Aliments et boissons mauvais pour la thyroïde : lesquels éviter ?

Certains aliments dits "goitrogènes" vont empêcher l'absorption de l'iode et entraîner une hypertrophie de la thyroïde et l'apparition d'un goitre. Liste de ceux à limiter et à privilégier avec Cindy Louvet, diététicienne-nutritionniste.

Aliments et boissons mauvais pour la thyroïde : lesquels éviter ?
© paninastock - stock.adobe.com

L'alimentation a un rôle-clef dans la régulation de la thyroïde, une glande située à la base du cou qui sécrète des hormones contrôlant de nombreuses fonctions comme la croissance, la faim, la reproduction, le sommeil, le métabolisme ou la fréquence cardiaque. Pour qu'elle soit en bonne santé, elle a besoin d'un certain nombre de nutriments. "Sans eux, elle ne peut pas correctement fonctionner et peut, avec d'autres facteurs favorisants, se déréguler. Une carence en iode sur une longue durée par exemple peut favoriser le risque d'hypothyroïdie. La glande thyroïde devient hypoactive et cela peut entraîner l'apparition d'un goitre (augmentation du volume de la thyroïde", explique d'emblée Cindy Louvet, diététicienne-nutritionniste à Paris. Alors quels sont les aliments à limiter ? Ceux à privilégier ? Peut-on boire du café et du thé ? Réponses.

Quels sont les aliments à limiter pour la thyroïde ?

"Certains aliments dits goitrogènes vont empêcher l'absorption de l'iode et entraîner une hypertrophie de la thyroïde et l'apparition d'un goitre. Il faut limiter leur consommation si on n'a pas un bon apport en iode (si notre taux d'iode est un peu juste par exemple) ou si on a une hypothyroïdie", indique Cindy Louvet. Dans cette liste, on retrouve :

  • Les choux (chou-fleur, chou frisé, chou chinois, brocoli, chou kale, chou de Bruxelles...)
  • Les amandes
  • Les radis
  • Le navet
  • La patate douce
  • Le millet
  • Le cresson
  • La moutarde
  • Les arachides (cacahuètes)
  • Le soja (tempeh, edamame, fèves de soja, yaourt de soja, steak végétal...), à limiter en cas de déficience en iode ou d'hypothyroïdie.
  • L'ail et l'oignon, "en excès peuvent perturber le fonctionnement de la thyroïde"

Les produits industriels, plats préparés et produits raffinés sont également à éviter. 

Quelles sont les boissons à limiter pour la thyroïde ?

"Il y a des boissons, agressives pour la thyroïde qu'on va limiter", indique la diététicienne, comme :

  • Le café
  • Le thé
  • Les sodas
  • Les boissons énergisantes
  • L'alcool

Quels sont les aliments bons pour la thyroïde ?

Pour fonctionner correctement, la thyroïde a besoin de :

Protéines, notamment la tyrosine - une protéine impliquée dans la production des hormones thyroïdiennes - qui se trouve dans les viandes, les œufs, les poissons (en consommer 2 fois par semaine par exemple), les crustacés, les légumineuses, les fromages, le tofu, le seitan... "Il faut consommer des protéines tous les jours", insiste notre interlocutrice. 

Iode qui se trouvent surtout dans les poissons (notamment crus, l'églefin ou la morue), les algues (consommez une portion de tartare d'algues par exemple tous les 15 jours ou une pincée de paillettes d'algues séchées par jour), les crustacés, le jaune d'œuf et les fromages à pâte dure (type parmesan), le sel iodé (sel marin enrichi en iode)

Sélénium (poissons, noix du Brésil, thon, abats, algues...)

► Zinc (huîtres, abats, viande rouge, pain complet, œuf...)

Fer (boudin noir, algues, huître, foie de veau, abricot sec, noix de cajou...)

Magnésium (poissons, oléagineux, chocolat noir, céréales complètes...)

Vitamine A (poissons, viandes, huile de foie de morue, beurre, laitages, fromages) et vitamine D (foie de morue, hareng, chocolat noir...)

Quels conseils hygiéno-diététiques pour une thyroïde en bonne santé ?

  • Éviter de jeûner trop souvent ou de ne pas manger à sa faim "Quand on ne mange pas, la thyroïde est impactée dans son fonctionnement et il y a un ralentissement du métabolisme. Ainsi, si on saute trop souvent des repas, la thyroïde peut se dérégler", détaille l'experte. Il faut bannir les régimes restrictifs ou privatifs sur des longues durées.
  • Limiter son exposition aux perturbateurs endocriniens : les perturbateurs endocriniens sont présents dans les pesticides (préférez les fruits et légumes bio, les sachets de tisane ou de thé bio), les tupperwares ou les gourdes en plastique (préférez les contenants en verre ou en inox), le film alimentaire en cellophane (préférez les alternatives en tissu comme par exemple les couvre-plats en coton enduit (100% coton certifié OEKO-TEX) de la marque Wabi Paris qui se nettoient en machine), les produits d'entretien, les cosmétiques, la lessive (préférez les produits naturels ou labellisés), les poêles ou casseroles à revêtement antiadhésif ou Téflon (préférez les ustensiles en inox ou en céramique)... 
  • Aérer son logement au moins deux fois par jour pour renouveler l'air, particulièrement si on a fait le ménage.

Merci à Cindy Louvet, diététicienne-nutritionniste à Paris, spécialisée notamment dans la diététique thérapeutique.

Alimentation et maladies