Bronchiolite : causes, signes, traitements

La bronchiolite est une maladie virale très contagieuse touchant chaque hiver environ 30% des nourrissons dont plus de la moitié sont des enfants de moins de 6 mois. Elle touche davantage les garçons que les filles. Les épidémies de bronchiolite débutent en général courant octobre, avec un pic au cours du mois de décembre.

Définition (VRS) et durée de la bronchiolite

"La bronchiolite est une atteinte infectieuse virale qui touche les petites bronches, les bronchioles", explique le Pr Christophe Delacourt, pneumo-pédiatre à l'hôpital Necker. La maladie ne concerne que les nourrissons de moins de 2 ans. Le virus respiratoire Syncitial (VRS) est le principal agent infectieux de cette maladie. "Il survient par épidémie hivernale. Il débute généralement début novembre pour s'achever à la fin janvier. Le pic épidémique est atteint dans la première quinzaine de décembre", précise le praticien. On estime que la quasi totalité des enfants de moins de deux ans contracteront ce virus, et qu'un tiers d'entre eux développeront une bronchiolite. "Le VRS seul représente la moitié des bronchiolites. L'autre moitié sera imputable au VRS associé à un autre virus, ou à un autre virus seul", détaille-t-il.

Causes

"Le calibre des bronchioles d'un nourrisson est très petit. L'infection virale va toucher la paroi de ces bronchioles, et va entraîner une réaction inflammatoire, un œdème de la paroi et une hyper-sécrétion qui vont aboutir à l'obstruction de ces bronchioles. Cette obstruction est d'autant plus facile que le calibre de ces bronchioles est naturellement petit", explique le Pr Delacourt. Par ailleurs, le nourrisson garçon a des bronches légèrement plus étroites que celles d'une fille, ce qui explique qu'il soit plus régulièrement touché. "A partir du moment où les bronchioles sont obstruées, la répartition de l'air dans le poumon se fait de façon hétérogène, ce qui occasionne un sifflement", ajoute-t-il.

Symptômes : fièvre, nez qui coule, toux, gêne respiratoire...

"La maladie se caractérise par une phase d'aggravation de 3 ou 4 jours durant lesquels l'enfant va avoir les premiers signes d'infection virale : un nez qui coule et une toux légère. Puis va s'installer progressivement une gêne respiratoire plus ou moins importante, et ce bruit de sifflement assez caractéristique", détaille le praticien. Surviennent ensuite une toux grasse et productive, et une diminution de l'alimentation causée par la gêne respiratoire. En plus de ces signes digestifs, l'enfant pourra présenter une irritabilité, de la fatigue et une fièvre modérée. La toux peut se prolonger pendant 2 à 3 semaines. Devant l'apparition de ces symptômes, il est important de consulter rapidement son médecin afin de repérer les complications respiratoires pouvant nécessiter une hospitalisation.

Diagnostic

La bronchiolite est habituellement facilement diagnostiquée par l'examen clinique du médecin, sans besoin d'examens complémentaires. "Le médecin va rechercher les signes nécessitant une éventuelle surveillance hospitalière, pour savoir si la bronchiolite peut être prise en charge de façon simple à domicile", conclut-il.

Que faire : lavage de nez, kiné respiratoire...

La bronchiolite du nourrisson évolue naturellement vers la guérison en quelques jours, même si la toux peut persister quelques jours supplémentaires. "C'est une infection virale, il faut donc faut donc se limiter aux mesures symptomatiques, et attendre que l'infection passe et que les bronches se réparent. Il n'y a pas de traitement spécifique pour cela", détaille le pédiatre. Pour soulager le petit patient, les parents devront néanmoins veiller à bien désencombrer son nez à l'aide de sérum physiologique plusieurs fois par jour ou en utilisant un mouche-bébé, notamment avant les repas. Le fractionnement des repas est également conseillé.

"La kinésithérapie respiratoire n'accélère pas la guérison de la bronchiolite, et n'est donc pas nécessaire à titre systématique. Elle peut soulager transitoirement les enfants avec un encombrement particulièrement important", note le Pr Delacourt.

Bronchiolite et hospitalisation

"Les éléments d'inquiétude qui vont amener le médecin à préconiser une prise en charge hospitalière sont : une sous-alimentation importante, une gêne respiratoire très importante, ou le fait qu'il paraisse très endormi et peu actif", prévient le Pr Delacourt.

La bronchiolite du nourrisson est une pathologie à prendre au sérieux, notamment chez les très jeunes enfants, et en particulier ceux de moins de 6 semaines. Dans ce cas, la prise en charge en milieu hospitalier est nécessaire, "car ils sont plus à risque de faire des apnées respiratoires", précise le médecin.

Comment l'éviter ?

Certains enfants plus fragiles sont particulièrement à risque de complications sévères de la bronchiolite, comme ceux atteints par d'autres pathologies, ou les prématurés. Pour ceux-ci il existe un traitement préventif. Il s'agit d'injections d'anticorps (Palivizumab), à faire mensuellement durant les deux premiers hivers, et protégeant vis-à-vis du VRS. Une bonne hygiène des mains et l'absence de contact entre un enfant et un individu malade sont également de bonnes mesures préventives.

  • Trouver rapidement un kiné de garde près de chez vous en appelant SOS Bronchiolite au 0 235 717 082. 

Merci au Pr Christophe Delacourt, Service de Pneumologie-allergologie - Hôpital Necker-Enfants malades - AP-HP

Bronchiolite : causes, signes, traitements
Bronchiolite : causes, signes, traitements

Sommaire Définition Causes Symptômes Diagnostic Traitements Hospitalisation Prévention Définition (VRS) et durée de la bronchiolite "La bronchiolite est une atteinte infectieuse virale qui touche les petites...