Ronflements : et si c'était de l'apnée du sommeil ? Dans un premier temps, une perte de poids peut être bénéfique

même une faible perte de poids peut diminuer les apnées du sommeil.
Même une faible perte de poids peut diminuer les apnées du sommeil. © JPC-PROD - Fotolia

Il n'existe aucun médicament pour traiter le syndrome d'apnée du sommeil.

"La prise en charge doit être pluridisciplinaire et prolongée. Le syndrome d'apnée n'est pas un rhume, il doit être traité comme les autres maladies chroniques", explique le Dr Marc Blumen.

Le choix du traitement dépend des caractéristiques personnelles du patient : son âge, l'importance de la gêne des ronflements (pour le conjoint le plus souvent), les conséquences sur le sommeil, la présence ou non d'un surpoids (ou obésité), les résultats des différents bilans effectués, etc.

Pour cela, on interroge le patient sur son ressenti et on procède à des examens complémentaires au bout de quelques semaines. "Surtout, il est indispensable de vérifier l'efficacité du traitement du point de vue du patient, précise le Dr Marc Blumen, ORL. Le traitement est parfois arrêté précocément par le patient, il est utile de comprendre pourquoi pour proposer une alternative."

Cas particuliers : le surpoids

Lorsque le patient est en surpoids, la perte de poids peut être un premier pas vers la diminution de l'apnée. "La perte de poids est utile pour diminuer à la fois les symptômes mais aussi pour proposer un traitement moins lourd, explique le Dr Blumen. Un régime, voire la pose d'un anneau gastrique en cas d'obésité, peut être efficace. L'important étant de faire baisser mais surtout de stabiliser le poids du patient à un poids proche de la "normale"." 

Un traitement postural peut également être conseillé dans les cas de syndrome d'apnée du sommeil positionnel : il s'agit d'empêcher le patient de dormir sur le dos. On peut, par exemple, proposer une ceinture avec une balle de tennis placée dans le dos. Ainsi, lorsque le patient se met sur le dos, il ne peut pas y rester.

Sommaire