Luxation de la hanche du bébé à la naissance : symptômes, traitements

La luxation congénitale de la hanche est une anomalie de l'articulation de la hanche qui touche les enfants à la naissance. Si elle n'est pas reconnue et traitée, elle risque d'entrainer une boiterie lors de la marche. Son traitement, par un chirurgien orthopédiste, est efficace à condition qu'il soit réalisé très tôt.

Luxation de la hanche du bébé à la naissance : symptômes, traitements
© 123RF- deymos

Définition d'une luxation congénitale de la hanche

La luxation congénitale de la hanche (LCH) est un défaut d'emboîtement des deux éléments qui composent l'articulation de la hanche : la tête du fémur et la cavité du bassin (cotyle) qui la reçoit. Dans une hanche normale, à la naissance, la tête est en place dans la cavité. En cas de luxation, elle est située hors du cotyle (luxée) ou peut en sortir (luxable).

Cette affection survient en fin de grossesse.

Prévalence chez le bébé à la naissance et causes

"Il est important de comprendre que cette affection, lorsqu'elle se constitue, survient en fin de grossesse, explique le Professeur Rémi Kohler (service de chirurgie orthopédie pédiatrique de l'université de Lyon). Il est donc indispensable de réaliser à la naissance un dépistage, par un examen rigoureux qui parfois diagnostiquera cette luxation (6 à 20 cas pour 1000 naissances) ou surtout rassurera (le plus souvent). On a longtemps considéré que certaines origines régionales (Bretagne, Auvergne, Creuse…) prédisposaient à cette malformation, cette notion est aujourd'hui abandonnée. La survenue de la luxation serait favorisée par des contraintes mécaniques en fin de grossesse (un accouchement par le siège ou la présence de jumeaux) qui sont des "facteurs de risque" ; une origine génétique est également évoquée (antécédent familial de luxation congénitale de la hanche) ; s'il est vrai que les filles sont davantage concernées que les garçons par la luxation congénitale de la hanche (2 à 3 fois plus), le sexe féminin n'est toutefois pas retenu aujourd'hui comme un "facteur de risque". "

Les signes repérés lors d'un examen clinique

Ce dépistage clinique de la luxation congénitale de la hanche (LCH) fait partie de l'examen obligatoire du nouveau-né. "Il doit rechercher des signes caractéristiques, sur un bébé calme et relâché ; Il doit être rigoureux et répété à chaque examen systématique de l'enfant, jusqu'à l'âge de la marche, comme le souligne la Haute autorité de santé (HAS) dans ses recommandations ", détaille le Professeur.

Le pédiatre, aussi bien à la maternité que lors des premiers examens mensuels, doit évaluer si :

  • l'enfant a une asymétrie de position des cuisses ;
  • les jambes sont d'une longueur apparente différente;
  • les replis cutanés de la cuisse, autour de l'aine ou des fesses, sont inégaux;
  • Il regarde s'il peut écarter les 2 cuisses de façon symétrique,
  • Surtout, en ouvrant et en refermant les cuisses, il recherche la perception d'un léger déplacement de la tête du fémur : c'est le signe du ressaut (à ne pas confondre avec un simple "craquement de hanche" très fréquent à la naissance)

Dans certains cas la situation n'est pas tranchée : "Si l'examen est douteux, ou s'il est normal mais que l'enfant présente des facteurs de risque (cités plus haut) une échographie des hanches à l'âge d'un mois (réalisée, par un radiologue pédiatre) permettra de vérifier qu'il y a ou non une LCH ", ajoute le spécialiste. Cet examen, qui n'est pas obligatoire et en aucun cas systématique, ne dispense surtout pas d'un examen clinique attentif et répété.

Traitements

"Plus le diagnostic est effectué tôt, meilleures sont les chances de guérison et plus simple sera la méthode. D'où l'importance de ce dépistage", assure notre interlocuteur. Souvent, l'évolution va se faire spontanément vers la guérison spontanée et ne nécessitera qu'une surveillance. Parfois un traitement, qui relève d'un chirurgien orthopédiste, sera nécessaire. En cas de découverte très précoce, un lange semi-rigide est placé entre les cuisses afin de les garder écartées, pendant environ trois mois. Lorsque le traitement doit se poursuivre après la période du deuxième mois ou lorsque le dépistage est fait plus tardivement, on utilise une culotte d'abduction, également souple, ou un harnais de Pavlik qui peut s'adapter l'évolution de la croissance de l'enfant, tout en empêchant certains mouvements nocifs. En cas de découverte plus tardive, il sera nécessaire d'exercer un traitement plus lourd en hospitalisation et ce n'est qu'en cas d'échec de celui-ci (dans moins de 1% des cas) qu'il faudra envisager une intervention chirurgicale. 

Quelles conséquences ?

Si elle n'est pas détectée et traitée précocement, cette luxation congénitale de la hanche se traduira par une boiterie découverte à l'âge de la marche dont le traitement sera plus délicat. Ou par la survenue d'une dysplasie (défaut d'adaptation au niveau du cotyle) facteur favorisant d'une arthrose de la hanche vers 30-40 ans.

Merci au Professeur Rémi Kohler (service de chirurgie orthopédie pédiatrique, Université de Lyon) pour sa relecture.

Santé du bébé et de l'enfant