Comment booster sa mémoire naturellement ?

Un mot de passe qu'on oublie, le nom d'un film qui nous échappe, une anecdote un peu floue... La mémoire nous joue parfois des tours. Heureusement, la plupart du temps, ces trous de mémoire ne sont pas pathologiques. Voici nos 10 conseils pour la booster efficacement et naturellement !

Comment booster sa mémoire naturellement ?
© denisismagilov - stock.adobe.com

Ce qu'on appelle communément des trous de mémoire ne sont, la plupart du temps pas graves et sont temporaires. Ils sont souvent causés par divers éléments tels que le stress, un manque d'attention, une grosse fatigue… Toutefois, il est possible d'entretenir sa mémoire et améliorer sa capacité d'attention. Comment ? En adoptant certains bons gestes et en appliquant ces quelques conseils. Il n'existerait pas qu'une seule mémoire, mais plusieurs. Au total, cinq types de mémoires majeures impliquent nos réseaux neuronaux et sont interconnectées entre elles : 

  • la mémoire de travail ou à court terme : permet à une personne de disposer d'un espace de travail mental afin de maintenir des informations pendant un certain laps de temps. Il s'agit de la mémoire du présent ;
  • la mémoire sémantique : correspond au stockage de connaissances générales ou encyclopédiques (sens des mots, concepts abstraits, sa propre histoire, le monde qui nous entoure...) ;
  • la mémoire épisodique ou autobiographique : correspond à ce qu'on se souvient des événements passés et biographiques (ce qu'on a mangé la veille, le lieu de nos dernières vacances...). Il s'agit d'une mémoire à long terme ;
  • la mémoire procédurale ou motrice : correspond à la motricité automatique (les gestes que l'on fait instinctivement) ;
  • la mémoire perceptive ou sensorielle : correspond à la mémoire liée aux cinq sens (vue, ouïe, toucher, odorat et goût). 

Ainsi, lorsqu'on veut se souvenir d'une information ou d'un souvenir quelconque, notre cerveau pioche parmi ces différentes mémoires, particulièrement grâce aux neurotransmetteurs qui assurent la transmission des messages d'un neurone à l'autre. 

Lire pour stimuler ses neurones

Lire est une activité cérébrale très bénéfique pour les neurones et donc... la mémoire, particulièrement la mémoire sémantique ! En choisissant un livre dont l'histoire vous passionne, vous emmagasinez tout un tas d'informations sans vous en rendre compte : les détails d'une intrigue, les différents noms des personnages et les liens entre eux, des dates ou encore des éléments de culture générale. Et pourquoi pas se passer du marque-page pour aiguiser encore plus sa mémoire ? Par ailleurs, selon une étude canadienne (Université de Waterloo dans l'Ontario) publiée dans la revue Memory en 2017, lire à voix haute permettrait de mieux retenir les informations, confirmant ainsi que "l'apprentissage et la mémoire profitent d'une implication active". 

Dormir au moins 8 heures par nuit

Nos performances sont généralement beaucoup moins bonnes lorsque l'on est fatiguée. C'est encore plus vrai pour la mémoire et les performances intellectuelles. La fatigue ralentit le fonctionnement général, les connexions neuronales se font moins rapidement et l'on rappelle moins bien les souvenirs et les connaissances. Conséquence : fatiguée, on est moins attentive et on retient moins bien les événements et enseignements de la journée. L'idéal ? Faire des nuits suffisamment longues (8h en moyenne) et savoir respecter ses rythmes biologiques. Concrètement, couchez-vous à des heures régulières qui se calquent le plus possible sur vos heures "naturelles" d'endormissement et de réveil. 

Faire du sport 

L'activité physique est bonne pour le cerveau et pour la mémoire à plus d'un titre. La pratique sportive augmente le débit sanguin et la quantité d'oxygène qui circule dans le sang, pour aller nourrir les muscles et le cerveau. Ce dernier, mieux irrigué, dispose donc de tous les éléments pour fonctionner à plein régime. Par ailleurs, faire du sport constitue un bon moyen d'évacuer le stress, véritable perturbateur de la mémoire. Pratiquer une activité physique permettrait à l'organisme de synthétiser certaines protéines bonnes pour le cerveau. L'idéal ? Pratiquer au moins 30 minutes d'activité physique trois fois par semaine

Faire des mots croisés

Jeune ou vieux, c'est toujours la même chose : si le cerveau n'est pas stimulé, il s'use ! Le laisser au repos ne va pas vous aider à vous réveiller plus jeune et plus reposé, au contraire ! L'idéal ? S'intéresser aux jeux variés de type mots croisés, fléchés, sudoku... Tous ces petits jeux sont très bons pour  entretenir votre mémoire et votre attention. En revanche, n'espérez pas décupler votre mémorisation globale grâce à ces exercices d'entraînement cérébral : chaque exercice ne fait travailler qu'un type de mémoire très précis et seul ce type de mémoire peut se trouver amélioré. Complétez avec des jeux à plusieurs comme le Scrabble, les jeux de cartes (le tarot ou le bridge) ou encore les échecs. 

Faire de la méditation

Méditer permet de se concentrer, de se relaxer et d'éliminer l'ennemi numéro 1 de la mémoire, aka le stress. En effet, le stress agit en véritable inhibiteur sur le cerveau et diminue, sur le long terme, ses facultés cognitives. Mais déstresser tout seul n'est pas nécessairement si simple, lorsque cette attitude est ancrée depuis des années. Dirigez-vous vers les thérapies zen, souvent d'inspiration orientale. Laquelle choisir ? Le yoga est connu pour son effet relaxant, mais quelques séances d'acupuncture ou de shiatsu peuvent aussi vous aider. Feng shui, réflexologie, sophrologie, méditation... Aucune méthode n'est meilleure qu'une autre : renseignez-vous et trouvez celle qui vous convient.

Consommer des poissons gras

Comme l'ensemble de notre organisme, le cerveau est sensible à la manière dont on se nourrit. Le plus important pour avoir un cerveau qui fonctionne à plein régime c'est de privilégier les sucres lents.  En effet, ce sont eux qui vont permettre à votre organisme de disposer d'énergie tout au long de la journée. Les sucres rapides, digérés très vite, ne fournissent qu'une énergie immédiate. Et surtout, comme pour l'état de forme en général, oméga 3 et 6 jouent un rôle positif sur le cerveau. On les trouve dans les poissons gras sauvages, les huiles type colza, noix ou dans certaines margarines enrichies, par exemple. 

Travailler sa concentration

Il n'y a pas vraiment d'autre méthode pour retenir les choses de façon durable : il faut les répéter et s'entraîner à les faire "remonter" de la mémoire régulièrement. Au fil des semaines, ces connaissances vont s'imprimer dans la mémoire à long terme et revenir de plus en plus vite quand vous les rappellerez. L'idéal ? Focaliser son attention sur ce qu'on est en train de lire ou de chercher à comprendre l'enchaînement logique des choses et se représenter les différents éléments. Pour cela, le mieux est de s'isoler dans un endroit calme. Et pour rester efficace le plus longtemps, mieux vaut faire des petites pauses régulières.

Miser sur les moyens mnémotechniques

Vous avez peut-être une mémoire visuelle. Dans ce cas, vous pouvez bien décomposer un texte, mettre des couleurs, faire des alinéas... Tout ceci peut paraître inutile or, la mémoire s'appuie beaucoup sur les repères visuels, Si vous devez apprendre une liste, faites des associations mentales. Ainsi, l'enchaînement logique plus clair et, donc, plus facile à mémoriser. Enfin, collez des post-it à des endroits stratégiques. A force de les voir, vous retiendrez les infos qu'ils contiennent sans même y penser.

Chouchouter sa vie sociale

Pour entretenir sa mémoire, rien de mieux que de voir d'autres personnes, de discuter, d'échanger et de raconter des choses. Ainsi, vous ferez appel à votre mémoire pour retranscrire des moments, des états d'âme ou des anecdotes. N'hésitez pas à voir du monde, à tisser des liens avec d'autres personnes, à sortir au cinéma, au musée ou dans une exposition... Tout ceci réveille la mémoire l'air de rien ! 

Boire du thé vert

Les plantes riches en flavanoïdes comme le ginkgo biloba, la rhodiola rosea ou la bacopa monnieri sont des moyens naturels pour booster ses fonctions cognitives. L'huile essentielle de sauge agirait également sur la mémoire des mots. L'idéal ? Faire infuser des feuilles séchées de l'une de ces plantes dans du thé vert. Pourquoi ? Le thé vert contient de la théanine, un acide aminé qui agit sur le cerveau, qui fait baisser le stress mental et qui intervient dans la synthèse de l'acéthylcholine, le neurotransmetteur de la mémoire. 

Dysfonctions cérébrales : langage, mémoire, mouvement