Névrite optique : c'est quoi, symptômes, quelle guérison ?

Souvent présente en cas de sclérose en plaques, la névrite optique correspond à une souffrance subite et importante du nerf optique avec, toujours, une cause inflammatoire. Causes, symptômes, traitements : le point avec les docteurs Chafik Keilani et Edouard Augstburger, chirurgiens ophtalmologistes au CHNO des Quinze-Vingts.

Névrite optique : c'est quoi, symptômes, quelle guérison ?
© auremar - 123RF

C'est quoi une névrite optique ? 

Une névrite optique est un type de neuropathie optique caractérisée par une souffrance aiguë du nerf optique d'origine inflammatoire. Le nerf optique est un nerf crânien qui permet de transmettre les informations visuelles des globes oculaires vers le cerveau. La névrite optique peut causer une perte soudaine partielle ou complète de la vision. En fonction de la localisation, on distingue :

  • les papillites qui atteignent la partie antérieure du nerf optique.
  • les névrites optiques rétro bulbaires où l'atteinte du nerf se fait en arrière du globe oculaire.

Névrite optique inflammatoire 

Il existe plusieurs causes d'inflammation du nerf optique :

  • Les maladies auto-immunes dont la sclérose en plaques.
  • Les maladies infectieuses.
  • Les métastases touchant le nerf optique.
  • L'absorption de substances toxiques.
  • Les carences en vitamines.
  • Idiopathiques c'est-à-dire de cause inconnue.

Névrite optique rétrobulbaire 

"On utilise souvent le terme de névrite optique rétrobulbaire pour préciser que l'atteinte inflammatoire du nerf optique se situe en arrière du globe oculaire, par opposition à la papillite, dans laquelle l'inflammation ne concerne que la portion initiale du nerf optique au niveau de la papille, dans le globe oculaire" explique le Dr Augstburger. La cause la plus fréquente de névrite optique rétrobulbaire est la sclérose en plaque. Mais il existe également d'autres causes comme les causes infectieuses (syphilis, maladie de Lyme,
herpès, …), médicamenteuses ou secondaires à une vascularite.

Névrite optique éthylique

La névrite optique éthylique est dysfonctionnement le long du nerf optique en lien avec une consommation chronique d'alcool. Le rôle toxique de l'alcool n'est pas clairement établi, mais il entraîne des carences nutritives en particulier en vitamines B responsables de ce dysfonctionnement.

Névrite optique bilatérale 

La névrite optique bilatérale d'une neuropathie optique caractérisée par une souffrance aiguë des deux nerfs optiques (droit et gauche). Elle est rare et les causes citées précédemment doivent être recherchées, en plus d'une atteinte cérébrale.

Symptômes 

"Le début de la névrite optique est souvent aigu et il existe une baisse de vision partielle ou complète du côté où survient la névrite, signale le Dr Augstburger. Il peut également survenir un flou visuel. La baisse de vision peut parfois s'accompagner de céphalées et d'une douleur rétro-oculaire déclenchée par les mouvements de l'œil atteint." Devant une baisse de vision ou des douleurs rétro-oculaire déclenchée par les mouvements de l'œil, il faut consulter un ophtalmologiste.

Causes et facteurs de risque 

Il existe plusieurs causes de névrite optique dont :

  • Les maladies auto-immunes dont la sclérose en plaques qui est une affection démyélinisante du système nerveux central.
  • Les maladies infectieuses comme par exemple des infections bactériennes dont la tuberculose, la syphilis ou encore des infections virales dont le VIH (virus de l'immunodéficience humaine).
  • Les métastases touchant le nerf optique.
  • L'absorption de substances toxiques comme le plomb, le tabac, certains médicaments dont la quinine.
  • Les carences en vitamines dont la vitamine B. Ces carences sont souvent présentes chez les personnes éthyliques.
  • Idiopathiques c'est-à-dire de cause inconnue.

"La cause la plus fréquente de névrite optique rétrobulbaire est la sclérose en plaque. Pour cette cause, la névrite optique se manifeste le plus souvent chez des adultes âgés entre 20 à 40 ans. Elle touche préférentiellement les populations caucasiennes et le sexe féminin" précise l'ophtalmologiste.

Diagnostic 

Le diagnostic est posé par un ophtalmologiste et/ou un neurologue. Dans un premier temps, un examen clinique est réalisé. L'ophtalmologiste quantifie la vision. Puis, il fait un examen des pupilles. Enfin, il réalise un examen du fond d'œil pour examiner la rétine et la papille qui est la tête du nerf optique. Le fond d'œil peut être normal au début ou montrer un œdème. Secondairement, la papille se décolore ce qui témoigne de l'atrophie optique. L'ophtalmologiste peut également compléter l'examen par un champ visuel qui évalue la partie de l'espace qu'un œil peut percevoir autour du point qu'il fixe. La confirmation diagnostic se fait par une imagerie par résonance magnétique (IRM) cérébrale et des nerfs optiques. Elle peut mettre en évidence un nerf optique hypertrophié. Dans d'autres cas, cette constatation peut s'associer à la présence de lésions cérébrales compatibles avec la sclérose en plaque. La confirmation diagnostic pourra également se faire sur la méthode des potentiels évoqués visuels qui a pour but de mesurer l'activité électrique des voies nerveuses de la vision.

"La plupart des cas se résorbent favorablement, avec un retour de la vision dans les 2 à 3 mois qui suivent."

Traitement 

Le traitement de la névrite optique consiste essentiellement à traiter sa cause :

  • En cas d'infection, un traitement anti-infectieux est prescrit.
  • En cas de carence vitaminique, une supplémentation en vitamine est réalisée. Si une cause toxique existe, il faut arrêter l'exposition par cet agent toxique.
  • Enfin, en cas de cause auto-immune en rapport avec une sclérose en plaque, un traitement par corticoïde administré par voie veineuse peut être prescrit pour accélérer la guérison.

Guérison : comment, durée, conseils 

"Le pronostic dépend de la cause sous-jacente. La plupart des cas se résorbent favorablement, avec un retour de la vision dans les 2 à 3 mois qui suivent, rassure le Dr Augstburger. Une prise en charge adaptée permet la rémission de l'inflammation du nerf optique. Les douleurs disparaissent et la vision s'améliore. Il arrive que la récupération visuelle soit imparfaite et que l'inflammation se poursuive". Dans ce cas, un traitement anti-inflammatoire à base de corticoïdes peut être prescrit. Il n'existe pas de prévention spécifique à la névrite optique. Il est toutefois recommandé d'éviter l'intoxication alcoolo-tabagique et de consulter régulièrement un ophtalmologiste car des récidives peuvent exister.

Evolution

L'évolution dépend de la cause. Généralement, les symptômes de la névrite optique tels que la douleur ou la vision floue disparaissent. Pour une petite minorité des cas, la fonction visuelle tend à se dégrader. Enfin, pour certains patients, une récidive de la névrite optique
sur l'un ou l'autre œil peut exister. C'est le cas, par exemple, des patients ayant une sclérose en plaque.

Mercis aux Docteurs Chafik Keilani et Edouard Augstburger, chirurgiens ophtalmologistes au CHNO des Quinze-Vingts à Paris.

Ophtalmologie