Syndrome du coeur brisé : symptômes, cause, comment le soigner ?

Le syndrome du cœur brisé aussi appelé "Tako Tsubo" est une urgence cardiaque qui touche surtout les femmes. Les cas ont été multipliés par 5 à cause de l'épidémie de Covid-19. Qu'est-ce que c'est ? Quelles causes ? Comment savoir ? Le Dr Claire Mounier-Vehier, cardiologue au CHU de Lille et co-fondatrice de l'Association Agir pour le Cœur des Femmes répond à nos questions.

Syndrome du coeur brisé : symptômes, cause, comment le soigner ?
© romastudio

Le syndrome du cœur brisé, ou Tako Tsubo, est une urgence cardiaque qui touche plus souvent les femmes que les hommes : environ 9 femmes pour 1 homme, particulièrement celles qui sont ménopausées ou ont eu une hystérectomie. 1500 personnes en sont victimes chaque année en France. Définition, causes, symptômes, traitements, séquelles… Éclairages avec le Pr Claire Mounier-Véhier, cardiologue au CHU de Lille et co-fondatrice avec Thierry Drilhon, du fonds de dotation Agir pour le Cœur des Femmes.

Qu'est-ce que le syndrome du cœur brisé ? 

"Le syndrome du cœur brisé est une maladie du muscle cardiaque aiguë qui survient suite à un stress intense et entraîne une sécrétion brutale d'hormones de stress, les catécholamines. Ces dernières vont se fixer sur les petits récepteurs spécifiques des micros vaisseaux du cœur et du muscle cardiaque et entrainer la paralysie du cœur. La bonne nouvelle est que c'est une forme réversible d'insuffisance cardiaque" explique le Pr Claire Mounier-Véhier, cardiologue. Cette maladie est également appelée Tako Tsubo : "Il s'agit du nom d'un piège à poulpe en japonais. Ce sont les Japonais qui ont été les premiers à décrire ce syndrome dans les années 1990." Pourquoi ce nom de syndrome du "coeur brisé" ? "Le cœur est comme sidéré, paralysé et il est dans l'incapacité d'assurer sa fonction de pompe et de se contracter."

Syndrome Tako Tsubo et arrêt cardiaque

"Dans un Tako Tsubo, le cœur est sidéré, paralysé, et ne peut plus assurer son rôle de pompe. Cela peut entraîner des troubles du rythme ventriculaire grave, et un arrêt cardiaque. L'arrêt cardiaque est une complication gravissime, une conséquence, du syndrome du cœur brisé", informe la cardiologue. "C'est pour cela que le syndrome du cœur brisé est une urgence cardiaque absolue."

Quelles sont les causes ? 

La cause principale du syndrome du cœur brisé est le stress aigu mental ou physique."Les personnes concernées sont souvent des femmes ménopausée et anxieuses, qui ressentent du stress au quotidien" explique le Pr Claire Mounier-Véhier. "Par ailleurs, la Covid-19 a multiplié par 5 le nombre de cas de Tako Tsubo car la pandémie a généré du stress." Il suffit du "stress de trop" pour que la personne déclenche un Tako Tsubo : "Il y a un événement de trop qui s'accumule à la fatigue et la fragilité émotionnelle qui conduit à un syndrome du cœur brisé. Ainsi, des hormones de la famille des catécholamines (ndlr : l'adrénaline, la noradrénaline et la dopamine) sont brutalement libérées. Elles vont se fixer sur les petits récepteurs des micros vaisseaux du cœur et du muscle cardiaque, ce qui va entraîner la paralysie du cœur." Cet "évènement de trop" peut être une rupture amoureuse, la perte d'un emploi, un cambriolage, une intervention chirurgicale... Mais ce n'est pas obligatoirement un événement négatif : "Il peut s'agir d'un coup de foudre, une demande en mariage par exemple, dans ces cas là on peut parler d'un syndrome du cœur heureux." 

Symptômes : comment savoir ? 

"Le Tako Tsubo peut se manifester de façon clinique de la même façon qu'un infarctus du myocarde ou un oedème aigu pulmonaire" explique le Pr Claire Mounier-Véhier, cardiologue. Il peut provoquer ces symptômes :  

  • La douleur thoracique et la sensation d'oppression : "La douleur en étau au niveau de la poitrine, similaire à celle d'un infarctus, est le premier symptôme évocateur d'un Tako Tsubo."
  • Une envie de vomir.
  • Une douleur à la mâchoire.
  • Une douleur dans le bras.
  • Des symptômes évocateurs d'un œdème aigu pulmonaire : "La personne peut avoir l'impression d'étouffer."
  • Des sensations de palpitations.

Que faire ? 

Il s'agit d'une urgence cardiaque. Ainsi, si une personne ressent les symptômes d'un syndrome du cœur brisé, "il faut immédiatement appeler le 15 ou le 112 pour que la prise en charge soit la plus rapide possible."

Quel est le diagnostic ?

"Une fois que les secours sont arrivés sur place, un électrocardiogramme est réalisé. Puis, dès l'arrivée aux urgences, les médecins procèdent à une coronarographie, un examen cardiaque qui permet d'observer des artères et le cœur et de voir si la personne fait un infarctus avec une ou plusieurs artères coronaires bouchées ou très rétrécies par une plaque de cholestérol. Dans le cas d'un Tako Tsubo, cet examen est normal : c'est cela qui permet d'écarter la piste de l'infarctus" détaille la cardiologue. "Le produit injecté dans le cœur pendant la coronarographie permet aussi de voir la forme qu'il a : si cette dernière est sous forme d'amphore, de piège à poulpe, alors il s'agit probablement d'un Tako Tsubo." Parallèlement, une échographie du cœur et une IRM cardiaque sont réalisées et vont confirmer le diagnostic. "Tant que nous n'avons pas le diagnostic du Tako Tsubo, nous traitons le patient comme s'il faisait un infarctus du myocarde, puis lorsque le diagnostic est affiné, on arrête les coagulants et on ne prolonge que le traitement pour l'insuffisance cardiaque."

Traitements : comment le soigner ? 

"Suite au diagnostic d'un Tako Tsubo, on met immédiatement en place le traitement donné en cas d'insuffisance cardiaque. Nous pouvons éventuellement placer la personne sous assistance cardiaque si elle est en état de choc cardiogénique, c'est-à-dire si le cœur ne se contracte plus du tout seul" informe le Pr Claire Mounier-Véhier, cardiologue. "Le traitement dure jusqu'à ce que la personne retrouve une contraction normale du cœur, c'est-à-dire entre 3 et 6 mois." En plus de ce traitement, la personne va en rééducation. "Il est également important d'agir sur la gestion du stress, car c'est lui qui est en cause dans le syndrome du cœur brisé." Comment ? "Nous pouvons préconiser des thérapies brèves, de la méditation en pleine conscience, la pratique de la cohérence cardiaque ou encore la musicothérapie, agir sur son sommeil, pratiquer de l'activité physique quotidiennement, faire une sieste." 

Quelles séquelles ?

"Le syndrome de Tako Tsubo survient très brutalement, il fait peur, mais s'il est pris à temps, il est totalement réversible : il n'y a aucune séquelle" informe la cardiologue. C'est la bonne nouvelle !"C'est pour cela qu'anticiper son stress et alerter les secours dès les premiers symptômes est important." Cependant, "le syndrome du cœur brisé peut récidiver dans 11% des cas à 5 ans."  Le seul risque de séquelle est "lié aux complications emboliques d'un Tako Tsubo, et n'est pas lié au cœur en lui-même. Par exemple, si des caillots sanguins se forment dans le cœur qui ne se contracte plus pendant le syndrome du cœur brisé, ce caillot peut ensuite migrer vers le cerveau et peut causer un AVC. Il y aura des séquelles de l'AVC, mais ce ne seront pas des séquelles du cœur."

Quels sont les risques de décès ?

"L'arrêt cardiaque est la complication ultime mais rare d'un syndrome du cœur brisé, indique le Pr Claire Mounier-Véhier. Le taux de mortalité est de 3%, sachant qu'il y a environ 1500 cas par an en France, hors covid-19. Avec le Covid et le stress que la période génère, ce taux a été en moyenne multiplié par trois." 

Merci au Pr Claire Mounier-Véhier, cardiologue au CHU de Lille et co-fondatrice de l'Association Agir pour le Cœur des Femmes et auteure du livre "Mon combat pour le cœur des femmes, Agir avant qu'il ne soit trop tard". Editions Marabout (2019).

Cardiologie-Circulation