Bactérie saprophyte : définition, exemple

Chargement de votre vidéo
"Bactérie saprophyte : définition, exemple"

Les bactéries saprophytes sont des bactéries qui se nourrissent de déchets, qu'ils soient humains ou végétaux. Ainsi, on peut les trouver sur notre corps ou dans notre corps, mais également dans l'environnement. Explication sur leur rôle avec Aliénor Maury, laborantine principale chez Eurofins Bioffice à Bordeaux.

Définition

Les bactéries saprophytes sont des micro-organismes vivants, présents sur notre peau dès la naissance, dans notre corps, mais aussi dans l'environnement. Il s'agit donc de germes habituels de notre corps. Au contraire des bactéries pathogènes, les bactéries saprophytes sont des hôtes habituels de notre corps, qui sont sans danger. "Elles se nourrissent des déchets présents dans les intestins, dans la flore vaginale de la femme et sur la peau ", explique Aliénor Maury, laborantine principale chez Eurofins Bioffice à Bordeaux. C'est donc grâce à ces déchets que les bactéries saprophytes vont survivre. On les oppose aux bactéries pathogènes qui se développent sur un être vivant, pénètrent dans le corps, se multiplient pour finir par créer des infections.

Rôle 

Les bactéries saprophytes n'ont pas de rôle défini. Elles se nourrissent des déchets de notre corps, et sont normalement inoffensives pour l'homme. "Elles ne sont pas néfastes, au contraire, elles nous débarrassent des toxines et de tout ce qu'on élimine, ce qui est très bien pour nous ", précise la laborantine. Néanmoins, dans des cas très rares de baisse de l'immunité et dans des conditions particulières, une bactérie saprophyte peut devenir pathogène. On dit alors qu'elle est saprophyte opportuniste – ce peut être le cas de certains Streptocoques et de la Listeria, qui peut entraîner une listériose chez les nouveau-nés. Mais ce cas reste exceptionnel.

Bactérie saprophyte et commensale

Les bactéries saprophytes et les bactéries commensales n'ont pas de différences fondamentales. Simplement, les commensales sont présentes à l'intérieur de l'organisme, elles ne peuvent pas survivre sans hôte. Elles restent habituellement non-pathogènes, tout comme les bactéries saprophytes.

Bactérie saprophyte de la peau

De nombreuses bactéries sont présentes sur notre peau en temps normal, sans être dangereuses. C'est le cas par exemple des espèces Propionibacterium acnés (responsable parfois de l'acné quand elle devient opportuniste) et de P. granulosum, présentes sur les muqueuses. Ainsi, on estime que 30 à 50 % de la population est porteur sain du staphylocoque, c'est-à-dire sans développer d'infection.

Exemples de bactéries saprophytes 

On retrouve de nombreuses espèces de bactéries saprophytes dans le corps humain, notamment au niveau de la peau, du tube digestif, et de la flore vaginale chez la femme. Par exemple, on retrouve des bactéries propioniques saprophytes sur la peau (Propionibacterium acnes ou P. granulosum), des entérobactéries saprophytes dans le système digestif (Serratia sp ou Enterobacter sp) ou des lactobacilles (appelées aussi bacilles de Döderlein) dans le vagin. Parfois, les bactéries viennent de l'environnement extérieur. C'est le cas de la Listeria monocytogenes, bactérie saprophyte présente dans l'environnement, pouvant devenir opportuniste être responsable de listériose. Certains streptocoques, présents au niveau de la bouche et de l'oropharynx, sont des saprophytes : le Streptococcus salivarius (pouvant devenir opportuniste dans de rares cas et être impliqué dans des méningites ou des bactériémies), le Streptococcus mitis (pouvant causer des endocardites), le Streptococcus sanguis ou encore Streptococcus milleri. Le staphylococcus aureus (ou staphylocoque doré) présent sur la peau, est une exception, considérée comme à la fois saprophyte et pathogène.

Bactérie saprophyte de l'environnement

Les saprophytes sont naturellement présents dans l'environnement, "en particulier sur un cadavre, sur des plantes en décomposition… sur tout corps en décomposition en général ", précise notre spécialiste. En effet, ces bactéries vont se nourrir de la sapromasse, c'est-à-dire de matière organique morte ou en décomposition. Elles sont ainsi utiles dans l'environnement pour grâce à leur action de recyclage de la matière principalement végétale, ce qui assure l'équilibre de la nature.

Merci à Aliénor Maury, laborantine principale chez Eurofins Bioffice à Bordeaux.

Maladies infectieuses