Peut-on enchaîner deux plaquettes de pilule ?

Pour stopper les règles, certaines femmes enchaînent deux plaquettes de pilule, parfois trois ou plus. Mais est-ce sans danger pour le corps ? Faut-il s'attendre à des règles plus abondantes le mois suivant ? Conseils du Dr Teddy Linet, gynécologue.

Peut-on enchaîner deux plaquettes de pilule ?
© Puhhha - 123RF

"Enchaîner les plaquettes de pilule est-il dangereux ?" Chaque femme ayant recours à cette contraception orale s'est très certainement, posée un jour cette question. Le but de cette pratique ? Eviter d'avoir ses règles pendant ses vacances, un examen ou tout autre événement par exemple. Alors, peut-on (vraiment) enchaîner plusieurs plaquettes de pilule ? Si oui, jusqu'à combien ? A-t-on toujours nos "règles" ? Réponses.

Comment enchaîner deux plaquettes ?

"Il ne faut pas culpabiliser si on veut enchaîner deux plaquettes"

L'un des intérêts de la contraception hormonale orale est que l'on peut gérer son calendrier de règles. Ainsi, "enchaîner deux plaquettes de pilule est sans danger, et il n'y a pas d'accident possible", rassure le docteur Teddy Linet, gynécologue à Challans, en Vendée. A condition bien sûr de ne pas oublier de prendre un comprimé, comme toujours. Et preuve qu'il n'y a rien de dangereux à cela : "il existe sur le marché une pilule - la Seasonique® - à prendre sur trois mois, en continu, sans aucune interruption", détaille le docteur Linet. Cette pilule diminue le risque de petits saignements pendant la prise de pilule, mais elle n'est pas remboursée par l'Assurance Maladie. Par ailleurs, d'autres contraceptions comme l'implant ou le système intra-utérin (SIU) hormonal diffusent des hormones en faible quantité, mais de manière continue dans l'organisme, sans danger. De manière similaire, les pilules micro-progestatives reposent sur une prise quotidienne de comprimés, 365 jours par an, sans interruption et sans comprimés placebo.

Ainsi, il n'y a pas de contre-indication ou de restriction. Il est même possible d'enchaîner plusieurs (3, 4...) plaquettes à la suite dans l'année. "C'est également le cas pour d'autres moyens de contraception comme l'anneau vaginal, le patch ou l'implant", souligne Teddy Linet. Quelle que soit la contraception, les règles sont le plus souvent supprimées, ce qui peut répondre à une certaine demande. Bon à savoir : lors de l'invention de la pilule, il était difficilement concevable pour les femmes de prendre des comprimés supprimant totalement leurs règles. La plupart d'entre elles ne trouvaient pas ça "naturel" de ne plus avoir de menstruations. La semaine d'arrêt de 7 jours a donc été créée pour déclencher des saignements et "imiter" les règles et non pour des raisons médicales. "Il ne faut donc pas culpabiliser si on souhaite enchaîner deux plaquettes pour ne pas avoir ses règles et avoir en tête que cela ne pose pas de problème", rassure le gynécologue.

Comment faire ? Concrètement, il suffit de ne pas faire les 7 jours d'arrêt qu'imposent la plupart des pilules (21 comprimés) et d'enchaîner directement avec le premier comprimé de la seconde plaquette. Pour celles qui prennent une pilule avec comprimés "placebo" (28 comprimés), il suffit de ne pas prendre les comprimés dits placebo et d'enchaîner consécutivement avec une autre plaquette. 

Saignements, mal de ventre... Quels effets secondaires ? 

Contrairement aux idées reçues, prendre deux plaquettes de pilule sans interruption :

  • n'augmente pas les effets indésirables inhérents à la prise de la pilule comme la nausée, les gonflements des seins ou les maux de tête. Toutefois, vous pouvez ressentir quelques douleurs abdominales (qui ressemblent aux douleurs des règles). Ces douleurs sont des contractions utérines qui sont révélatrices de l'activité musculaire de l'utérus. Si elles sont très douloureuses ou persistantes, n'hésitez pas à en parler à votre gynécologue.
  •  n'accroît pas non plus le volume des prochaines règles. Car en enchaînant les plaquettes ou non, la pilule empêche la croissance de l'endomètre, la muqueuse qui tapisse l'utérus, qui, en se détachant au moment des menstruations, constitue l'essentiel du sang des règles. Au bout de deux ou trois plaquettes enchaînées, il n'y aura pas plus d'endomètre produit et le volume des règles ne sera donc pas augmenté. 
  • mais, favorise le risque de "spotting" : des petites tâches de sang qui peuvent être incommodantes, voire des petits saignements qui ne sont en général pas douloureux. Ces saignements imprévisibles, dus à un dérèglement hormonal, peuvent apparaître au bout de 3 à 4 mois, mais pas chez toutes les femmes. 

Enchaînement des plaquettes : a-t-on encore ses règles ?

Lorsqu'elle enchaîne plusieurs plaquettes de pilule, la femme n'a pas de saignements liés à l'arrêt de la plaquette puisqu'elle ne stoppe pas la prise de comprimés. En revanche, lorsqu'elle va arrêter de prendre en continu ses plaquettes, elle saignera. Appelés à tort des "règles", ces saignements artificiels sont en fait "des hémorragies de privation". Comme leur nom l'indique, elles apparaissent à l'arrêt de la prise des comprimés (lors des 7 jours suivant une prise de 21 comprimés pour la plupart des pilules). 

Lire aussi :