Corticostimuline (ACTH) : dosage, normes, basse, élevée

La corticostimuline (ACTH) est une hormone sécrétée par l'hypophyse qui agit sur la production de cortisol, l'hormone du stress. Quel est le taux normal ? Que signifie un taux élevé ? Au contraire, un taux bas ? Définition, dosage... Eclairage du Dr Emmanuelle Lecornet-Sokol, endocrinologue.

Corticostimuline (ACTH) : dosage, normes, basse, élevée
© jarun011 - 123RF

Définition : qu'est-ce que la corticostimuline ?

La corticostimuline, connue sous le nom d'ACTH (Adreno CorticoTropic Hormone), est une hormone sécrétée par l'hypophyse. Il s'agit d'une glande située dans le cerveau et que l'on peut considérer comme étant "le chef d'orchestre d'une grande partie des hormones", précise le Dr Emmanuelle Lecornet-Sokol, endocrinologue. Lorsqu'elle est sécrétée, l'ACTH agit sur les glande surrénales (deux glandes que l'on trouve au-dessus des reins) en augmentant notamment sa production de cortisol que l'on appelle communément "l'hormone du stress".

Mode d'action de la corticostimuline (ACTH)
Mode d'action de la corticostimuline (ACTH) ©  alkov - 123RF

Pour bien comprendre, voici ce qu'il se passe en cas de stress (par stress comprendre maladie, opération, infection, accident) : dans un premier temps, l'hypothalamus interagit avec l'hypophyse en sécrétant une forte dose de Corticotropin-Releasing hormone (CRH). "Lorsque l'hypophyse reçoit le signal CRH, il fabrique alors l'ACTH", explique l'endocrinologue. Celle-ci va passer dans le sang puis se connecter au récepteur des cellules de la glande surrénale. Celles-ci vont s'activer et produire du cortisol. "Le cortisol est indispensable à notre vie. Lorsque l'on est soumis à un danger, le stress est bénéfique, on en a besoin pour être capable de sentir ce danger et de réagir." D'après le Dr Lecornet-Sokol, le corps fabrique beaucoup de cortisol le matin, au réveil. Cela permet de donner l'énergie nécessaire pour tenir toute la journée. Au fur et à mesure de la journée, sa production diminue jusqu'à devenir presque inexistante le soir. "En cas de stress chronique, la production de cortisol ne faiblit pas et reste tout le temps très haute."

Quand et comment faire un dosage de corticostimuline ?

L'ACTH ne se dose qu'en couple avec le cortisol.

L'ACTH ne se dose qu'en couple avec le cortisol. Le cortisol régule par rétro-contrôle la sécrétion de l'ACTH. Il faut donc savoir que l'ACTH augmente quand le niveau de cortisol est trop bas et, à l'inverse, elle baisse quand le cortisol est haut. Ce dosage intervient par exemple en cas de suspicion d'un dysfonctionnement des glandes surrénales, d'une maladie de Cushing, d'une maladie d'Addison, ou encore d'une insuffisance hypophysaire. Étant donné que la quantité de cortisol décroît tout au long de la journée, il est nécessaire de connaître la quantité du matin et du soir. Si l'on cherche à mettre en évidence un excès de fonctionnement des surrénales, il est possible de faire un "test de freinage". Dans ce cas, :

  • une première prise de sang à lieu à 8 heures du matin.
  • A minuit, le patient ingère des comprimés de Dectancyl (selon ordonnance du médecin).
  • Le lendemain matin, à 8 heures à nouveau, une deuxième prise de sang doit être faite.
  • Après une prise de Dectancyl, le taux de cortisol, même pris à 8 heures, doit être effondré.

Il est aussi possible de mesurer le taux de cortisol dans les urines. Il faut ainsi collecter les urines durant 24 heures dans un récipient donné par le laboratoire. Si l'on veut vérifier à l'inverse que le cortisol est fabriqué en quantité suffisante, on peut réaliser un dosage de cortisol et ACTH à 8h, et compléter par un test de stimulation (test au Synacthène ou hypoglycémie insulinique)

Quelles sont les normes ?

"La norme dépend de chaque laboratoire et de la technique utilisée", prévient Emmanuelle Lekornet-Sokol. Le taux normal de cortisol dans le sang à 8 heures du matin – et non d'ACTH seule puisque les deux se mesurent ensemble – peut varier entre 275 et 685 nmol/l soit 100 à 250 µg/l.

Corticostimuline basse : causes, symptômes, que faire ?

Un faible taux de cortisol et d'ACTH peut être le signe d'une insuffisance corticotrope. Cela peut parfois être le cas après une prise de cortisone de plusieurs semaines ou mois. Dans les cas où il existe un excès de cortisol et un ACTH bas, il s'agit le plus souvent d'un adénome surrénalien.

Corticostimuline élevée : causes, symptômes, que faire ?

Si le taux d'ACTH est élevé avec un taux de cortisol bas, cela peut évoquer une insuffisance surrénalienne primaire ou périphérique. Enfin, trop de cortisol mais un taux d'ACTH normal ou haut signifie que la personne peut souffrir d'un adénome hypophysaire (une tumeur bénigne) ou encore une maladie de Cushing.

Corticostimuline ultra-sensible : c'est quoi et quel taux ?

Dans un dossier de la Revue francophone des laboratoires sur la fonction corticotrope publié en 2009, les scientifiques (Yvonne Fulla, Laurence Guignat, Marie-Annick Dugué, Guillaume Assié et Xavier Bertagna) expliquent que "le cortisol peut aussi être déterminé dans la salive" qui ne contiendrait que du cortisol libre. "Le cortisol salivaire représente donc la forme libre biodisponible du cortisol sanguin." Le recueil de la salive peut être fait à domicile. "Le dosage doit être ultra-sensible et nécessite une phase de concentration afin d'adapter l'amplitude de mesure à la faible concentration salivaire en cortisol", écrivent les biologistes.

Merci au Dr Emmanuelle Lecornet-Sokol, endocrinologue et co-autrice de Et si c'était hormonal ? (Editions Hachette).

Système endocrinien & hormones