Présence de sang dans les urines : quelles sont les causes ?

L'hématurie désigne la présence de sang dans les urines. Elle peut être causée par diverses maladies ou troubles liés à un organe du système urinaire, comme la vessie ou les reins. Dans quel cas ce symptôme est-il grave ? Explications avec le docteur Romain Troalen, médecin généraliste.

Présence de sang dans les urines : quelles sont les causes ?
©  tomfotografeert-123RF

Définition de l'hématurie

L'hématurie est un symptôme qui désigne la présence de sang dans les urines, qu'il soit visible à l'œil nu ou pas. "C'est pourquoi on distingue deux types d'hématurie : l'hématurie macroscopique, c'est-à-dire visible lorsqu'on va aux toilettes, et l'hématurie microscopique, quand elle n'est pas visible et qu'on la détecte par hasard lors d'un examen de routine", explique le docteur Romain Troalen, médecin généraliste à Paris. Lorsqu'un patient suspecte d'avoir du sang dans les urines, le docteur fait un test sur bandelette urinaire afin de confirmer la présence de sang. Cette bandelette donne alors un ordre d'idée du niveau. Ensuite, l'hématurie doit toujours être confirmée par un ECBU, surtout lorsqu'elle est microscopique.

Hématurie microscopique

La présence de sang dans les urines peut ne pas être visible à l'œil nu. Dans ce cas-là, elle est souvent découverte sur une bandelette urinaire, lors d'un test de routine ou à la recherche d'une autre maladie : on parle alors d'hématurie microscopique. L'hématurie est définie par un résultat au-delà de 5 hématies/mm3. Il doit être toujours confirmé par un ECBU.

Hématurie macroscopique

En opposition à l'hématurie microscopique, on parle d'hématurie macroscopique lorsqu'une coloration rosée ou franchement rouge est visible à l'œil nu. " L'ECBU pourra confirmer qu'il s'agit bien d'une hématurie, et non d'une fausse hématurie : cela signifie que les urines sont rouges, mais que ce n'est pas du sang ", explique le médecin.

Hématurie initiale

L'hématurie est dite initiale quand le sang apparaît en début de miction. Généralement, lorsque c'est le cas, on suspecte une origine basse, touchant l'urètre ou la prostate chez l'homme notamment.

Hématurie terminale

L'hématurie terminale signifie que les urines sont rouges en fin de miction. Dans ce cas-là, on évoque une origine au niveau de la vessie. En cas d'urines rouges pendant toute la miction, toute affection est possible, mais généralement le rein est fréquemment en cause.

Quand consulter ?

La présence de sang dans les urines est à prendre au sérieux : quand on remarque des urines trop sombres ou trop rouges plusieurs jours de suite, alors il est indispensable de se rendre rapidement chez son médecin traitant pour faire un test urinaire.

Dans la grande majorité des cas, il s'agit d'une infection urinaire.

Causes

"En cas de suspicion d'hématurie, l'ECBU pourra dire s'il s'agit d'une fausse hématurie ou pas", commence le docteur Troalen. En effet, une fausse hématurie peut avoir plusieurs causes insoupçonnées : "Des médicaments, comme la Rifampicine®, le métronidazole®, des antibiotiques, ou même la vitamine B12, colorent les urines. Des aliments ont aussi cet effet, comme la betterave et la mûre, consommées en quantités non négligeables ", explique le généraliste. " Il peut aussi y avoir des pigments sanguins biliaires : la myoglobinurie, l'hémoglobinurie ou la billiruminerie peuvent colorer les urines ", ajoute-t-il. Enfin, il faut aussi s'assurer qu'il ne s'agisse pas d'une hémorragie de voisinage, c'est-à-dire que le sang dans les urines ne vient en fait pas du système urinaire, mais éventuellement de l'urètre, du sang de règles, ou encore d'un saignement de l'utérus ou du vagin. Dans ce cas, il faut plutôt se tourner vers un gynécologue rapidement. Une fois que toutes ces possibilités sont éliminées, l'hématurie est avérée. Dans la grande majorité des cas, il s'agit d'une infection urinaire. Les signes associés sont une dysurie (brûlures lors de la miction), et une pollakiurie (des mictions fréquentes et de petites quantités). L'examen de l'urine par la bandelette urinaire est suffisamment fiable pour confirmer une infection urinaire simple lorsque l'hématurie est associée à ces symptômes.

Diagnostic

En dehors d'une infection urinaire, deux choses peuvent saigner : le tractus urologique (le tuyau par lequel passe l'urine) ou le rein. "En effet, dans notre corps, l'urine commence dans le rein, descend dans l'uretère puis la vessie et est évacuée par l'urètre. Si c'est le tractus urologique qui saigne, c'est l'urologue qui s'en occupe. Si c'est le rein, à ce moment-là, c'est le néphrologue", explique le généraliste. Pour identifier la cause, plusieurs examens doivent être faits : une échographie, puis une analyse du culot urinaire. " Cet examen permet de dire si les globules rouges sont entiers ou éclatés, s'il y a des caillots, s'il y a une protéinurie ou encore des cylindres hématiques ", décrit le médecin. " Ce sont des signes qui vont vous orienter sur une cause. Enfin, il y a aussi le dosage de la créatinine, une protéine contenue dans le sang ", ajoute-t-il. Si des caillots sont détectés, ajoutés à des symptômes comme une irritation, une envie d'uriner très fréquente, avec une douleur quand on palpe le dos ou même une dilatation des veines autour des testicules : ce sont des signes urologiques. S'il y a des symptômes associés comme de l'hypertension, des œdèmes, une insuffisance rénale, une protéinurie, des cylindres hématiques dans le culot urinaire : ce sont des signes néphrologiques.

Hématurie isolée : uniquement du sang dans les urines

" À ce stade-là, normalement, on a identifié la cause de l'hématurie. Mais il existe aussi l'hématurie isolée : c'est-à-dire qu'il y a du sang dans les urines, mais aucun symptôme associé : aucune difficulté à uriner, ni de caillots de sang, ou de dépôts au niveau de l'urine ", explique le médecin généraliste. Si les signes sont plutôt urologiques (hématurie initiale), une échographie sera faite, ou un uroscanner. Le scanner va chercher ce qui saigne : il s'agit souvent d'une tumeur. La cause simple, c'est la lithiase (la colique néphrétique), due à un calcul dans un des tuyaux, qui les irrite et fait saigner. Mais cela peut être également une tumeur urothéliales. Si les signes sont néphrologiques, le néphrologue doit alors faire une ponction-biopsie rénale, c'est-à-dire planter une aiguille dans le rein pour prendre un bout de rein et l'analyser. Il existe alors plusieurs possibilités : une glomérulonéphrite aiguë, qui existe en trois grands types : post infectieuse (due à une infection), à dépôt mésangiaux d'IgA (maladie de berger) et rapidement progressive. Il existe aussi le syndrome d'Alport, la néphrite interstitielle aiguë médicamenteuse, la nécrose papillaire et l'infarctus rénal.

Traitements

Le traitement dépend de la cause, d'où l'importance d'identifier rapidement l'origine de l'hématurie et de consulter un spécialiste. Lorsqu'il s'agit d'une infection urinaire, un traitement antibiotique sera prescrit et permettra de régler le problème rapidement. En cas de pyélonéphrite (aussi appelée infection rénale, ou infection urinaire haute), une hospitalisation est parfois nécessaire. En cas de calculs rénaux ou urinaires, cela dépend des cas. On peut attendre que le calcul se dissolve de lui-même, ou prendre un traitement médical, voire chirurgical. Pour les causes les moins fréquentes, le spécialiste prescrira un traitement adapté en fonction de la situation.

Merci au docteur Romain Troalen, médecin généraliste.

Présence de sang dans les urines : quelles sont les causes ?
Présence de sang dans les urines : quelles sont les causes ?

Sommaire Définition • Hématurie microscopique • Hématurie macroscopique • Hématurie initiale • Hématurie terminale Quand consulter ? Causes Diagnostic • Hématurie isolée Traitements Définition de...