Terreurs nocturnes : âge, adulte, causes, que faire ?

Chargement de votre vidéo
"Terreurs nocturnes : âge, adulte, causes, que faire ?"

Les terreurs nocturnes sont fréquentes chez l'enfant, beaucoup plus rares chez l'adulte. Elles correspondent à un comportement anormal pendant le sommeil. A quel âge ? Quelles sont les causes ? Les symptômes ? Que faire quand ça arrive ? Lumière du Dr Marc Rey, neurologue.

Définition: qu'est-ce qu'une terreur nocturne ?

Une terreur nocturne est une parasomnie, c'est-à-dire un comportement anormal pendant le sommeil. "Cette manifestation survient au cours du sommeil lent profond (une à trois heures après l'endormissement), contrairement aux cauchemars qui se produisent durant le sommeil paradoxal (vers la fin de la nuit), informe le Dr Marc Rey, neurologue, ancien responsable du Centre du Sommeil de l'Hôpital de la Timone - AP-HM à Marseille et Président de l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV). Le somnambulisme est également une manifestation durant le sommeil lent profond".

Terreur nocturne chez l'adulte

Les terreurs nocturnes existent chez l'adulte mais elles sont rares, contrairement aux terreurs nocturnes chez l'enfant. "Chez l'adulte, on parle de somnambulisme-terreur, indique le Dr Marc Rey. Si ces manifestations sont peu fréquentes, il n'est pas nécessaire de prendre un avis médical.  "En revanche, il faut consulter lorsque ces accès sont fréquents. Un enregistrement polysomnographique permet de voir dans quel stade du sommeil ces manifestations surviennent et de savoir s'il ne s'agit pas de crises d'épilepsie, de troubles du comportement du sommeil paradoxal, d'apnées du sommeil..." recommande le neurologue.

Terreur nocturne chez l'enfant

Les terreurs nocturnes concernent plutôt les enfants avant l'âge de 5 ans

Les terreurs nocturnes sont fréquentes chez l'enfant tout comme le somnambulisme. "Un tiers des enfants font des terreurs nocturnes ou ont des accès de somnambulisme" précise le Dr Marc Rey. Les terreurs nocturnes concernent plutôt les enfants avant l'âge de 5 ans. Elles sont plus fréquentes chez les garçons et chez les enfants ayant des difficultés psychologiques. Elles sont favorisées par le stress, la fièvre, les rythmes de sommeil irréguliers. "Les terreurs nocturnes chez l'enfant sont habituellement bénignes et transitoires", rassure le Dr Rey.  Elles tendent à disparaître spontanément et persistent rarement à l'adolescence.

Quelles sont les causes ?

Le mécanisme des terreurs nocturnes n'est pas vraiment identifié. "On sait que c'est un trouble de l'éveil : la personne est un peu réveillée, un peu endormie" indique le neurologue. Il serait lié à l'immaturité des systèmes d'éveil.  "Chez l'adulte, les terreurs-somnambulisme peuvent être liées à une grande privation de sommeil, un très grand stress, informe le Dr Rey. Le manque de sommeil chez l'enfant est un facteur d'apparition des terreurs nocturnes"

Quels sont les symptômes ?

Les signes des terreurs nocturnes sont assez spectaculaires. L'enfant ou l'adulte qui dormait peut :

  • se mettre à hurler,
  • s'assoir sur le bord de son lit
  • paraître terrorisé,
  • ne pas répondre aux sollicitations de son entourage.
  • avoir des signes liés à un phénomène neuro-végétatif
  • avoir le cœur qui s'accélère (tachycardie),
  • avoir une dilatation des pupilles,
  • avoir un tonus musculaire accru,
  • avoir des sueurs.

Ces terreurs nocturnes peuvent durer de quelques secondes à une quarantaine de minutes. La personne s'apaise ensuite, se rendort et ne se souvient de rien le lendemain matin, alors que l'on a la mémoire d'un cauchemar.

Quand et qui consulter ?

Si votre jeune enfant fait des terreurs nocturnes, pas d'inquiétude. C'est tout à fait bénin même si c'est impressionnant pour les parents. Une consultation avec un médecin spécialiste du sommeil n'est nécessaire que si ces accès sont très fréquents ou concernent des enfants plus âgés. "Si les terreurs nocturnes se reproduisent fréquemment chez un enfant, vous pouvez filmer votre enfant la nuit et ensuite montrer les vidéos à un spécialiste du sommeil" conseille le Dr Rey. Chez l'adulte, les terreurs nocturnes sont plus rares et il vaut mieux consulter un neurologue spécialiste des troubles du sommeil afin d'éliminer d'autres pathologies.

Quel est le diagnostic ?

Le diagnostic des terreurs nocturnes est fait par le médecin sur la description des symptômes, notamment chez l'enfant. Chez l'adulte, il est nécessaire de faire une polysomnographie, enregistrement du sommeil, pour faire le diagnostic d'une pathologie éventuelle (apnées du sommeil, épilepsie…).

Quels sont les traitements ?

Les terreurs nocturnes ne nécessitent pas de traitement chez l'enfant. "Il faut juste rassurer les parents et faire en sorte que l'enfant dorme suffisamment et vive dans un univers sécurisant et calme" renseigne le Dr Rey. Si tous les spécialistes s'accordent sur la prévention pour limiter la fréquence des terreurs nocturnes chez l'adulte, il en va autrement pour les traitements. "Nous n'avons pas de traitement spécifique pour le somnambulisme-terreur de l'adulte. Des antidépresseurs peuvent être prescrits pour modifier le sommeil, des sels de Lithium, des anxiolytiques…" explique le Dr Marc Rey.

Comment éviter les terreurs nocturnes ?

Des règles d'hygiène permettent de diminuer la fréquence des terreurs nocturnes (comme du somnambulisme). "Il convient de bien dormir, d'éviter une prise d'alcool importante le soir, ce qui peut favoriser ce genre de manifestations et de gérer le stress à défaut de pouvoir le supprimer", conclut notre interlocuteur.

Merci au Dr Marc Rey, neurologue, ancien responsable du Centre du Sommeil de l'Hôpital de la Timone - AP-HM à Marseille et Président de l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV).

Sommeil