Coronavirus, allergie, asthme : quelles précautions ?

En pleine période d'allergies aux pollens et d'épidémie de coronavirus, beaucoup de questions se posent : comment différencier un rhume des foins du Covid-19 ? Faut-il continuer ses traitements ? Quels conseils pour les asthmatiques ? quel niveau d'alerte aux pollens en ce moment ?

Coronavirus, allergie, asthme : quelles précautions ?
© Elizaveta Galitckaia -123RF

Le printemps est là et avec lui les pollens de graminées et de peuplier, à l'origine de nombreuses allergies. L'alerte rouge aux pollens par le réseau national de surveillance pollinique est donnée et concerne les deux tiers du pays avec des zones d'alerte en orange pour le nord, l'extrême Est et la côte méditerranéenne jusqu'au nord des Alpes. Le RNSA (Réseau national de surveillance aérobiologique) qui publie la carte des pollens confirme dans son dernier bulletin que les pollens de graminées gênent fortement les allergiques. Les concentrations sont fortes sur l'ensemble du territoire avec un risque d'allergie de niveau élevé à très élevé selon les départements. Les pollens de pariétaire et d'olivier sont également bien présents avec un risque d'allergie de niveau moyen dans le quart sud du pays. La météo des prochains jours risque d'aggraver la situation pour les personnes sensibles, avec un temps et des températures estivales : le temps doux et anticyclonique favorise la dispersion des pollens de graminées dans l'air. Les allergiques devront redoubler de prudence.

Quels risques pour les allergiques en pleine épidémie de coronavirus, quels conseils ?

Les personnes allergiques ont une sensibilité accrue aux infections virales respiratoires, ce qui en font des patients plus fragiles. "Les patients allergiques aux pollens doivent plus que jamais poursuivre leur traitement de fond en ce moment. Les inhalateurs bien sûr, mais également les antihistaminiques oraux, qui permettent de limiter la libération d'histamine dans l'organisme. C'est en effet cette histamine qui favorise les mécanismes inflammatoires" explique le Dr Albanne Branellec, allergologue à ParisEn cas de manifestations allergiques (rhinite, yeux larmoyants, crises d'éternuement), il est possible de prendre rendez-vous avec un allergologue afin de se faire prescrire un traitement adapté. En période de confinement, la plupart des spécialistes proposent des téléconsultations en ligne sur rendez-vous.

Asthme et coronavirus : quelles recommandations ?

Les asthmatiques sont considérés comme patients à risque en cas d'infection Covid-19 en raison d'une pathologie respiratoire sous-jacente. Si certains corticoïdes sont déconseillés en pleine épidémie de coronavirus, ce n'est pas le cas des traitements inhalés prescrits aux asthmatiques qui doivent être poursuivis. " Contrairement aux anti-inflammatoires non stéroïdiens, les corticoïdes par voie générale ne sont pas associés à une aggravation des infections au COVID 19"  a expliqué l'Association Asthme et Allergie dans un communiqué du 30 mars 2020.  Il est donc important de garder la même attitude que d'habitude vis-à-vis des crises et exacerbations d'asthme, et de les traiter par quelques jours de corticoïdes par voie générale. La priorité est de stabiliser l'état respiratoire, dans la mesure où un asthme sous-jacent instable est un réel facteur de risque de complication de toute infection virale, Covid-19 compris. Cela permet également d'éviter plus que jamais les hospitalisations dans ce contexte épidémique (risque de contamination et manque de place en réanimation). 

  • Les corticoïdes par voie générale sont : Solupred®, Celestene®, Prednisolone®, Prednisone®.
  • Les corticoïdes en comprimés (par voie orale) pendant quelques jours doivent être pris en cas de déstabilisation de votre asthme comme d'habitude. Mais compte tenu de l'épidémie de coronavirus il est important et indispensable de recontacter votre médecin.
  • "On préconise l'arrêt des corticoïdes par voie nasale, car ils ne sont pas indispensables" ajoute le Dr Branellec.

La plateforme téléphonique "Information Coronavirus COVID-19 0 800 130 000" (gratuite) répond aux questions non-médicales.

Le 15 (SAMU) est constitué de médecins régulateurs qui répondent aux questions purement médicales, et sont les seuls susceptibles de déclencher une prise en charge médicale si besoin.

Comment différencier les symptômes d'une allergie et ceux d'une infection au Covid19 ?

La toux sèche ou les problèmes respiratoires liés à l'asthme sont effectivement assez semblables à ceux des premiers symptômes de l'infection au Covid19. "J'ai beaucoup de patients qui s'inquiètent d'avoir attrapé le virus, dès qu'ils se mettent à tousser ou qu'ils ont des troubles respiratoires. Ce qui fait la part des choses c'est le syndrome grippale (douleurs, courbatures) et la présence de fièvre" précise le Dr Branellec. "La fièvre est témoin d'une infection, l'allergie provoque une fatigue mais jamais de fièvre ni de douleurs musculaires."

Comment limiter les effets des allergies ? 

En cette période d'allergie "une bonne aération est indispensable. En revanche, il faut éviter d'aérer en pleine journée, mais le faire tôt le matin (avant 8h) et tard le soir (après 22h)" conseille l'allergologue. En effet, les pollens montent en pleine journée et risquent de contaminer l'intérieur de l'appartement. Quant aux nombreux propriétaires de chats ou chien qui y sont allergiques, ils devront être d'autant plus vigilants pendant cette période de confinement. Les principales recommandations sont :

  • Aérer les maisons sans laisser les fenêtres ouvertes trop longtemps. Aérer de préférence tôt le matin et tard le soir, quand il fait plus froid, ou quand il pleut. Fermer bien en cas de vent.
  • Passer régulièrement l'aspirateur pour éliminer les poils,
  • Interdire l'accès de l'animal à la chambre à coucher. "Si l'asthme n'est pas contenu et persiste, il serait plus raisonnable d'envoyer son animal ailleurs pendant cette période de confinement, voire de le donner" ajoute la spécialiste.
  • Bien poursuivre leur traitement de fond.

Quels sont les traitements que l'on peut prendre ?

"Les médicaments antihistaminiques (Cétirizine...) sont conseillés, explique le Dr Hubert Bigot, médecin ORL aux Thermes de Saint-Gervais Mont Blanc (Haute-Savoie). Vous pouvez les poursuivre ou vous les faire prescrire à distance par votre médecin." En revanche, les médicaments locaux qui contiennent souvent un corticoïde sont déconseillés en période d'épidémie virale Covid-19 car "ils ont l'inconvénient de risquer une baisse des défenses immunitaires" précise le médecin ORL.

Les personnes qui sont traitées en continu par des corticoïdes en comprimés ne doivent surtout pas les stopper.

→ Dans votre nez, vous pouvez vous faire prescrire un antihistaminique sans corticoïdes, par exemple Allergodil, et Opticron en collyre si besoin. "On préconise l'arrêt des corticoïdes par voie nasale, car ils ne sont pas indispensables" précise le Dr Branellec.

→ Les médicaments bronchiques inhalés sont à poursuivre avec l'accord de votre médecin traitant.

Les corticoïdes pris par voie générale ne sont pas associés à une aggravation des infections au COVID 19

Merci au Dr Albanne Branellec, allergologue à Paris.

Sources : 

Bulletin du Réseau national de surveillance aérobiologique - RNSA.

Les allergies saisonnières sont de retour, même confinés ! Les conseils de prévention d'Hubert Bigot, médecin ORL – Thermes de Saint-Gervais Mont Blanc. 9 avril 2020.

Covid-19