Herpès génital : homme, femme, photo, à quoi ça ressemble ?

"Herpès génital : homme, femme, photo, à quoi ça ressemble ?"

L'herpès génital est une infection sexuellement transmissible (IST) qui touche aussi bien la femme (cloques sur la vulve, le vagin, l'anus...) que l'homme (cloques sur le pénis, testicules...). Comment le reconnaître ? Quelle cause ? Comment soulager une crise ? Symptômes, photos, crème, traitement.

L'herpès génital est une maladie sexuellement transmissible due au virus de l'herpès (herpès simplex) qui est très contagieux. Elle concerne aussi bien l'homme que la femme. Près d'un adulte sexuellement sur 5 serait concerné. L'herpès est chronique et se manifeste généralement par "poussées". Lors d'une poussée, l'herpès se manifeste par des petites cloques (petites vésicules) pouvant être douloureuses sur ou près des organes sexuels (pénis, vagin, testicules), l'anus, les cuisses, la bouche... Qu'est-ce qui provoque l'herpès génital ? Est-ce que c'est grave ? Comment ça se manifeste chez la femme ? Chez l'homme ? Comment s'en débarrasser ? Réponses pour s'en prémunir ou la soigner.

Définition : c'est quoi l'herpès génital ?

L'herpès génital est une infection sexuellement transmissible (IST) de l'homme ou de la femme qui est provoquée par le virus "herpès simplex". Cette infection concerne environ 20% des adultes sexuellement actifs. Après la primo-infection, le virus reste dans l'organisme et s'y "endort", pour se manifester plus tard lors de poussées, par de petites vésicules - parfois douloureuses et remplies de liquide - situées sur ou près des organes sexuels ou la bouche.

Quelle est la cause de l'herpès génital ?

L'herpès génital est une IST causée par le virus de l'herpès simpex de type 1 ou 2. 

  • L'herpès simplex type 1 peut se transmettre aux organes génitaux mais il touche principalement la bouche
  • L'herpès simplex de type 2 touche principalement les organes génitaux. Il est très rare qu'il se transmette à la bouche.

Comment se transmet l'herpès génital ?

L'herpès génital est une IST. Autrement dit, la transmission du virus responsable de l'herpès génital s'effectue au cours des relations sexuelles vaginales (pénétration du pénis dans le vagin), anales (pénétration du pénis dans l'anus) ou orales (contact de la bouche avec le pénis, la vulve, le vagin...). Mais aussi par le partage de jouets sexuels. La transmission par voie sexuelle peut avoir lieu même sans pénétration, orgasme ou éjaculation. Une mère infectée peut également transmettre l'herpès à son bébé pendant sa grossesse ou au moment de l'accouchement. Elle peut s'effectuer même si la personne infectée ne présente aucune manifestation de l'herpès. De nombreuses personnes infectées par l'herpès génital ne savent pas qu'elles sont porteuses du virus car elles ne présentent aucun symptôme.

Quels sont les symptômes d'un herpès génital ?

L'herpès génital peut passer complètement inaperçu : homme ou femme peuvent avoir été en contact avec le virus et ne jamais développer de symptômes de l'herpès génital. Mais parfois, l'herpès génital entraîne des symptômes comme :

  • Des picotements et des démangeaisons dans la région génitale
  • L'apparition de cloques (vésicules) groupées en bouquet, qui peuvent éclater ensuite car ils sont remplis de liquides. Ils peuvent apparaître sur le pénis, le scrotum, la vulve, le vagin, l'anus, près des cuisses, sur les fesses....
  • Parfois, de violentes douleurs.
  • "D'un ganglion sensible dans le pli de l'aine", ajoute le Dr Odile Bagot.

Quels sont les symptômes lors d'une première poussée d'herpès chez la femme ?

La première poussée d'herpès (primo infection) est souvent annoncée dans les heures précédentes par des manifestations proches de celles provoquées par un syndrome grippal : fièvre, fatigue, maux de tête, douleurs musculaires et troubles urinaires avec difficultés à uriner. L'herpès génital entraîne l'apparition de vésicules au niveau du vagin, du col de l'utérus et sur la vulve, mais également près de l'anus. Des lésions peuvent aussi apparaître sur les cuisses ou les fesses. Des ganglions sont généralement présents au niveau de l'aine.

Quels sont les symptômes lors d'une première poussée d'herpès chez l'homme ?

Comment chez la femme, la première poussée d'herpès provoque des symptômes proches de l'état grippal (fièvre, fatigue, mal de tête, courbatures, difficultés à uriner). L'herpès génital entraîne l'apparition de vésicules sur le pénis, autour des testicules, près de l'anus, ou sur les cuisses et les fesses. Comme chez la femme, des ganglions peuvent être présents au niveau de l'aine

Combien de temps dure la première poussée de l'herpès ?

En l'absence de traitement, la première poussée d'herpès dure en moyenne de 1 à 3 semaines.

Quand les symptômes apparaissent-ils ?

Les symptômes de l'herpès génital apparaissent généralement une semaine (6 à 10 jours) après la contamination. 

Photos : à quoi ressemble un herpès génital ?

Schéma d'un herpès génital chez l'homme et la femme
Schéma d'un herpès génital chez l'homme et la femme © rob3000 - stock.adobe.com
Illustration d'un herpès génital au niveau du pénis © Kateryna Kon - 123RF
herpès simplex sur la bouche
Herpès simplex sur la bouche © uwimages - stock.adobe.com

Est-ce que l'herpès génital est grave ?

"Le danger de l'herpès, c'est d'abord de contaminer le partenaire. Dès qu'on sent que la poussée va arriver, il faut absolument se protéger jusqu'à ce que ce soit complètement guéri. Le deuxième danger, c'est au moment de l'accouchement où, si une femme a une poussée d'herpès génital, il faut impérativement qu'elle accouche par césarienne", avertit le Dr Odile Bagot. Aussi, comme toutes les IST, l'herpès génital fragilise les muqueuses et augmente le risque de contamination par le virus du SIDA (VIH). 

Herpès génital pendant la grossesse : quels risques ?

Les risques d'une transmission du virus de l'herpès au fœtus dépendent en grande partie de la date à laquelle le virus a été contracté pour la première fois. Les risques chez le fœtus de développer une infection liée à l'herpès lorsqu'un premier contact avec le virus de l'herpès a eu lieu avant la grossesse sont difficiles à apprécier. Il est indispensable de prévenir son gynécologue de la survenue de cet épisode afin de limiter les risques pour le fœtus. "Il faut distinguer la primo-infection en cours de grossesse avec transmission in utero qui est extrêmement rare, de la contamination per partum, c'est-à-dire au cours de l'accouchement, avec le risque majeur d'encéphalite herpétique pour le nouveau-né. Dans ce cas, il s'agit d'une femme qui sait qu'elle a déjà fait de l'herpès, à laquelle on fera une césarienne en cas de poussée d'herpès au moment de l'accouchement ou si un prélèvement d'herpès revient positif", commente le Dr Odile Bagot, gynécologue.

Comment se passe le dépistage de l'herpès génital ?

Le dépistage de l'herpès ne se fait pas systématiquement, mais seulement s'il y a des symptômes. Ainsi, lorsqu'une femme ou un homme a des ulcérations, on fait des prélèvements. "Il faut savoir que les sérologies d'herpès sont positives pour plus de la moitié de la population parce qu'il n'y a pas de différences concernant les anticorps entre l'herpès de type 1 qui est l'herpès buccal et l'herpès de type 2 qui est l'herpès génital. De plus, 30% des herpès au niveau génital sont en réalité des herpès de type 1 donc buccal", souligne le Dr Odile Bagot. A savoir qu'il est possible de se faire dépister gratuitement et anonymement auprès d'un CeGIDD (Centre gratuit d'information, de dépistage et de diagnostic). 

Avec quel traitement soigner l'herpès génital ?

Il existe des médicaments disponibles sur ordonnance qui permettent de combattre la douleur et de diminuer l'intensité et la durée de la crise d'herpès. On peut prescrire le val-aciclovir (Zéiltrex®) à raison d'un traitement de dix jours pour la primo-infection et de cinq jours pour les récurrences. "On donnait le même traitement sous forme de crème mais une récente étude a démontré que le bénéfice rendu n'était pas très important", commente la gynécologue.

Quels sont les traitements naturels anti herpès génital ?

"Il n'y a pas de traitement naturel qui ait été validé mais en homéopathie, on donne traditionnellement Rhus Tox en prévention. En traitement local, lorsque la vésicule est là, c'est bien de faire une toilette régulière en désinfectant un peu, ou quand c'est ouvert de tamponner pour sécher avec de l'éosine".

Une fois que l'on a été contaminé par l'herpès, on garde le virus en soi toute sa vie.

Comment éviter le risque de récidive ?

"Une fois que l'on a été contaminé par l'herpès, on garde le virus en soi toute sa vie. Les récurrences viennent quand on baisse ses barrières immunitaires. En ayant de bonnes défenses naturelles, on aura moins de risques de faire des récurrences puisque celles-ci surviennent surtout en période de stress ou de fatigue. Pour booster ses défenses, on doit soigner son hygiène de vie de manière générale : manger sainement, pratiquer une activité physique régulière, éviter de fumer...", conseille la spécialiste. Mais surtout, le préservatif est le meilleur allié pour lutter contre les IST. L'utilisation d'un carré de latex pour couvrir la vulve ou l'anus pendant les relations orales diminue le risque de transmission. Dans tous les cas, une personne infectée devrait éviter d'avoir des relations sexuelles dès qu'elle a des symptômes, et jusqu'à la disparition complète des lésions.

Existe-il un vaccin contre l'herpès génital ?

Non. Aucun vaccin ne protège contre l'herpès génital.

Merci au Dr Odile Bagot qui est spécialiste en gynéco-obstétrique et psychosomaticienne, qui vient de publier "Vagin et Cie, on vous dit tout" et "Ménopause, pas de panique !" aux éditions Mango.