Coronavirus Monde : 60 millions de cas, quel Noël dans chaque pays ?

Le cap des 60 millions de cas de Covid-19 dans le monde a été franchi, selon les derniers chiffres de l'Université Johns Hopkins. Plus d'1 million de morts sont comptabilisés. Alors que les fêtes de fin d'année approchent, les pays annoncent leurs restrictions. L'Allemagne demande à l'Europe d'interdire les séjours au ski, l'Angleterre se déconfine...

Coronavirus Monde : 60 millions de cas, quel Noël dans chaque pays ?
© Alex Lentati/LNP/Shutterstock/SIPA

[Mise à jour du jeudi 26 novembre 2020 à 10h36] L'épidémie de coronavirus progresse toujours dans le monde avec le cap des 60 millions de cas franchi selon l'Université Johns Hopkins (59 879 877 selon l'ECDC), jeudi 26 novembre. Plus d'1,4 million de personnes sont décédées du coronavirus dans le monde (0,02% de la population mondiale). Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé suivi par le Brésil, l'Inde, le Mexique, le Royaume-Uni et l'Italie. Parmi les continents, l'Europe est le foyer majeur de l'épidémie avec 46% des cas de Covid-19 rapportés dans le monde. Alors que plusieurs pays européens, dont la France allègent leurs restrictions, l'Allemagne annonce qu'elle les maintiendrait jusqu'à début janvier et réclame l'interdiction des séjours de ski en Europe. Quels sont les pays les plus touchés dans le monde en nombre de cas et de morts du coronavirus ? Quel pourcentage de contamination et de décès par rapport à la population totale de chaque territoire ? Chiffres, courbes et point de situation en direct.

Dans l'actu :

  • Thanskgiving aux Etats-Unis ce jeudi. 50 millions d'Américains sont censés se déplacer pour se réunir en famille autour de la traditionnelle dinde de Thanksgiving, une fête qui inquiète alors que l'épidémie de Covid-19 croît toujours dans le pays. 
  • Restrictions prolongées en Allemagne. En Allemagne, les restrictions décidées en novembre vont continuer à s'appliquer " jusqu'au début du mois de janvier, à moins que nous ayons une diminution inattendue du taux d'infection, mais cela est à ce stade improbable ", a expliqué la chancelière Angela Merkel mercredi soir. "Nous devons encore faire des efforts (…) le nombre d'infections quotidiennes se situe encore à un niveau beaucoup trop élevé" a justifié la dirigeante. Pour les fêtes de fin d'année, les réunions privées pourront atteindre dix personnes du 23 décembre au 1er janvier, mais resteront limitées à cinq en dehors de cette période.
  • Pas de séjour au ski en Europe ? Le gouvernement fédéral allemand et les régions vont demander à l'Union européenne d'interdire jusqu'au 10 janvier les séjours de ski pour éviter la propagation du virus.

"Noël sera différent, plus morne" 

  • Déconfinement en Angleterre. Après 4 semaines de confinement, les commerces non essentiels vont rouvrir en Angleterre au début du mois de décembre et des dépistages massifs de la population vont être menés. "Cela ne peut pas être un Noël normal et le chemin est long jusqu'au printemps", a averti le premier ministre, Boris Johnson.
  • Eviter une troisième vague après Noël. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a prévenu mercredi soir devant les eurodéputés qu'il fallait "tirer les leçons de l'été, ne pas répéter les mêmes erreurs (…). Relâcher trop rapidement et trop largement, c'est le risque d'une troisième vague après Noël." " Noël sera différent. Eh oui, il sera plus morne " qu'à l'habitude, a-t-elle consenti.
  • Los Angeles ferment ses bars et restaurants. Les autorités de Los Angeles ont décidé de fermer mercredi 25 novembre les restaurants, brasseries et bars pour au moins 3 semaines.
  • Pas de répit aux Etats-Unis. L'épidémie de coronavirus ne se calme pas aux Etats-Unis, avec, mercredi 25 novembre, près de 200 000 contaminations et plus de 2 400 morts supplémentaires en 24 heures. 
  • 3e vague en Corée du Sud. La Corée du Sud rapporte jeudi 600 nouveaux cas de coronavirus en 24, soit le nombre de contaminations le plus élevé depuis mars. Le pays pourrait débuter sa 3e vague.
  • En Irlande du Nord, deux semaines de confinement supplémentaires seront observées du 27 novembre au 11 décembre pour lutter contre la propagation du virus.

Evolution des nouveaux cas de Covid-19 dans les 10 pays du monde les plus affectés (nombre de cas), au 25 novembre 2020

coronavirus-monde-courbe-pays
Evolution des nouveaux cas de Covid-19 dans les 10 pays du monde les plus affectés (nombre de cas), au 25 novembre 2020 © Université Johns Hopkins

Combien de cas de Covid-19 dans le monde ? 

Le nombre de cas de coronavirus continue d'augmenter chaque jour dans le monde. Au 25 novembre 2020, 60 millions de personnes ont été testées positives au virus selon les comptages de l'Université John Hopkins (60 420 355). Pour le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, 59 879 877 cas ont été confirmés. Ces chiffres varient selon les définitions de cas appliquées dans chaque pays et leurs stratégies de dépistage. 

Nombre de cas de Covid-19 par continent au 25 novembre 2020 (source : Ecdc.Europa.eu / Ined.fr)

 

Nombre de cas positifs au Covid-19 (en millions)

Pourcentage de la population positive au Covid-19

Amérique

25 618 851

2.50%

Europe

16 888 461

2,26%

Asie

15 228 482

0,33%

Afrique

2 093 055

0,16%

Océanie

50 332 

0,12%

Autres

696

0%

Total 

59 879 877

0,78%

Quels sont les pays les plus touchés ?

Les 10 pays recensant le plus grand nombre de cas de Covid-19 dans le monde au 25 novembre 2020 (Sources : Université John Hopkins)

Pays

Nombre de cas confirmés

Nombre total d'habitants (en millions)

Pourcentage de la population infectée

Etats-Unis

12 777 754

328,2

3,89%

Inde

9 266 705

1 353

0,68%

Brésil

6 166 606

209.5

2,94%

France

2 221 874

66,9

3,32% 

Russie

2 144 229

144,5

1.48% 

Espagne

1 605 066

47

3,42%

Royaume-Uni

1 560 872

66.65

2,34%

Italie

1 480 874

60,4

2,45%

Argentine

1 390 388

44,5

3,12%

Colombie

1 270 991

49

2.59%

> Voir le nombre de cas des autres pays 

Carte de l'épidémie de Covid-19 dans le monde

Répartition géographique du nombre cumulatif de cas de COVID-19 signalés pour 100 000 habitants, dans le monde, sur les 14 derniers jours, au 25 novembre 2020

coronavirus-monde-carte-cas
Répartition géographique du nombre cumulatif de cas Covid-19 signalés pour 100 000 habitants dans le monde, au 25 novembre © Ecdc.europa.eu

Comment évolue l'épidémie dans le monde ?

Après l'apparition du virus en Chine en décembre, l'Europe est rapidement devenue l'épicentre de l'épidémie obligeant plusieurs pays à confiner les populations dès le mois de mars. Puis le virus s'est propagé aux Etats-Unis, en Amérique du Sud et en Inde. Au 19 novembre, selon Santé publique France, les foyers majeurs de l'épidémie sont l'Europe et l'Amérique (États-Unis et Amérique Latine), à l'origine de respectivement 46% et 36% des cas rapportés dans le monde entre 9 et le 15 novembre. En Asie du Sud-Est, où sont localisés 9% des cas récents rapportés en semaine du 9 au 15 novembre, l'épidémie est légèrement à la baisse sur les 7 derniers jours.

Dans son bilan international, Santé publique France rapporte le 19 novembre : 

Europe :  L'augmentation du taux d'incidence pour la semaine de 9 au 15 novembre se poursuit dans une grande majorité des pays. Les pays européens font partie des pays avec les taux d'incidence les plus élevés dans le monde : sur les 10 incidences les plus élevées, 9 pays étaient en Europe. Parmi les pays européens de l'UE/EEA, les taux d'incidence hebdomadaires les plus élevés sont observés en Autriche, au Luxembourg, en Slovénie, en Pologne, en République tchèque, en Croatie, en Italie, en Lituanie, au Portugal, en Bulgarie et en Hongrie : tous ont des taux supérieurs à celui de la France.

Amérique : le nombre global de nouveaux cas est en hausse de 40% et le nombre de décès en hausse de 10% sur les 7 derniers jours. Les États-Unis ont rapporté 1 million de nouveaux cas sur les 7 derniers jours. Une augmentation est également documentée au Canada en particulier parmi les populations vulnérables. Le Mexique observe également une augmentation du nombre de nouveaux cas (+16%) avec des niveaux élevés d'hospitalisations pour COVID-19 dans le nord du pays, placé à un niveau d'alerte élevé. Des tendances à la hausse sont rapportées au Bélize, en Bolivie et en Uruguay. L'épidémie est en déclin depuis plusieurs semaines au Brésil, en Bolivie, au Chili, au Guatemala, au Pérou, au Panama, au Paraguay et au Venezuela

Moyen-Orient : l'épidémie demeure en phase ascendante avec une incidence de nouveaux cas à la hausse depuis la mi-août (+11% depuis la semaine dernière) bien que le nombre de décès reste stable. Les pays avec les plus forts taux d'incidence sont la Jordanie et l'Iran. L'épidémie est toujours très à la hausse au Liban mais aussi aux Émirats arabes unis et en Syrie récemment mais avec une hausse modérée. Les situations sont stables en Irak (même si l'épidémie reste active), au Koweït et au Qatar.

Asie : l'épidémie est en déclin depuis la mi-septembre pour les cas et les décès et est désormais stable depuis le mois de novembre. Les pays rapportant les plus forts taux d'incidence restent l'Inde où l'épidémie semble stable, le Népal et les Maldives, même si ce dernier observe une baisse du nombre de cas. En Indonésie, l'épidémie progresse fortement. Les tendances sont également à la hausse pour la Malaisie, le Myanmar et le Sri Lanka. Des réémergences ont été observées au Pakistan ainsi qu'en Afghanistan. Des baisses notables ont été observées au Bangladesh, en Chine, en Corée du Sud et en Thaïlande.

Afrique : le nombre de nouveaux cas augmente légèrement (+2%), de manière continue depuis plus d'un mois. La mortalité globale liée au COVID-19 est en hausse (+30%) sur les 7 derniers jours mais reste peu élevée, elle est concentrée en Afrique du Sud (61% des décès récents). Le nombre de nouveaux cas est stable en Afrique du Sud, au Kenya et en Éthiopie. L'épidémie reste active et en phase ascendante au Maroc. Le nombre de nouveaux cas tend à se stabiliser en Tunisie qui rapporte néanmoins une hausse sensible de la mortalité pour COVID-19.

Océanie : après une augmentation très importante de la transmission du SARS-CoV-2 pendant 6 semaines en Polynésie française, le taux d'incidence est à la baisse mais reste tout de même parmi les plus élevés du monde. L'épidémie est maîtrisée en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Combien de morts du Covid-19 dans le monde ?

L'épidémie de coronavirus continue de faire des morts. Mercredi 25 novembre, plus d'1,4 million de décès sont déplorés, selon les comptages de l'Université John Hopkins aux Etats-Unis (1 421 650) et du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (1 410 082). 

Nombre de morts du Covid-19 par continent au 25 novembre 2020 (source : Ecdc.Europa.eu)

 

Nombre de décès Covid-19

Pourcentage de la population décédée du Covid-19

Amérique

710 758

0.07%

Europe

383 213

0.05%

Asie

264 659

0.01%

Afrique

50 325

< 0.01%

Océanie

1 120 

< 0.01%

Autres

7

0%

Total

1 410 092

0.02%

Quels sont les pays les plus endeuillés ?

Les 10 pays recensant le plus grand nombre de décès par Covid-19 dans le monde au 25 novembre 2020 (Source : John Hopkins Université)

Pays

Nombre de décès

Pourcentage de la population décédée

Etats-Unis

262 266

0.08%

Brésil

170 769

0.08%

Inde

135 223

0.01%

Mexique

103 597

0.08%

Royaume-Uni

56 630

0.08%

Italie

52 028

0.09%

France

50 700

0.08%

Iran

46 207

0.06%

Espagne

44 037

0.09%

Argentine

37 714

0.08%

> Voir le nombre de décès des autres pays 

Evolution des décès du Covid-19 dans le monde, globale et par continent, au 25 novembre 2020
 

coronavirus-monde-mort
Evolution des décès du Covid-19 dans le monde, globale et par continent, au 25 novembre 2020 © Ecdc.europa.eu

Coronavirus en Europe : carte, nouvelles mesures restrictives pour faire face à la reprise

L'augmentation du taux d'incidence pour la semaine de 9 au 15 novembre se poursuit dans une grande majorité des pays d'Europe. Sur les 10 incidences les plus élevées dans le monde, 9 pays sont en Europe. Parmi les pays européens, les taux d'incidence hebdomadaires les plus élevés sont observés en Autriche, au Luxembourg, en Slovénie, en Pologne, en République tchèque, en Croatie, en Italie, en Lituanie, au Portugal, en Bulgarie et en Hongrie : tous ont des taux supérieurs à celui de la France.

Répartition géographique du nombre cumulatif de cas de COVID-19 signalés pour 100 000 habitants, en Europe, sur les semaines du 2 au 15 novembre 2020

coronavirus-monde-carte-europe
Répartition géographique du nombre cumulatif de cas de COVID-19 signalés pour 100 000 habitants, en Europe, sur les semaines du 2 au 15 novembre © Edcd.Europa.eu

Parmi les dernières mesures :

  • Restrictions prolongées en Allemagne. En Allemagne, les restrictions décidées en novembre vont continuer à s'appliquer " jusqu'au début du mois de janvier, à moins que nous ayons une diminution inattendue du taux d'infection, mais cela est à ce stade improbable ", a expliqué la chancelière Angela Merkel mercredi soir. "Nous devons encore faire des efforts (…) le nombre d'infections quotidiennes se situe encore à un niveau beaucoup trop élevé" a justifié la dirigeante. Pour les fêtes de fin d'année, les réunions privées pourront atteindre dix personnes du 23 décembre au 1er janvier, mais resteront limitées à cinq en dehors de cette période.
  • Pas de séjour au ski en Europe ? Le gouvernement fédéral allemand et les régions vont demander à l'Union européenne d'interdire jusqu'au 10 janvier les séjours de ski pour éviter la propagation du virus.
  • Déconfinement en Angleterre. Après 4 semaines de confinement, les commerces non essentiels vont rouvrir en Angleterre au début du mois de décembre et des dépistages massifs de la population vont être menés. "Cela ne peut pas être un Noël normal et le chemin est long jusqu'au printemps", a averti le premier ministre, Boris Johnson.
  • Eviter une troisième vague après Noël. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a prévenu mercredi soir devant les eurodéputés qu'il fallait "tirer les leçons de l'été, ne pas répéter les mêmes erreurs (…). Relâcher trop rapidement et trop largement, c'est le risque d'une troisième vague après Noël." " Noël sera différent. Eh oui, il sera plus morne " qu'à l'habitude, a-t-elle consenti.
  • Le Luxembourg a annoncé un reconfinement partiel dès jeudi avec fermeture des bars, des cinémas et des restaurants. Il devrait durer 3 semaines. 
  • Autriche. Une grande campagne de dépistage massive doit commencer le 5 et 6 décembre, date de fin du confinement. Les tests seront gratuit et chacun sera libre de se faire dépister s'il le souhaite. 
  • En Irlande du Nord, deux semaines de confinement supplémentaires seront observées du 27 novembre au 11 décembre pour lutter contre la propagation du virus.

Coronavirus en Espagne : nombre de personnes limité à Noel

L'Espagne compte 1,6 millions de cas de Covid-19 et 44 000 morts, selon les données de l'université Johns Hopkins et plus de 43 600 morts (43 131). Le ministre de la Santé, Salvador Illa, a présenté mardi 24 novembre le plan du gouvernement pour Noël, relayé par La Vanguardia : pas plus de six personnes, déplacements à éviter après 1 heure du matin. Mais les autonomies régionales ont indiqué le lendemain s'affranchir de certaines règles. La Catalogne et Madrid ont ainsi l'intention de permettre d'inviter dix personnes aux réunions familiales. Par ailleurs, les célébrations du Nouvel An ou du défilé des Rois mages, à la veille de l'épiphanie le 5 janvier "sont pratiquement exclus dans de nombreux endroits", rapporte le journal La Vanguardia. Depuis le 23 novembre, un test PCR effectué moins de 72h avant l'arrivée et dont le résultat est négatif, est exigé à l'entrée du territoire espagnol par voie aérienne (aéroports) ou maritime (ports). 

Le Premier ministre Pedro Sánchez avait annoncé un nouvel état d'urgence sanitaire le 25 octobre (sauf dans les îles Canaries) impliquant : 

  • Un couvre-feu de 23h à 06h du matin.
  • Restrictions de circulation à l'entrée et la sortie de 10 communautés autonomes (confinement territorial) : le Pays basque, la Communauté forale de Navarre, l'Aragon, la principauté des Asturies, La Rioja, la Cantabrie, la Catalogne, l'Andalousie, la Castille-et-Léon, la Castille-La Manche.
  • Toute réunion ou rassemblement tant en espace fermé qu'ouvert ne doit pas compter plus de six personnes, sauf dans le cas de cohabitation familiale ou colocation.
  • La fréquentation des lieux de cultes est soumise à des contraintes fixées par chaque communauté autonome.
  • Les réunions à caractère professionnel, social ou syndical peuvent être soumises à des limitations au cas par cas.

Par ailleurs, selon le site France-Diplomatie, à Madrid :

  • Interdiction de toute réunion, dans les espaces publics et privés, de minuit à 6h du matin ;
  • fermeture de tous les bars et restaurants à minuit, les clients ne pouvant être accueillis au-delà de 23h.
  • restrictions à la mobilité entre les communautés : l'entrée ou la sortie de la communauté autonome de Madrid n'est pas autorisé, sauf sur justificatif.

Evolution des nouveaux cas de Covid-19 en Espagne, par mois au 25 novembre.

coronavirus-cas-monde-espagne
Evolution des nouveaux cas de Covid-19 en Espagne, par mois. © Université Johns Hopkins

Italie : plus d'un million de cas

L'Italie compte plus d'1,4 millions de cas de Covid-19 et plus de 52 000 morts selon l'Université Johns Hopkins. Le pays n'a pas encore présenté ses règles pour les fêtes de fin d'année mais selon The Local les déplacements ne seront possibles a priori qu'entre les régions où le virus circule faiblement ou modérément, les réunions privées devraient toujours être limitées à 6 personnes, les bars et restaurants pourraient ouvrir leurs portes le soir de Noël, moyennant la limitation des tablées à six convives.

Un décret-loi en vigueur du 6 novembre au 3 décembre instaure trois catégories de risque de transmission du virus selon les régions italiennes, comme détaillé sur le site France-Diplomatie :

  1. zone rouge pour un risque maximal : la Lombardie, le Piémont, le Val d'Aoste, la Calabre et la province de Bolzano ;
  2. zone orange pour un risque élevé : la Sicile, les Pouilles, les Abruzzes, la Basilicate, la Ligurie, la Toscane et l'Ombrie ;
  3. zone jaune pour un risque modéré : autres régions.

Au niveau national, des restrictions s'appliquent dans les 3 zones (rouge, orange ou jaune) :

  • un couvre-feu de 22h00 à 5h00 du matin (saufs pour des raisons professionnelles, de santé ou de nécessité) ; une attestation devient nécessaire pour toute sortie pendant les horaires du couvre-feu.
  • la fermeture des musées et expositions, des spectacles, des congrès, des salles de sport et piscines ;
  • la fermeture des services de restauration sur place (bars, pubs, restaurants, glaciers,…) à 18h00 ; la vente à emporter restant autorisée jusqu'à 22h ;
  • l'obligation de porter un masque en permanence : dans les lieux fermés accessibles au public, mais aussi dans les lieux fermés autres que les domiciles privés, et à l'extérieur ;
  • l'interdiction des festivités en intérieur ou en extérieur, à l'exception de celles liées à des cérémonies civiles ou religieuses (max. 30 personnes) ;
  • la recommandation d'éviter les festivités dans les domiciles privés et de s'abstenir de recevoir des personnes extérieures au foyer (max. 6 personnes).

De plus, en zones rouges :

  • fermeture des services de restauration (bars, pubs, restaurants, glaciers,…) ainsi que des commerces (hormis ceux alimentaires ou de première nécessité) et activités de service aux personnes ;
  • interdiction des déplacements à partir de, vers et à l'intérieur de ces zones (saufs pour des raisons professionnelles, de santé ou de nécessité).

→ Lors de la première vague, le pays avait été confiné dès le 9 mars et le pic de l'épidémie atteint le 5 avril. 

→ L'état d'urgence sanitaire a été prolongé jusqu'au 31 janvier 2021

Evolution des nouveaux cas de Covid-19 en Italie, par mois au 25 novembre.

coronavirus-monde-cas-italie
Evolution des nouveaux cas de Covid-19 en Italie, par mois © Université Johns Hopkins

Allemagne : restrictions jusqu'en janvier, assouplissement pour les fêtes

L'Allemagne compte 995 000 cas de Covid-19 et un peu plus de 15 000 morts, selon l'université Johns Hopkins. Les restrictions décidées en novembre vont continuer à s'appliquer " jusqu'au début du mois de janvier, à moins que nous ayons une diminution inattendue du taux d'infection, mais cela est à ce stade improbable ", a expliqué la chancelière Angela Merkel mercredi 25 novembre. "Nous devons encore faire des efforts (…) le nombre d'infections quotidiennes se situe encore à un niveau beaucoup trop élevé" a justifié la dirigeante. Pour les fêtes de fin d'année, les réunions privées pourront atteindre dix personnes du 23 décembre au 1er janvier, mais resteront limitées à cinq en dehors de cette période. 

Depuis le 2 novembre 2020 et jusqu'à la fin novembre 2020, sont interdits sur tout le territoire fédéral :

  1. Les rassemblements de plus de 2 foyers ou 10 personnes maximum dans l'espace public
  2. Les nuitées touristiques (les déplacements privés non impérieux sont fortement déconseillés, y compris pour rendre visite à la famille)

Depuis le 2 novembre 2020 et jusqu'à la fin novembre 2020, sont fermés sur tout le territoire fédéral : les lieux de spectacles (dont les théâtres, opéras, salles de concert, cinémas), les lieux de loisirs (dont les musées, salles de jeux, foires, parcs d'attraction, discothèques, maisons closes), les lieux de sports (dont les piscines, bains, saunas, centres de fitness), les lieux de restauration (dont les bars, clubs, restaurants), les lieux de soins corporels (dont les salons de beauté, cabinets de massage, studios de tatouage). 

A compter du 8 novembre 2020, l´Allemagne renforce les règles de quarantaine auxquelles doivent se soumettre les voyageurs en provenance de zone à risque.

  • toute personne entrant sur le territoire allemand (par voie aérienne, maritime, fluviale, ferroviaire ou routière) ayant séjourné ou transité dans les 10 derniers jours dans une zone classée comme " à risque " par les autorités sanitaires allemandes devra se conformer à deux principales obligations :
  1. Mesure 1 : Informer les autorités sanitaires locales de son entrée sur le territoire allemand.
  2. Mesure 2 : Observer une quarantaine de 10 jours à son domicile, sans y recevoir de visite (hors autres membres du domicile)
  3. La quarantaine peut prendre fin de manière anticipée uniquement sur présentation d'un test PCR négatif réalisé en Allemagne au plus tôt 5 jours après l'entrée sur le territoire allemand.

Evolution des nouveaux cas de Covid-19 en Allemagne, par mois au 25 novembre.

coronavirus-monde-cas-allemagne
Evolution des nouveaux cas de Covid-19 en Allemagne, par mois. © Université Johns Hopkins

Etats-Unis : reconfinement, vaccin, célébrations de Thanksgiving à annuler 

Les États-Unis sont le pays le plus lourdement affecté au monde par la pandémie de coronavirus en chiffres absolus (cas et décès). Jeudi 26 novembre, plus de 12,7 millions de personnes ont été contaminées (12 777 754et plus de 260 000 en sont mortes (262 266). Les Etats-Unis annoncent pourvoir distribuer 6,4 millions de doses de vaccin d'ici 3 semaines dès que l'Agence des médicaments (FDA) aura donné son accord. Ce chiffre pourrait s'élever à "40 millions avant la fin de l'année", a déclaré le général Gus Perna, le chef de l'opération Warp Speed, créée, entre autre pour gérer la question de la distribution des vaccins. Il est conseillé, dans toute la mesure du possible, de différer les déplacements prévus aux États-Unis (y compris les croisières). Les mesures adoptées par les autorités américaines sont évolutives et le plus souvent d'application immédiate, prévient le site France Diplomatie. En fonction de l'évolution de la situation sanitaire, les autorités américaines sont susceptibles de modifier, avec un très court préavis, la liste des pays et des voyageurs faisant l'objet de mesures spécifiques à l'arrivée aux États-Unis. Le premier cas de Covid-19 avait été rapporté le 22 janvier 2020.

  • Les voyageurs âgés de 11 ans ou plus au départ des États-Unis doivent présenter, depuis le 1er août, le résultat d'un test PCR réalisé moins de 72 heures avant le vol ne concluant pas à une contamination par le Covid-19.
  • Toutes les personnes arrivant dans l'État de New York devront systématiquement s'isoler pendant trois jours avant d'effectuer un test de détection du coronavirus. Si celui-ci s'avère négatif, la personne pourra quitter son isolement. Il s'agit là d'une baisse drastique du temps d'isolement qui était de 14 jours jusqu'à présent et ce peu importe le résultat d'éventuels tests subis pendant ce laps de temps.

Evolution des nouveaux cas de Covid-19 aux Etats-Unis, par mois au 25 novembre.

coronavirus-monde-cas-usa-etats-unis
Evolution des nouveaux cas de Covid-19 aux USA, par mois. © Université Johns Hopkins

Voyages : frontières ouvertes, fermées, test à l'aéroport en France

Les frontières extérieures à l'Union Européenne sont fermées. Les Français de l'étrangers restent libres de regagner le territoire national. Un test négatif de moins de 72h est obligatoire pour entrer sur le territoire français à compter du 28 octobre. Par ailleurs dans les ports et les aéroports des tests rapides antigéniques sont déployés pour toutes les arrivées.

DATES CLÉS DE L'ÉPIDÉMIE DANS LE MONDE

  • Le 31 décembre 2019, l'Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un "nouveau type de coronavirus".
  • Le 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • Le 15 janvier, le virus cause la mort d'une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • Le 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • Le 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • Le 30 janvier, l'Organisation mondiale de la Santé décrète l'urgence de santé mondiale. Cette mesure n'avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • Le 11 mars, l'OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • Le 13 mars, l'OMS désigne désormais l'Europe comme épicentre.
  • Le 16 mars, l'Europe ferme ses frontières ainsi que celles de l'espace Schengen. La France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • Le 2 avril, le million de cas de coronavirus dans le monde est dépassé, et plus de 51.000 morts, selon le décompte de l'hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 juin, le cap des 10 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et les 500 000 décès ont été atteints dans la nuit du 28 au 29 juin 2020, selon les chiffres de l'hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 11 août, le cap des 20 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et les 730 000 décès ont été atteints, selon les chiffres de l'hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 30 août, le cap des 25 millions de cas de Covid-19 a été officiellement franchi à travers le monde dans la nuit de samedi à dimanche, dont plus de la moitié en Amérique, selon un comptage réalisé par l'AFP.
  • Le 18 septembre, le cap des 30 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et 947 000 décès sont déclarés, selon les chiffres de l'hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Au 1er octobre, le cap du million de morts du Covid-19 dans le monde est franchi.
  • Au 9 novembre, plus de 50 millions de personnes sont contaminées par la Covid-19 dans le monde. 
  • Au 10 novembre, les Etats-Unis ont dépassé les 10 millions de cas.
  • Au 15 novembre, le Mexique a dépassé le million de cas de Covid-19.
  • Au 17 novembre, la France a dépassé les 2 millions de cas Covid-19. 
  • Au 19 novembre, les Etats-Unis déplorent plus de 250 000 morts de la Covid-19.

Sources :

Université John Hopkins

ECDC

- Flambée de maladie à coronavirus 2019 ( Covid-19), OMS 

Gestion de l'épidémie