Proteus mirabilis : transmission, symptômes, traitement

"Proteus mirabilis : transmission, symptômes, traitement"

Proteus mirabilis est une bactérie que l'on trouve dans le tube digestif de l'homme et des animaux ainsi que dans l'environnement. Elle représente l'une des principales causes d'infections urinaires. Transmission, symptômes et traitements efficaces avec le Dr Lionel Barrand, biologiste.

Définition : c'est quoi les Proteus ?

"Les Proteus sont un genre de bactéries uropathogènes majeures (c'est à dire responsables d'infections urinaires) qui peuvent également infecter la peau et les tissus (plaies, abcès divers), explique le Dr Lionel Barrand, biologiste. Ces bactéries sont souvent impliquées dans des infections nosocomiales (deux tiers des infections à Proteus sont d'origine hospitalière, les infections urinaires étant les plus fréquentes)". En laboratoire, la bactérie Proteus mirabilis dégage une forte odeur qui rappelle celle du poisson pourri.

Transmission : comment s'attrape-t-elle ?

Les bactéries du genre Proteus se retrouvent très fréquemment dans l'environnement, notamment dans le sol, les eaux de surface et les eaux usées. "Elles font aussi partie naturellement de la flore intestinale chez l'homme, poursuit le biologiste. Elles sont alors susceptibles de causer des infections lorsqu'elles quittent l'intestin. La contamination se fait généralement par colonisation du périnée depuis le tube digestif jusqu'au méat urinaire. La contamination peut également se faire lorsque du matériel souillé entre en contact avec les muqueuses (sondes urinaires) ou avec la peau lésée (cathéters)" La transmission directe inter-humaine est extrêmement rare.

Quels sont les symptômes ?

"Les symptômes sont ceux d'une infection urinaire (cystite). A savoir des brûlures lors des mictions, des envies fréquentes d'uriner, une urine trouble et parfois malodorante, détaille le spécialiste. Si l'infection remonte de la vessie jusqu'aux reins apparaissent alors de la fièvre, des frissons, des douleurs lombaires". A noter que, chez l'homme, l'ensemble de ces symptômes peut être constaté si l'infection concerne la prostate.

Comment le détecter ?

"On peut détecter la bactérie lors d'une mise en culture d'un prélèvement urinaire (ECBU) ou d'un prélèvement cutané", précise le Dr Barrand.

Quel est le traitement ?

Etant donné que Proteus mirabilis est une bactérie, la prise d'antibiotiques est donc indiquée pour guérir les patients infectés. "Elle présente quelques résistances naturelles à certains antibiotiques et le traitement antibiotique de cette bactérie dépend de la localisation et des facteurs de gravité de l'infection, nuance notre interlocuteur. Pour une infection urinaire non compliquée chez la femme – cas le plus fréquent – l'antibiothérapie de première intention repose sur la fosfomycine (Monuril) en une prise unique (sachet de 1 g)".

Ces remèdes ne remplacent en aucun cas l'antibiothérapie.

Quels sont les remèdes naturels ?

"La canneberge (en jus ou en poudre) contribue à diminuer la fixation des Proteus sur les parois des voies urinaires et donc prévenir les infections urinaires, conclut le Dr Barrant. De plus des chercheurs de l'Université McGill et de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) ont démontré qu'un extrait du petit fruit acidulé rendrait ces bactéries plus sensibles aux antibiotiques et les empêcherait de développer une résistance". Mais ces remèdes ne remplacent en aucun cas l'antibiothérapie.

Merci au Dr Lionel Barrand, biologiste à Strasbourg et Président du syndicat "Les Biologistes Médicaux".

Maladies infectieuses