Plaquettes sanguines : trop ou pas assez, ce que ça signifie

Les plaquettes sanguines sont de petites cellules dépourvues de noyau qui circulent dans le sang avec les globules rouges et les globules blancs. Elles ont un rôle majeur dans la coagulation sanguine. Basses, trop élevées, normales... Ce qu'il faut savoir pour bien comprendre les résultats de sa prise de sang.

Définition

Les plaquettes sanguines, aussi appelées thrombocytes, sont issues des mégacaryocytes, grosses cellules produites par la moelle osseuse. Elles jouent un rôle primordial lors de certaines étapes de la coagulation, phénomène très complexe. L'activation plaquettaire a lieu lors des saignements liées à des plaies et évitent également les hémorragies internes.

Normes

Selon le laboratoire où le prélèvement est effectué, la valeur normale du taux de plaquettes est comprise entre 150 000 et 400 000 par mm³.

Plaquettes sanguines basses : causes

Une baisse des plaquettes, appelée thrombopénie, entraîne un risque hémorragique. Les plaquettes sont basses, lorsque leur nombre est inférieur à 100 000/mm³. Le risque hémorragique est majeur en dessous de 30 000/mm³. Une baisse des plaquettes peut provoquer l'apparition d'ecchymoses, de saignements de nez, de maux de tête , de petites hémorragies oculaires ou gingivales. Lorsque la chute des plaquettes importantes, l'apparition de pétéchies, qui sont des petits points rouges survenant sur la peau témoigne de l'impossibilité des petits vaisseaux à retenir le sang, et peut faire craindre des hémorragies plus importantes (hémorragie digestive par exemple).

Les causes d'une baisse de plaquettes sont nombreuses : 

  • Il peut notamment s'agir d'une thrombopénie périphérique avec destruction des plaquettes dans la circulation ou d'une thrombopénie centrale, par insuffisance de production
  • Les principales causes sont représentées par les maladies auto-immunes, les thrombopénies d'origine toxique ou médicamenteuse (héparine, par exemple), l'alcoolisme aigu, les infections virales, les aplasies médullaires, la coagulation intra-vasculaire disséminée, la chirurgie avec circulation extra-corporelle, le purpura thrombopénique, le syndrome hémolytique et urémique de l'enfant, ou les hémopathies malignes.

Plaquettes sanguines trop élevées : causes

Une augmentation du taux de plaquettes (thrombocytose) provoque un risque de thrombose ou caillot par formation d'agrégats plaquettaires provoquant une obstruction vasculaire, veineuse ou artérielle. Elles sont élevées lorsque 'elles dépassent 500 000/ mm³.

Les pathologies généralement en cause sont notamment la splénectomie (ablation de la rate), des maladies infectieuses, des maladies inflammatoires, une hémorragie massive, une carence en fer chronique, une thrombocytémie essentielle (sans cause retrouvée), des syndromes myélo-prolifératifs chroniques, des syndromes myélo-dysplasiques, la maladie de Hodgkin, une cirrhose, ou encore une pancréatite.

Diagnostic

Le diagnostic des anomalies plaquettaires se fait sur une simple prise de sang qui permet de savoir si elles sont trop élevées ou trop basses. L'origine d'un nombre anormal de plaquettes est ensuite exploré par d'autres examens (myélogramme, recherche de maladie auto-immune…). Un bilan de coagulation complet est généralement prescrit.

Quand consulter ?

"Les saignements de nez répétés, même minimes, les petites hémorragies conjonctivales ou les saignements des gencives lors du brossage des dents doivent inciter à réaliser un bilan à la recherche d'anomalies du nombre de plaquettes", préconise le Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste. De même, lorsque de petits saignements inhabituels se répètent ou lors de l'apparition de pétéchies sur la peau, il est nécessaire de consulter pour réaliser un bilan de coagulation. En effet, les anomalies plaquettaires doivent être rapidement prises en charge car elles peuvent être à l'origine d'hémorragies ou au contraire d'obstruction vasculaire.

Traitements : transfusion, corticoïdes, chimiothérapie...

Le traitement des anomalies du nombre des plaquettes est évidemment celui de la cause. En cas de plaquettes trop élevées, une chimiothérapie peut parfois être nécessaire. Dans tous les cas, on utilisera un traitement anti-agrégant plaquettaire pour éviter la formation de caillots intra-vasculaires.

En cas de thrombopénie, si celle-ci est centrale, une transfusion de plaquettes peut être nécessaire. En cas de thrombopénie périphérique, des corticoïdes ou des immunoglobulines peuvent être efficaces.

Merci au Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste. 

Plaquettes sanguines : trop ou pas assez, ce que ça signifie
Plaquettes sanguines : trop ou pas assez, ce que ça signifie

Sommaire Définition Normes Plaquettes basses Plaquettes élevées Diagnostic Quand consulter ? Traitements Définition Les plaquettes sanguines, aussi appelées thrombocytes ,  sont issues des mégacaryocytes, grosses...