Séropositif (VIH) : définition, comment savoir, quelles conséquences ?

Le terme de séropositivité est fréquemment employé pour désigner le statut sérologique des personnes infectées par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Comment savoir si on est séropositif ? Qu'est-ce que ça veut dire ? Quelles différences avec le Sida ? Quels traitements ? Valérie Delbos, infectiologue au CHU d'Angers, nous éclaire à ce sujet. 

Séropositif (VIH) : définition, comment savoir, quelles conséquences ?
© vanatchanan - 123RF

Définition : ça signifie quoi être positif au VIH ?

Dans le langage médical, la séropositivité fait référence au résultat d'un examen sérologique destiné à dépister/diagnostiquer certaines maladies infectieuses. Dans le langage courant, la séropositivité est fréquemment associée au virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Dans ce cas, elle marque la présence dans le sang des anticorps au VIH, qui indique que le patient dépisté est contaminé par le virus. Ce virus peut se transmettre par :

  • Le sang
  • Le sperme 
  • Les sécrétions vaginales 
  • Le liquide séminal 
  • Le lait maternel.

Quelles différences avec le Sida ?

Avoir été infecté par le VIH ne signifie pas forcément qu'on a le Sida. Le SIDA est le dernier stade de l'infection. Il y a d'abord l'infection de l'organisme par le virus VIH. Face à cette infection, le corps produit des anticorps. La personne passe du stade séronégatif au stade séropositif. Puis la phase asymptomatique où le virus continue d'attaquer le système immunitaire sans faire de bruit, la phase d'accélération où l'immunité s'épuise petit à petit et la phase du Sida où les défenses immunitaires sont tellement faibles qu'une (ou plusieurs) maladie se développe, on parle de "maladie opportuniste". Une personne séropositive est atteinte du Sida quand elle développe une maladie opportuniste.

Comment le savoir ?

"La plupart du temps, l'infection au VIH n'entraîne aucun symptôme. Il n'y a donc qu'en faisant le test que l'on peut savoir si on l'a contracté ou non. On distingue trois grands types de tests ", explique le Dr Valérie Delbos : 

  • Le test Elisa : c'est le test classique par prise de sang. Il peut se faire dans un laboratoire d'analyses médicales avec une ordonnance de son médecin traitant ou d'une sage-femme. Ou sans ordonnance dans les centres de dépistage anonymes et gratuits (CeGIDD), les centres de planification et d'éducation familiale (CPEF). Ce test est fiable à 100% si on n'a pas pris de risque au cours des six dernières semaines. 
  • Le test TROD : (Test Rapide d'Orientation Diagnostique) par piqûre au bout du doigt. Il peut s'effectuer dans un centre de dépistage mais aussi dans les structures associatives où le personnel a été formé à ce type de test. L'avantage, c'est que l'on a le résultat le jour même, dans les 30 minutes. Il est fiable à 100%, à condition de ne pas avoir pris de risques au cours des trois derniers mois. 
  • L'auto test : c'est un TROD que l'on réalise soi-même avec la piqure au bout du doigt. Le test s'achète en pharmacie pour environ 10-15€. Si on obtient un résultat douteux ou positif, ce test doit absolument être confirmé par un test Elisa, c'est-à-dire par une prise de sang. 

"Certaines villes se sont engagées dans une démarche de ville sans sida comme Paris sans sida ou Nice sans sida. Dans ces villes, on peut faire un test VIH dans un laboratoire d'analyses médicales sans ordonnance et sans frais, indique l'infectiologue. Dans les villes ne participant pas à cette initiative, le test peut être effectué dans un laboratoire classique sans ordonnance mais il ne sera pas pris en charge par la sécurité sociale ". 

Quelles sont les conséquences d'une séropositivité au VIH ?

Contrairement à l'hépatite C pour laquelle on peut désormais éradiquer le virus grâce aux nouveaux antiviraux, on ne sait pas le faire pour le VIH. Autrement dit, cela signifie que l'on est infecté pour toute sa vie. "Cela nécessite donc une prise en charge globale et la mise en place d'un traitement pour faire en sorte que la multiplication du virus soit la plus faible possible et que celui-ci n'abîme pas les défenses immunitaires. À partir du moment où le diagnostic est précoce et que le traitement est pris correctement, l'infection est très bien contrôlée et on peut vivre normalement ", rassure la spécialiste. 

Quels sont les traitements en cas de séropositivité ?

Le traitement de l'infection par le VIH repose sur la prise de médicaments dits antirétroviraux. "Ils contiennent des molécules spécifiques ayant pour but de réduire la charge virale, autrement dit de bloquer la reproduction du virus dans l'organisme. En revanche, ils ne permettent pas de l'éliminer ", précise le Dr Valérie Delbos.  

Quelle espérance de vie ?

"Les traitements contre le VIH sont très efficaces et très bien tolérés. Si la personne prend son traitement correctement, on considère que son espérance de vie est identique à quelqu'un qui n'a pas le VIH", note l'infectiologue.

Merci à Valérie Delbos, infectiologue au CHU d'Angers.