Carte des pollens 2020 : graminées en baisse, ambroisie en hausse

Si les pollens des graminées sont en baisse quasi partout en France excepté en montagne, ceux de l'ambroisie à feuilles d'armoise vont s'intensifier en août et perdurer jusqu'en septembre. Carte des pollens, photo de l'ambroisie et conseils de prévention.

Carte des pollens 2020 : graminées en baisse, ambroisie en hausse
© RNSA

[Mise à jour le vendredi 31 juillet 2020 à 16h21] Après les fortes chaleurs qui ont entraîné un pic d'allergie au pollen de graminées, ce sont les pollens de l'ambroisie à feuilles d'armoise (Ambrosia artemisiifolia) qui débarquent en France, prévient le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) dans son bulletin du 31 juillet. Particulièrement dans le Centre-Est où l'ambroisie continue sa croissance et libère ses premiers pollens allergisants. Les armoises fleurissent sur tout le territoire, mais leurs pollens allergisants gênent principalement lors des balades à la campagne avec un risque d'allergie de niveau très faible. "Il est encore temps de détruire l'ambroisie avant qu'elle ne libère tous ses pollens" recommande le RNSA.

Parmi les autres pollens présents : 

→ Les graminées sont en baisse quasi partout excepté en montagne où elles restent modérées.

→ Les pollens d'urticacées (orties) et de plantain sont encore assez nombreux mais le risque d'allergie associé à ces pollens est faible.

→ Les châtaigniers ne gêneront plus les allergiques.

Attention : les pics de pollution à l'ozone ou aux particules fines en cours dans les grandes villes du pays qui fragilisent les voies respiratoires et aggravent les symptômes d'allergie aux pollens.

Carte de vigilance des pollens - 31 juillet 2020

CARTE DES POLLENS FRANCE JUILLET 2020
Carte des pollens en France au 31 juillet 2020 © RNSA

La vigilance contre le coronavirus ne doit pas faire oublier la prise en charge des allergies respiratoires

La priorité pour les allergiques, malgré l'épidémie de coronavirus, est de maintenir leur traitement de fond pour mieux contrôler l'asthme et éviter les complications. Attention de ne pas confondre les symptômes du Covid-19 et de l'allergie aux pollens. Comme le rappelle le RNSA, la toux sèche ou les problèmes respiratoires liés à l'asthme sont effectivement assez semblables à ceux des premiers symptômes de l'infection au Covid-19 mais ce qui fait la grande différence pour le Covid-19 c'est le syndrome grippale (douleurs, courbatures, fièvre). Dans le doute n'hésitez pas à consulter votre médecin ou un allergologue (beaucoup se sont mis à faire de la téléconsultation en ce temps de confinement).

Les 3 catégories de pollens présents en France

ambroisie à feuilles d'armoise
Ambroisie à feuilles d'armoise © 123RF-Olha Solodenko

Le pollen produit par les fleurs est composé de minuscules grains servant à la reproduction des plantes. Les principales manifestations de l'allergie au pollen sont la rhinite allergique (ou la rhino-conjonctivite allergique), aussi appelée "rhume des foins". Il existe trois grandes catégories de pollens : les pollens d'arbres (bouleau, platane…), les graminées (blé, avoine…) et les herbacés (ortie, ambroisie…).

En France, les principales espèces végétales responsables des allergies sont :

  • les graminées (avril à juillet)
  • le bouleau (avril, surtout au nord de la France)
  • le cyprès (février à avril)
  • l'ambroisie à feuilles d'armoise (août, septembre) 

Yeux qui grattent, toux, fatigue : êtes-vous allergique au pollen ?

Une allergie au pollen se manifeste par plusieurs symptômes caractéristiques : démangeaisons des yeux, rougeur conjonctivale, larmoiement, paupières enflées et collées, nez qui gratte, parfois bouché et avec des écoulements claires et répétés. Les pollens de platane qui gagnent du terrain sur tout le pays en ce début avril sont faiblement allergisants mais les micro-aiguilles contenues dans les bourres de platane sont très irritantes et peuvent gratter dans la gorge et vous faire tousser. 

En cas de symptômes, il ne faut pas hésiter à consulter un médecin (généraliste, allergologue), plutôt par téléconsultation en ce moment. Le praticien pourra envisager le passage de tests allergologiques (tests cutanés ou dosages d'immunoglobines E ou IgE) afin de confirmer le diagnostic et mettre en place un traitement visant à soulager les symptômes.