Dysplasie du genou : douleur, cause, traitement, opération

La dysplasie du genou est une malformation ou malposition fréquente de la rotule par rapport au fémur ou inversement. Est-elle douloureuse ? Quels traitements envisager ? Des séances de kiné ? Une opération ? Eclairage du Dr Patrick Le Goux, rhumatologue et Médecin du Sport.

Dysplasie du genou : douleur, cause, traitement, opération
© Kitti Kahotong - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'une dysplasie du genou ?

"Une dysplasie du genou concerne essentiellement la dysplasie fémoro-patellaire entre le fémur et la rotule. Elle regroupe les malformations ou malpositions de la rotule par rapport au fémur" observe d'emblée le Dr Patrick Le Goux, rhumatologue et Médecin du Sport, Praticien Attaché de l'Hôpital Ambroise Paré Boulogne Billancourt APHP. Cela peut entraîner des dysfonctionnements de l'ensemble de l'appareil extenseur du genou lors des mouvements de flexion-extension, c'est-à-dire du tendon du muscle vaste interne du quadriceps, du tendon quadricipital, de la rotule et de ses ligaments latéraux qui glisse dans la gouttière fémorale ou encore du tendon rotulien à la partie basse du genou"

Dysplasie de la rotule, de la trochlée ou des deux éléments

"La dysplasie de la rotule consiste soit en une rotule malformée en 2 parties (bipartite) ou positionnée de façon trop haute ou basculée trop vers l'extérieur au contact du fémur. La dysplasie de la trochlée correspond souvent à une gouttière trop plate pas assez creusée, favorisant ainsi la sortie de la rotule lors de sa course le long du fémur au cours des mouvements. A ces anomalies peuvent s'associer une insuffisance de la tonicité du muscle vaste interne de la cuisse pas assez développé pour contrôler la stabilité de la rotule, ainsi qu'une hyperlaxité ligamentaire pouvant entrainer son hypermobilité" détaille le spécialiste.

Quels sont les symptômes ?

Il existe deux types de symptômes avec une dysplasie du genou, l'articulation femoro patellaire (entre le fémur et la rotule) pouvant être le siège de lésions cartilagineuses. Le "syndrome rotulien" correspond :  

  • soit à une douleur pure à la partie antérieure du genou irradiant sur les côtés de la rotule, voire en arrière dans le creux du genou (creux poplité)
  • soit une douleur associée à une instabilité ou des sensations de blocages voire de déboîtement de la rotule en descendant un escalier par exemple. "Ces formes avec instabilité touchent souvent des femmes qui ont pu présenter des épisodes de luxation à un jeune âge" informe le Dr Patrick Le Goux.

Quelles sont les causes d'une dysplasie ?

Une dysplasie est congénitale et peut être favorisée par des troubles de croissance. "C'est comme une scoliose. Il existe beaucoup de cas de dysmorphie de la rotule ou de la trochlée. La personne peut naître avec une gouttière fémorale trop plate ou une rotule mal positionnée ou mal centrée dans la gouttière... Les traumatismes et les activités sportives pratiquées en charge imposant des flexions répétées des genoux (squat, step) peuvent révéler ces anomalies", précise le rhumatologue.

Quand et qui consulter ?

"Il convient de consulter un rhumatologue ou un médecin du sport orienté traumatologie en cas de douleur au genou ou de douleur avec instabilité" recommande le Dr Le Goux. En revanche, le recours au chirurgien orthopédique en première intention n'est pas justifié, dans la mesure ou la prise en charge est très souvent médicale.  

Quel est le diagnostic d'une dysplasie ?

Le diagnostic d'une dysplasie du genou se fait avec l'imagerie. "Des clichés radiographiques bien ciblés permettent de voir une malposition latérale de la rotule. Une IRM du genou visualise les malformations et certaines malpositions (rotule trop haute). Il est important de rattacher les anomalies constatées à l'imagerie aux symptômes constatés à l'examen clinique en consultation" précise-t-il.

Quels sont les traitements ?

La rééducation avec un kinésithérapeute permet de corriger les dysfonctionnements liés aux dysplasies. L'objectif est de renforcer le vaste médial (muscle sur la face interne de la cuisse) en extension ou proche de l'extension pour qu'au passage de la rotule qui s'engage dans la gouttière trochléenne on puisse avoir une rotule stable. Le renforcement de ce muscle  permet de bien rééquilibrer les différentes forces de traction qui s'exercent sur la rotule. Il faut en effet que la rotule soit le plus possible attirée vers l'intérieur du genou pour éviter qu'elle se déboîte. 

Quand envisager l'opération ?

"En cas de retentissement clinique, de gêne fonctionnelle importante associée à des lésions cartilagineuses et si une rééducation adaptée n'a pas d'effet, un traitement chirurgical est nécessaire pour recentrer la rotule, l'abaisser ou la stabiliser, les gestes sur la trochlée étant plus compliqués. Une opération pour dysplasie du genou est finalement peu fréquente. Elle peut concerner les ailerons rotuliens pour ré-axer la rotule, ou consister en une plastie pour abaisser la rotule si elle est trop haute... Ces interventions sont délicates et indiquées chez des patients jeunes, rarement indiquées après l'âge de 35 ans" détaille le médecin.

Prévention : comment éviter les récidives ?

Une hygiène quotidienne est nécessaire pour ne pas trop solliciter l'articulation fémoro-patellaire en charge avec de trop fortes flexions répétées. Il faut également veiller à renforcer la musculature interne de la partie inférieure de cuisse et éviter le surpoids. "En cas de dysplasie du genou douloureuse, il convient aussi de favoriser les sports sans flexion importante (marche ou course sur terrain plat et régulier, vélo en évitant de mettre la selle trop bas, natation en privilégiant les battements de jambe). Il est impératif d'éviter la surcharge de poids, de s'accroupir ou d'être assis dans un fauteuil trop bas, des situations qui accentuent la pression sur le compartiment fémoro-patellaire"

Merci au Dr Patrick Le Goux, rhumatologue et Médecin du Sport, Praticien Attaché de l'Hôpital Ambroise Paré Boulogne Billancourt APHP.

Rhumatologie