Entorse de la cheville : que faire ?

L'entorse de la cheville est le traumatisme articulaire le plus fréquent : près de 6 500 personnes consultent chaque jour aux urgences pour ce motif. Communes, elles sont souvent négligées alors qu'une bonne prise en charge évite les récidives. Conseils de Brice Picot, kinésithérapeute du sport.

Entorse de la cheville : que faire ?
© 123RF-Kittisak Jirasittichai

Manifestations : reconnaître une entorse

L'entorse concerne majoritairement le compartiment latéral (ou externe) de la cheville avec plus de 80% des atteintes au niveau du ligament talo-fibulaire antérieur. Elle est le plus souvent la conséquence d'un mouvement d'inversion forcée en charge, par exemple à la suite d'un faux pas (dans l'escalier, le creux du sol, avec des talons trop hauts…). "Les derniers travaux mettant surtout en avant les composantes d'adduction et de supination du pied" précise Brice Picot. Le patient décrit ainsi un mécanisme de torsion de la cheville en dedans. On parle ainsi d'entorse externe de la cheville.

Les symptômes les plus fréquents sont :

  • la douleur sous la malléole,
  • l'apparition d'un œdème (c'est-à-dire d'un gonflement) voire d'un hématome dans les heures qui suivent,
  • la sensation d'un craquement au niveau de la cheville.

Il est en général difficile de poursuivre l'activité en cours (par exemple, la course à pied) parfois même de poser le pied au sol., on parle alors d'impotence fonctionnelle.

Combien de temps dure une entorse de la cheville ?

Les symptômes de l'entorse disparaissent le plus généralement en une dizaine de jours. Cependant,"la douleur et le gonflement ne sont que la partie émergée de l'iceberg" met en garde le kinésithérapeute. En effet, les facteurs de risque de récidives sont plus difficiles à évaluer pour le patient et il est donc nécessaire de correctement les prendre en charge pour éviter la récidive. En moyenne, il faut compter 4 à 6 semaines pour récupérer complètement d'une entorse de cheville. La sensation de stabilité perçue par le patient au niveau de sa cheville lors d'activité comme la course, est un bon indicateur dans l'avancée de la rééducation.

"La protection de la cheville est la priorité"

Ce qu'il faut faire immédiatement en attendant l'avis d'un médecin

"Dans le cas d'une entorse de cheville et en l'absence de médecin, la protection de la cheville est la priorité" explique Brice Picot. L'utilisation d'une attelle par exemple permet d'éviter un nouveau mécanisme de torsion de la cheville. De plus, l'utilisation de béquilles empêche la pose du pied au sol si celle-ci est douloureuse. "La surélévation du pied associée à l'application de glace et une compression de l'articulation permet de diminuer les douleurs et d'éviter l'apparition d'un oedème qui sera délétère pour la rééducation. Il est par contre recommandé de ne pas prendre d'anti-inflammatoires afin de ne pas ralentir le processus de cicatrisation" conseille-t-il.. En ce qui concerne l'application de glace, son utilisation est débattue à l'heure actuelle. Il s'agit d'une balance bénéfices/risques. "À ce jour, les capacités antalgiques de la glace (c'est-à-dire sa capacité à soulager la douleur) surpassent leur possible effet néfaste sur la cicatrisation du ligament. Il est donc recommandé de mettre de la glace si cela diminue la douleur chez le patient dans les premiers jours qui suivent l'entorse" estime Brice Picot. Un nouvel acronyme est sorti récemment dans la littérature : PEACE and LOVE pour la prise en charge des traumatismes

  • Protection
  • Elévation
  • Anti inflammatoires à éviter
  • Compression
  • Elévation
  • Et
  • Load (mise en charge en l'absence de douleur)
  • Optimisme
  • Vascularisation
  • Exercice (débuter la rééducation le plus rapidement possible)

Traitement des entorses moyennes

"Quelle que soit la gravité de la lésion, la rééducation est nécessaire afin de diminuer le risque de récidive et d'instabilité chronique de cheville" prévient Brice Picot. Le traitement initial par immobilisation (attelle) dure environ 10 jours. La rééducation commence le plus tôt possible afin de lutter contre la douleur et l'apparition d’œdème. De même, le début du travail proprioceptif et le réveil musculaire s'envisagent en fonction de la douleur. Dans le cas d'une perte d'amplitude, il est recommandé un travail précoce en maîtrisant les mouvements à risque et en revenant progressivement vers un usage normal de la cheville.

Traitement des entorses graves

Le principe de la rééducation est le même cependant les délais de prise en charge sont plus longs. L'immobilisation complète dure 4 à 6 semaines avec une remise en charge à 2 semaines en fonction des douleurs. Là encore, la rééducation doit être débutée le plus tôt possible afin de lutter contre les déficits liés à l'immobilisation.

Entorse de la cheville à répétition : que faire ?

La chronicité des entorses de la cheville est leur complication la plus fréquente. C'est pour cela qu'il est important de les prendre en charge correctement. "Le rôle du kinésithérapeute consiste à établir un bilan complet et précis des déficits liés à cette instabilité chronique. La rééducation pourra ensuite être conduite au cas par cas avec des exercices de proprioception, de renforcement musculaire adaptés à chaque patient" explique Brice Picot.

"La première des complications en cas de traumatisme de la cheville, c'est la fracture."

Quand consulter en urgence ?

Lorsque l'on suspecte des lésions plus graves comme une fracture (la marche est impossible et la pression sur certaines zones osseuses est très douloureuse), il est nécessaire de consulter rapidement. Cependant, dans le contexte actuel d'encombrement dans les services d'urgences, il apparaît nécessaire de diminuer les consultations dans les services d'urgences pour ce type de traumatismes. Ainsi, la politique actuelle cherche à orienter les patients vers les autres professionnels de santé comme les kinésithérapeutes dans le cas d'une entorse de cheville. Dans tous les cas, quelle que soit la gravité supposée de l'entorse, il conviendra de consulter afin de pouvoir suivre une prise en charge optimale.

Peut-on faire du vélo avec une entorse de la cheville ?

"Dès que la douleur à l'appui a disparu, il est tout à fait possible de faire du vélo", rassure le kinésithérapeute. Et de poursuivre : "Le vélo est même un exercice de rééducation régulièrement utilisé." D'ailleurs le V du PEACE and LOVE fait référence à des activités cardio-vasculaires telles que le vélo, le rameur…

Complications : gare à la fracture !

"La première des complications en cas de traumatisme de la cheville, c'est la fracture des os du pied ou de la cheville" explique Brice Picot. "De manière exceptionnelle, il peut advenir des atteintes nerveuses ou vasculaires" ajoute-t-il. Dans le cas d'une entorse sans lésions associée, la complication principale est la récidive qui peut aboutir à long terme à l'instabilité chronique de cheville voire à l'arthrose de cheville.

Facteurs de risques

L'entorse est généralement accidentelle mais des facteurs prédisposant peuvent exister. "Le premier facteur de risque d'entorse de cheville, c'est le fait de s'être déjà fait une entorse de cheville" prévient le kinésithérapeute. En effet, une mauvaise voire une absence de prise en charge conduit dans 50% des cas à des récidives voire au développement d'une instabilité chronique de cheville. D'autres facteurs de risque semblent apparaître, notamment un déficit d'amplitude en flexion dorsale de cheville, une faiblesse des muscles de la cheville et de la hanche, une diminution de la proprioception (qui est une composante importante de l'équilibre).

Merci à Brice Picot, kinésithérapeute du sport, pour ses précisions.

Blessures