Cigarette : quelles substances toxiques contient-elle ?

Tout le monde sait que la nicotine contenue dans les cigarettes rend dépendant, mais connaissez-vous réellement toutes les substances nocives contenues dans les cigarettes ? Explications et liste des composants toxiques d'une cigarette roulée, électronique ou "light" avec le Dr Anita Diu, addictologue.

Cigarette : quelles substances toxiques contient-elle ?
© Serhiy Kobyakov - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'une cigarette ?

En plus du tabac, la cigarette renferme un grand nombre de substances : "La nicotine, le goudron, l'arsenic, l'acétone, des additifs ainsi que des agents de saveur et de texture, servant à masquer le goût âpre du tabac pur", énumère Anita Diu, addictologue clinique à l'ANPAA 75. Lorsque la cigarette est allumée, elle produit une fumée qualifiée par de nombreux experts de "véritable usine chimique". En effet, la combustion d'une cigarette provoque la formation de différentes substances toxiques : on considère qu'environ 4000 substances sont présentes au sein de la fumée de cigarette. Parmi elles, plus de 40 composants sont cancérigènes. Allumer une cigarette entraîne la formation de benzène, de monoxyde de carbone, d'oxyde d'azote, d'acide cyanhydrique, d'ammoniac et de mercure ainsi que des métaux, dont le plomb, le mercure et le chrome. Quand on fume une cigarette, les produits chimiques se mélangent et aboutissent à la formation d'un goudron collant. Le cadmium est un métal lourd mettant environ 70 ans à être éliminé de l'organisme. "Néanmoins, il est important de savoir qu'à l'arrêt de la cigarette, certaines de ces substances sont rapidement éliminées de l'organisme, comme le monoxyde de carbone, qui rend le teint des fumeurs terne", ajoute la spécialiste.

La nicotine n'est pas cancérigène, mais elle rend le fumeur addict. 

Composition d'une cigarette

Nicotine

"La nicotine n'est pas cancérigène, mais c'est elle qui est responsable d'une grande partie de l'addiction à la cigarette : on l'appelle l'addiction chimique, explique la docteure Anita Diu, addictologue clinique. Celle-ci va entrer dans le cerveau et agir sur une grosse partie des récepteurs cérébraux. Cela n'entraîne pas de dommages à proprement parler au cerveau, mais rend les fumeurs dépendants au tabac". Cette dépendance est semblable, voire même supérieure selon certains spécialistes, à celle provoquée par l'héroïne et la cocaïne. La nicotine a aussi comme effet de stimuler le système nerveux, et donne l'impression d'être plus en alerte. En effet, en agissant sur le cerveau, elle entraîne une diminution du stress, une sensation d'avoir moins besoin de manger ou un effet stimulant. Cela provoquerait ainsi des effets néfastes cardiovasculaires avec le temps, en augmentant la fréquence cardiaque. De plus, la nicotine diminue le diamètre des artères irriguant les mains et les pieds provoquant une baisse de leur température.

Goudron

"Le goudron est formé de métaux lourds ou de substances chimiques très cancérigènes, qui proviennent de la combustion de la cigarette, ce qui fait qu'on le trouve dans la fumée", explique l'addictologue. Parmi celles-ci, on peut citer les hydrocarbures, le benzène, des composés inorganiques… "Comme le goudron est formé des éléments de dégradation de la feuille de tabac quand elle brûle, on y retrouve donc une partie des composants issus de l'agriculture, comme les engrais ou les pesticides", détaille la spécialiste. Si certains fumeurs se tournent alors vers le tabac bio, il reste indéniablement du goudron. "Comme ces substances sont présentes dans la fumée du tabac, lorsque le fumeur les inhale, elles vont indéniablement aller se déposer dans les poumons, plus particulièrement les alvéoles pulmonaires", précise-t-elle. C'est pourquoi les goudrons sont la principale substance responsable des cancers liés au tabagisme. Un fumeur d'un paquet/jour inhale ainsi en moyenne 250 ml de goudrons par an, soit l'équivalent de deux pots de yaourt.

Monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone n'est pas présent dans la cigarette, mais est généré par la combustion. "Quand le fumeur aspire la fumée de la cigarette, comme pour n'importe quelle fumée, il va aspirer une trop grande quantité de monoxyde de carbone à la place de l'oxygène", explique la docteure Diu. Ce monoxyde de carbone va alors se fixer sur l'hémoglobine du globule rouge et réduire la capacité des globules rouges à transporter de l'oxygène aux tissus. Cela favorise la survenue d'une hypoxie, une baisse des globules rouges dans le sang augmentant les risques cardiovasculaires en raison d'une augmentation de la fréquence cardiaque à l'origine de l'apparition d'un essoufflement, d'une toux et d'une augmentation des risques cardiovasculaires. À savoir que les fumeurs qui tirent fortement sur leurs cigarettes fixent davantage le CO2 sur l'hémoglobine. Quatre à six heures sont nécessaires pour éliminer le monoxyde de carbone dans le sang.

Additifs

Les additifs sont les substances ajoutées au tabac dans la cigarette. "Les cigarettiers les rajoutent pour donner un goût moins apte au tabac et pour rendre leurs cigarettes plus reconnaissables. Ainsi, un fumeur va s'attacher, en général, à une marque de cigarette, qu'il va certainement garder toute sa vie", précise l'addictologue. Mais certains additifs dégagent des composants dangereux lors de la combustion : "la législation est assez stricte dans ce domaine, pour qu'il n'y ait pas trop d'arômes qui cacheraient le goût très amer de la nicotine, mais aussi à cause de leur dangerosité".

Irritants

L'acétone, des phénols et l'acide cyanhydrique sont des irritants qui agressent les parois des bronches, du nez et des yeux. L'acide cyanhydrique est un des produits les plus toxiques retrouvés dans la fumée du tabac.

Composition d'une cigarette "light"

De nombreux experts ont mis en évidence la toxicité des cigarettes légères ou lights : fumer ce type de cigarettes provoque encore plus de risques que fumer des cigarettes normales. C'est pourquoi elles ont été interdites en France. "En effet, les cigarettes "légères" entraînent un autre type de cancer des poumons plus agressif", explique notre interlocutrice. Pour satisfaire son besoin de nicotine, les fumeurs ont tendance à fumer plus une cigarette "light", mais aussi à augmenter le nombre et l'intensité de ses bouffées. "Cela fait que les fumeurs de cigarettes légères aspirent plus fortement leur cigarette, exposant les alvéoles pulmonaires et les petites bronches à de fortes quantités de composés toxiques présents dans la fumée". C'est pourquoi aujourd'hui, le taux de nicotine est quasiment le même dans toutes les cigarettes en France.

Composition d'une cigarette roulée

Les hausses de prix du tabac ont entraîné une augmentation de la consommation de tabac à rouler, qui est bien moins chère. Mais la grande majorité des fumeurs de cigarettes roulées ignore les risques du tabac à rouler : en effet, on pourrait croire qu'il y a moins de substances cancérigènes, car il a l'air plus " naturel ". Mais c'est en réalité l'inverse : le tabac à rouler libère davantage de composés cancérogènes que la plus toxique des cigarettes. La raison : " Le rendement en nicotine et en goudron des cigarettes roulées est trois à six fois plus élevé ", comme l'explique Tabac Infos Service. De plus, le tabac brûle moins bien que celui d'une cigarette, ce qui va faire que plus de monoxyde de carbone sera aspiré par le fumeur – et la plupart des utilisateurs ne mettent pas de filtre. Ainsi, une cigarette roulée équivaut à deux ou trois cigarettes manufacturées.

Composition d'un cigare

Le cigare est plus toxique qu'une cigarette, car la fumée produite n'est pas filtrée. Le taux de nicotine varie de 1 à 20 selon les cigares. La feuille de tabac qui l'entoure empêche l'évaporation des substances produites par la combustion. Les risques de cancer du poumon et de maladies cardio-vasculaires augmentent avec le nombre de cigares fumés. Le risque de cancer du poumon est multiplié par trois, car les fumeurs de cigares inhalent très profondément la fumée du cigare. Les risques de développer un cancer de la bouche, du larynx et du pharynx sont multipliés par quatre par rapport à un non-fumeur en raison, car le fumeur de cigares garde de longues minutes la fumée dans sa bouche.

Composition d'une cigarette électronique

"La cigarette électronique est infiniment moins toxique de la cigarette, assure la docteure Diu. C'est un bon moyen d'arrêter de fumer pour beaucoup de gens qui sont très attachés aux faits gestuels et n'arrivent pas à s'en passer immédiatement". Il existe des normes pour vendre des cigarettes électroniques en France : "Ces cigarettes n'ont pas un taux de nicotine trop important, il est régulé, et les substances propulsées par le gaz sont régulées, ce qui n'est pas le cas aux États-Unis", précise l'addictologie. Pour elle, il est difficile de dire aujourd'hui ce que seront à long terme les effets de la cigarette électronique. "Mais les cigarettes électroniques  vendues en France sont tellement moins toxiques que les vraies cigarettes que cela vaut la peine", ajoute-t-elle. Pour Anita Diu, c'est un bon moyen d'arrêter de fumer, "mais à condition que les gens soient attentifs à leur réduction : cela ne sert à rien d'avoir une cigarette électronique si c'est pour fumer quand même trois ou quatre cigarettes par jour", conclut la spécialiste.

Merci au Dr Anita Dui, addictologue clinique et médecin coordinateur à l'ANPAA 75

Cigarette : quelles substances toxiques contient-elle ?
Cigarette : quelles substances toxiques contient-elle ?

Sommaire Définition Composition • Nicotine • Goudron • Monoxyde de carbone • Additifs • Irritants Cigarette light : composition Cigarette roulée : composition Cigare : composition Cigarette électronique : composition...