin une huile rouge. Ce macérat est utile sur les brûlures et les plaies. Généralement, le millepertuis se prend sous forme de gélules d'extraits secs ou d'infusion", détaille Florence Foucaut.

Efficacité

"Il y a peu d'études scientifiques qui confirment les vertus de cette plante. Une étude française de 2002, publiée en 2008, réalisée sur 375 patients atteints de dépression majeure avait démontré l'efficacité de cette plante versus un placebo", précise la spécialiste. Dans un argumentaire de 2006, l'ANSM affirme que "le millepertuis, qui n'est pas un antidépresseur, induit de nombreuses interactions médicamenteuses et peut annuler l'effet de certains antidépresseurs". Alors, seul un médecin sera capable de déterminer la sévérité de la dépression et le traitement le plus pertinent à mettre en place.

Effets secondaires indésirables

Attention aux effets photosensibilisants quand le millepertuis est appliqué sur la peau.

Le millepertuis peut entrer en conflit avec un contraceptif.

Interactions médicamenteuses

Il existe de nombreuses interactions. "Attention au millepertuis, il peut entrer en conflit avec un contraceptif. En effet, il ne doit pas être utilisé en même temps qu'un contraceptif oral ou un patch contraceptif", alerte Florence Foucaut. Cette plante doit donc toujours être prise en accord avec son médecin, il n'est pas recommandé de faire de l'auto-médication. 

Les principes actifs de la plante pris par voie orale peuvent en effet entrer en interaction avec de nombreux médicaments. Environ 70 substances ou familles de substances interagissent avec le millepertuis ! Voici les principales :

  •  Les antidépresseurs ;
  • Les médicaments contre les troubles cardiovasculaires ;
  • Les pilules contraceptives ;
  • Les triptans ( médicaments contre la migraine) ;
  • Les anticoagulants ;
  • Certains anti-inflammatoires ;

Le millepertuis entre également en interaction avec certaines plantes : ginkgo, passiflore, valériane, etc. Toutes ces substances ne devant jamais être prises avec le millepertuis, il est essentiel d'indiquer à votre médecin et à votre pharmacien tous vos traitements en cours et récents avant d'ingérer la plante.

Contre-indications

En dehors des interactions médicamenteuses possibles, comme pour tous les médicaments, ceux au millepertuis comportent des contre-indications.

  •  L'Organisation mondiale de la santé (OMS) déconseille son usage aux femmes enceintes et allaitantes.
  • Les personnes greffées ne doivent pas en consommer, peu importe sa forme.
  • Concernant les enfants, le millepertuis est déconseillé chez les moins de 6 ans et la posologie doit être obligatoirement adaptée et validée par un médecin chez les 6-12 ans.
  • Le millepertuis ne doit pas non plus être pris par les personnes souffrant de troubles bipolaires.
  • La plante peut également provoquer une allergie et est photosensibilisante. Il faut donc éviter de s'exposer au soleil (ou aux UV des cabines de bronzage) si on en a ingéré ou si on en a appliqué sur sa peau.

Des effets indésirables sans gravité peuvent également survenir lors d'une prise orale, tels que des troubles digestifs bénins, une bouche sèche ou des maux de tête.

Merci à Florence Foucaut, nutritionniste-diététicienne et experte en phytothérapie.

Phytothérapie