Pollution des voitures : électrique, diesel, quelles différences ?

Vous comptez acquérir une nouvelle voiture et souhaitez que celle-ci soit la moins polluante possible ? Tout est en réalité une question de polluant. Et le choix reste délicat car il faut savoir distinguer les émissions de CO2, responsables du changement climatique, des émissions polluantes, néfastes pour notre santé. Quelques réponses avec l'aide de Diane Strauss, directrice France de Transport & Environment.

Pollution des voitures : électrique, diesel, quelles différences ?
© 123rf-toa55

Quel est le taux de pollution d'une voiture électrique ?

Les voitures électriques polluent d'une manière différente que les voitures diesel ou essence. Les voitures électriques émettent du CO2 au moment de la production de la batterie, intensive en énergie. Elle consomme ensuite moins de CO2 pendant la conduite qu'un diesel ou une essence, quel que soit les pays et leur mixe électrique (charbon, nucléaire, électricité renouvelable). "En France, une voiture électrique émet, sur son cycle de vie, deux à cinq fois moins qu'une voiture thermique. La différence dépend de la taille de la voiture et du lieu de production de la batterie", explique Diane Strauss, directrice France de Transport & Environment. D'après chiffres de Transport & Environment, une voiture électrique de taille moyenne (type berline) émet 12 tonnes de CO2 sur sa durée de vie dont 50% proviennent de la production de la batterie et 38% de la fabrication du véhicule.

Quel est le taux de pollution d'une voiture diesel ?

Selon les chiffres de l'ADEME, une berline diesel de la même gamme que celle électrique émet 46 t CO2–eq. D'après des chiffres de Transport & Environment, un véhicule essence émet 56 tonnes de CO2 sur toute sa durée de vie et un véhicule diesel 52 tonnes de CO2 dont 88% proviennent de l'usage et 12% de la fabrication du véhicule.

Quelles voitures polluent le moins ?

Au mois de janvier 2021, l'ADEME a publié son classement annuel des véhicules les moins polluants.

  • A la tête des voitures essence, la Mitsubishi space star 1.2 invite my2019 / MY 2021 et 2022 qui émet moins de 112 g de CO2 / Km. Les véhicules Mitsubishi occupent d'ailleurs les quatre premières places de ce palmarès des voitures essences.
  • Concernant les véhicules diesel, la Peugeot 208 1.5 BlueHDI FAP S&S (100ch) BVM6 émet 116.5 g de CO2 / Km.
  • Quant aux véhicules électriques et hybrides rechargeables, le premier de la liste est l'Audi E-Tron 50 (313ch) quattro qui consomme 192 à 249 Wh / Km.

L'ADEME indique sur son site carlabelling : "98,1g de CO2/km c'est la moyenne des émissions des véhicules neufs immatriculés en France pour la période comprise en janvier et octobre 2020 (objectif fixé par l'UE = 95 g/km)." Cela représente la moyenne de vente de l'année, voitures électriques comprises (0 g/km à l'échappement). Les polluants atmosphériques rejetés par les voitures diminuent la qualité de l'air et peuvent affecter la santé des citadins lorsque des seuils critiques de concentration sont atteints (AVC, maladies cardio-vasculaires, Alzheimer, et maladies respiratoires). Il est délicat de savoir quel type de véhicule pollue le plus car il existe plusieurs types de polluants atmosphériques. En 2020, L'IFP Énergies nouvelles (Ifpen) a fait paraître une étude commandé par le ministère de la Transition écologique. Elle explique ainsi qu'une voiture essence consomme plus de carburant qu'une diesel donc émet plus CO2 et trois plus de particules fines (PM10 et PM2,5). En revanche, le diesel produirait quatre fois plus d'oxydes d'azote (NOx) que l'essence. Quant aux voitures électriques, a priori, elles pollueraient moins. En effet, elles " ne brûlent pas de pétrole ou de carburant quand elles roulent donc il n'y a pas de particules issues de la combustion comme les oxydes d'azote ou les particules fines ", précise Diane Strauss, directrice France de Transport & Environment. Pour toutes les voitures, qu'elles soient diesel, essence ou électriques s'ajoutent les particules de freinage. Celles-ci "ne sont, pour le moment, pas réglementées mais il existe des technologies permettant de les réduire. Nous aimerions inclure un réglementation à ce sujet dans la prochaine norme Euro 7".

Quelles sont les normes de pollutions limites pour les voitures ?

Depuis 1992, l'Union Européenne fixe les normes anti-pollution des véhicules à moteur et leur limite maximale concernant les émissions de polluants. Nous sommes actuellement à la norme dite Euro 6. Les polluants mesurés sont l'oxydes d'azote (NOx), le monoxyde de carbone (CO) et les particules fines (PM10 et PM2,5).

Voiture essence :

- 60 mg/km d'oxydes d'azote

- 500 mg/km de monoxyde de carbone

- 5 mg/km de particules fines

Voiture diesel :

- 80 mg/km d'oxydes d'azote

- 1000 mg/km de monoxyde de carbone

- 5 mg/km de particules fines

Le dioxyde de carbone n'est pas considéré comme un polluant atmosphérique et n'est pas pris en compte dans la dernière version. Le parlement européen a tout de même voté en 2019 un objectif de baisse des émissions moyennes de CO2. En 2021, celui-ci était fixé à 95 g/km. Il doit atteindre 81 g/km en 2025 et 59 g/km en 2030 sur la moyenne des ventes.

C'est quoi la taxe pour la pollution des voitures ?

Les propriétaires des véhicules les plus polluants doivent payer une taxe malus pour les émissions de CO2 responsables du changement climatique. Celle-ci est calculée selon les émissions de CO2 de la voiture et concerne les véhicules de type M1 " conçus pour le transport de personnes et comportant, outre le siège du conducteur, 8 places assises au maximum. Le certificat d'immatriculation indique le genre VP " et les véhicules de type N1, c'est-à-dire un " véhicule utilitaire léger de moins de 3,5 tonnes conçu et construit pour le transport de marchandises. Le certificat d'immatriculation du véhicule indique le genre CTTE ", est-il précisé sur le site du service public. Le malus s'élève au minimum à 50 euros si le taux d'émission de CO2 atteint 133 g/Km. Il augmente ensuite pour chaque gramme supplémentaire jusqu'à atteindre, au maximum, 30 000 euros si le taux de CO2 émis est supérieur à 218 g/Km.

Comment se passe le contrôle anti-pollution des voitures ?

Le contrôle anti-pollution s'ajoute au contrôle technique. Celui-ci existe depuis 1999 et concerne les voitures utilitaires légères avec un Poids total avec charge (PTAC) inférieur à 3,5 tonnes. Les contrôleurs sont chargés d'examiner les gaz d'échappements des voitures, de mesurer l'opacité, le taux de monoxyde de carbone et la valeur lambda du gaz d'échappement. L'examen s'effectue annuellement 11 à 12 mois après la validation du contrôle technique lors duquel le contrôleur indique la date limite du contrôle anti-pollution. Si l'examen montre une défaillance, une contre-visite aura lieu et le propriétaire du véhicule devra effectuer des réparations.

Comment faire baisser le taux de pollution d'une voiture ?

"Pour faire baisser les polluants émis par les voitures neuves, des technologies existent et ne coûteraient que 500 euros par véhicule, assure Diane Strauss. Parmi elles, il est possible d'installer sur chaque voiture un catalyseur pour 200 euros, un système adblue dosing pour 200 euros et un filtre de freinage pour 100 euros." En attendant que les constructeurs installent toutes ces technologies sur les voitures neuves, il est possible de demander à son garagiste d'installer un filtre à particules et d'adopter certains réflexes, selon Total Energies :

  • Contrôler régulièrement la pression des pneus car un sous-gonflage peut augmenter la consommation en carburant ;
  • Réduire sa vitesse car, d'après la Sécurité routière, rouler 10 km/h en dessous permet de baisser de 12,5% les émissions de CO2 sur une distance de 500 km ;
  • Ne pas rouler en surrégime ;
  • Éviter les ralentissements brusques ;
  • Couper le moteur dès que la voiture est à l'arrêt ;
  • Ne pas trop utiliser la climatisation.

Quel est l'impact de la pollution des voitures sur l'environnement ?

En France, les transports routiers sont responsables de 30% des émissions de gaz à effet de serre. Les voitures sont ainsi responsables de 54% des émissions de CO2 produites par les transports routiers. Ce secteur est le plus polluant devant l'agriculture, à hauteur de 17%, et l'industrie manufacturière, environ 11%, selon les décodeurs du Monde.

Merci à Diane Strauss, directrice France de Transport & Environment.

Sources :

Étude " Le véhicule électrique dans la transition écologique en France " de l'ADEME.

Site carlabelling de l'ADEME

Article " La voiture électrique, véhicule le plus écologique ou fausse solution miracle ? " du Figaro

Site du service-public

Article " Six chiffres pour comprendre l'ampleur de la pollution automobile " des décodeurs du Monde.

Symptômes et questions diverses