Opération à cœur ouvert : chances de survie, convalescence

Cette opération est une intervention chirurgicale lourde mais essentielle. Elle impose le recours à une technique de circulation extra-corporelle et permet d'ouvrir une des cavités cardiaques du patient. Comment ça se passe ? Quels sont les risques ? Un point avec le Dr. Francis Juthier, Chirurgien thoracique et cardiovasculaire au CHU de Lille.

Opération à cœur ouvert : chances de survie, convalescence
© belchonock

Définition : c'est quoi une opération à cœur ouvert ?

Une opération à cœur ouvert est une intervention chirurgicale lourde. "Elle implique une ouverture thoracique (il s'agit en général d'une incision du sternum) et nécessite la mise en œuvre d'une dérivation du flux sanguin (la circulation extra-corporelle) afin d'autoriser l'accès aux cavités cardiaques", explique le Dr. Francis Juthier. Elle mobilise une équipe hautement qualifiée : chirurgiens, anesthésistes, réanimateurs, cardiologues, infirmières spécialisées… 

Pourquoi opérer à cœur ouvert ?

Ces interventions sont en général indiquées lorsqu'un traitement médicamenteux ou interventionnel percutané est inefficace ou insuffisant. "Le but de ces procédures est dans la grande majorité des cas d'optimiser le fonctionnement cardiaque, d'améliorer la qualité de vie du patient et de minimiser le risque de décès. Le retour à une vie personnelle et professionnelle normale est très souvent possible", indique le Dr. Juthier.

Comment se passe une opération à cœur ouvert ?

Dans un premier temps, une intervention à cœur ouvert nécessite l'instauration d'une circulation extra-corporelle. "Cette technique consiste à dériver le flux sanguin arrivant au cœur et à le réinjecter à la sortie du cœur, explique le chirurgien. Une machine assure alors le débit sanguin et l'oxygénation du sang. La température corporelle peut également être abaissée afin de protéger les organes". Le chirurgien peut alors accéder aux différentes cavités cardiaques, aux artères coronaires ou aux gros vaisseaux qui sortent du cœur. "Il est souvent nécessaire d'arrêter l'activité électrique du cœur pour pouvoir réaliser le geste chirurgical dans de bonnes conditions. En fin d'intervention, la circulation extra-corporelle est progressivement sevrée et le cœur retrouve un fonctionnement physiologique", précise l'expert.

Combien de temps dure une opération à cœur ouvert ?

Le délai d'une telle intervention varie de 3 à 5 heures, mais dans certains cas, il peut atteindre 8 heures, voire plus.

Quelles sont les opérations à cœur ouvert ?

Les opérations nécessitant d'être à cœur ouvert sont :

Quels sont les risques d'une opération à cœur ouvert ?

Toute intervention chirurgicale comporte des risques et des complications. Les principales complications potentiellement graves d'une chirurgie à cœur ouvert sont les suivantes :

Quel est le taux de réussite ?

"Le succès technique de ce type d'intervention est de l'ordre de 99%. Pour la grande majorité des interventions les plus classiques le taux de complications graves péri-opératoires est inférieur à 2%", indique le Dr. Juthier.

Combien de temps de convalescence après une opération à cœur ouvert ?

Après l'intervention, le patient passe quelques temps en Soins Intensifs de chirurgie (de quelques heures à trois jours) avant de pouvoir réintégrer la chambre. Passés quelques jours, les drains sont retirés et il est possible de reprendre la déambulation, sous la houlette d'infirmiers et de kinésithérapeutes. Des antalgiques sont prescrits pour éviter la douleur. La durée totale de l'hospitalisation est en moyenne de 7 à 10 jours. Le retour au domicile se fait avec une ordonnance pour un traitement adapté et des séances de kinésithérapie. "Il est également fréquent d'intégrer un centre spécialisé de réadaptation cardiaque. Le délai moyen de convalescence est de l'ordre de 3 mois. De même la durée moyenne de l'arrêt de travail est de l'ordre de 2 à 3 mois", précise le Dr. Juthier.

Merci au Dr. Francis Juthier, Chirurgien thoracique et cardiovasculaire au CHU de Lille.

Autour du même sujet

Opérations