Surcharge pondérale : définition, calcul, cause

La surcharge pondérale correspond à un excès de poids souvent localisé au niveau de la sangle abdominale, des cuisses, des fesses ou du cou. Essoufflement, fatigue, mal de dos... Quels sont les symptômes d'un surpoids ? Et les causes ? Comment calculer facilement son IMC ?

Surcharge pondérale : définition, calcul, cause
© Paulina Chalmovska - 123RF

Définition : c'est quoi une surcharge pondérale ?

La surcharge pondérale (ou le surpoids) est consécutive à une prise de poids excessive. Ce poids trop élevé est dû à une masse adipeuse (graisseuse) trop importante. Il existe plusieurs niveaux de surcharge pondérale, allant d'un simple surpoids à une obésité massive. Les conséquences de cette surcharge pondérale pour la santé sont d'autant plus nombreuses et importantes que le surpoids est élevé.

Symptômes d'une surcharge pondérale

Le surpoids se caractérise par :

  • Un poids élevé par rapport à sa taille (IMC élevé)
  • Un surplus de graisse localisé dans le ventre, les hanches, les cuisses, les fesses, le cou, le visage...
  • Un essoufflement pendant l'effort
  • Parfois, des apnées du sommeil
  • Des douleurs plus fréquentes au niveau des articulations (genoux, dos...)
  • Parfois, un manque de confiance en soi, une faible estime de soi voire une tendance à la dépression...

Causes

Le poids d'un individu dépend de ses habitudes alimentaires et de son hygiène de vie. La plupart du temps, le surpoids est causé par une alimentation trop riche, associée ou non à une trop grande sédentarité. Il est régi à la fois par les apports caloriques et par les dépenses énergétiques sur le long terme. Les apports caloriques viennent de l'alimentation : nourriture, boissons.

Les dépenses caloriques sont liées :

  • Au métabolisme de base : calories dépensées par l'organisme au repos, liées à la digestion, aux battements du cœur, au fonctionnement des organes,
  • Aux dépenses physiques quotidiennes : sport pratiqué, marche, activité professionnelle …

Pour que le poids de forme soit maintenu durablement, les apports caloriques doivent être égales aux dépenses caloriques. En revanche, si cette balance est déséquilibrée, le poids varie :

  • Lorsque les apports caloriques sont - en moyenne et sur le long terme - supérieurs aux dépenses : le corps stocke cet excès en fabriquant de la masse grasse. On prend du poids.
  • Lorsque les apports caloriques sont inférieurs aux dépenses caloriques, le corps doit puiser le complément d'énergie dans les réserves de graisse corporelle. On perd du poids.

Des pathologies, le plus souvent liées à un désordre hormonal (hypothyroïdie, trouble des ovaire polykystiques) ou des traitement médicamenteux (traitements hormonaux, antidépresseurs, corticoïdes, certaines pilules contraceptives…) peuvent favoriser la prise de poids.

Calcul de la surcharge pondérale : IMC

La surcharge pondérale peut être évaluée grâce au calcul de l'Indice de Masse Corporel (IMC). L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a défini cet Indice de Masse Corporelle comme le standard pour évaluer les risques liés au surpoids. Cet indice est aussi utilisé pour évaluer le poids idéal d'un individu en fonction de sa taille, ou pour diagnostiquer une maigreur ou une dénutrition.

L'IMC est le rapport entre le poids en kg sur le carré de la taille en mètre :

IMC = Poids (en kg) /Taille² (en mètre).

Exemple : une femme de 1m70 qui pèse 62 kilos a un IMC de : 62/(1.7 x 1.7) = 21.4

 

Si l'IMC < 18,5 : insuffisance pondérale

18,5 < IMC < 24,9 : poids normal

25 < IMC < 29,9 : surpoids

30 <IMC < 34,9 : obésité

IMC > 35 : obésité massive

On parle donc de surcharge pondérale pour toutes les personnes dont l'IMC est supérieur à 24.9. Il y a 3 degrés de surcharge pondérale :

  • le surpoids quand l'IMC est compris entre 25 et 30,
  • l'obésité quand il est compris entre 30 et 35
  • l'obésité massive quand il est supérieur à 35.

Attention : ce calcul ne tient pas compte de la composition corporelle (masse musculaire/masse grasse), il a donc ses limites. Il ne s'applique notamment pas aux personnes très musclées (bodybuilders ou rugbymen) qui peuvent avoir un IMC supérieur à 30 avec pour autant très peu de masse grasse.

Un surpoids localisé sur l'abdomen et le thorax est plus mauvais pour la santé qu'un surpoids localisé sur la partie basse du corps.

Conséquences sur la santé

Les conséquences d'un surpoids sur la santé sont très nombreuses, et sont d'autant plus importantes que le surpoids est élevé. La graisse superflue favorise ainsi :

  • La survenue d'un diabète de type 2
  • L'augmentation des constantes sanguines lipidiques : triglycérides, cholestérol
  • L'hypertension
  • La survenue de maladies cardiovasculaires (cardiopathie, accidents vasculaires)
  • L'apparition de certains cancers (colon, sein, endomètre …)
  • Les troubles articulaires

Un surpoids localisé sur l'abdomen et le thorax est plus mauvais pour la santé qu'un surpoids localisé sur la partie basse du corps (fesses, cuisses).

Surcharge pondérale et mal de dos

Être en surpoids revient à porter en permanence des kilos en trop. Ces kilos qui pèsent sur les articulations "portantes" et également sur les muscles dorsaux. Les douleurs lombaires sont plus fréquentes en cas de surcharge pondérale. En effet, l'excès de poids favorise l'usure et la dégénérescence des disques intervertébraux, ainsi que les souffrances au niveau des ligaments. Une surcharge pondérale, souvent liée à une sédentarité, peut aggraver la cambrure lombaire, souvent responsable des lombalgies. 

Endocrinologie